Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES Accélérateurs de particules

Les modèles et théories qui synthétisent notre compréhension actuelle de la matière et de ses constituants élémentaires – molécules, atomes, particules – ont été confrontés à une multitude d'observations expérimentales. Pour réaliser ces expériences, c'est-à-dire observer l'infiniment petit, on utilise des sondes appropriées capables de pénétrer la matière et d'interagir avec sa structure ultime ; ces sondes sont appelées des accélérateurs, et quoi de plus logique que de bombarder la matière avec les objets les plus petits qui soient : des particules ?

Prémices et avancées techniques

Les premières expériences suivirent la découverte de la radioactivité naturelle, qui permit de disposer de sources de particules de faible vitesse : particules α ou noyaux d'hélium (rayonnement α) et électrons (rayonnement β). La physique nucléaire expérimentale démarra avec l'étude des effets de ces rayonnements sur les noyaux atomiques. Très vite, on éprouva le besoin de changer les paramètres des expériences, donc de disposer de faisceaux plus intenses, mieux focalisés, et surtout réglables en énergie. L'unité élémentaire de mesure pour cette dernière est l'électronvolt (1 eV = 1,602 × 10—19 J), ainsi que ses multiples (keV, MeV, GeV, TeV, etc.). L'idée de construire des accélérateurs, c'est-à-dire de créer un faisceau de particules puis de l'accélérer, était née. Ces machines se sont donc développées pour les besoins de la recherche fondamentale en physique nucléaire.

Appareil de Thomson

Appareil de Thomson

Historiquement, le premier « accélérateur » est le tube de Crookes, inventé dès 1895. Une ampoule de verre dans laquelle on a fait le vide contient une cathode chauffée (source thermo-ionique d'électrons). En face d'elle, une plaque de métal anode, portée à un potentiel positif, attire les électrons qui la frappent et lui font émettre des rayons X (fig. 1).

Évolution depuis 1930 des accélérateurs de particules

Évolution depuis 1930 des accélérateurs de particules

Toutefois, l'histoire des accélérateurs commence réellement en 1930, avec les premiers appareils électrostatiques (fig. 2). Une série d'inventions techniques permet de repousser les limitations inhérentes à l'utilisation de hautes tensions et d'atteindre le mégaélectronvolt.

Ainsi, les deux physiciens britanniques John Douglas Cockcroft et Ernest Thomas Sinton Walton obtiennent en 1932 la première désintégration atomique provoquée par des particules artificiellement accélérées. Les protons issus d'une source à ions sont accélérés à l'intérieur d'un tube isolant sous vide dont le sommet, où se trouve la source, est porté à un potentiel de 700 kV par rapport au sol. Arrivés en bas, les protons ont acquis une énergie de 700 keV suffisante pour transmuter du 7 Li en deux noyaux d'hélium.

Dans le montage d'origine, la haute tension est obtenue en redressant une tension alternative et en l'amplifiant par une série de condensateurs. Il existe de nombreux générateurs Cockcroft-Walton auprès des accélérateurs. Ils ne sont plus utilisés pour faire des expériences de physique mais plutôt pour préaccélérer le faisceau de particules, qui est repris ensuite par les autres étages de l'accélérateur. Les plus puissants Cockcroft-Walton montent jusqu'à environ 2 MV.

Site du Cern

Site du Cern

Dans un premier temps, la Seconde Guerre mondiale freine l'effort entrepris. En revanche, elle donne une justification supplémentaire à la physique nucléaire dont les progrès sont essentiels pour la maîtrise de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques ou militaires. De plus, la guerre a entraîné des investissements technologiques très importants, en particulier dans le domaine des sources radiofréquences de puissance (radars) qui vont être à l'origine du développement des accélérateurs linéaires à 200 et 3 000 mégahertz. Vers 1950, la course à la haute énergie reprend avec les premières machines circulaires[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Évolution depuis 1930 des accélérateurs de particules

Évolution depuis 1930 des accélérateurs de particules

Site du Cern

Site du Cern

Accélérateur de particules

Accélérateur de particules

Autres références

  • ANDERSON CARL DAVID (1905-1991)

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 554 mots

    Le physicien américain Carl David Anderson est né à New York de parents suédois le 3 septembre 1905. Après des études au California Institute of Technology de Pasadena, il y fait toute sa carrière, jusqu'à sa retraite en 1978. Dans sa thèse de doctorat soutenue en 1930, sous la direction de Robert...

  • ANTIMATIÈRE

    • Écrit par Bernard PIRE, Jean-Marc RICHARD
    • 6 931 mots
    • 4 médias
    Les résultats établis historiquement d'abord pour l'électron sont en fait plus généraux.Chaque particule possède une antiparticule qui lui est associée. Elles ont les mêmes caractéristiques mécaniques, c'est-à-dire même masse et même moment cinétique intrinsèque, ou spin. Mais une particule et...
  • ASPECT ALAIN (1947- )

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 1 156 mots
    • 1 média
    Il choisit un sujet extrêmement risqué : éprouver les fondements de la mécanique quantique et éclairer le débat épistémologique entre Albert Einstein et Niels Bohr en étudiant le phénomène dit d’intrication d’une paire de particules.
  • ASTROPARTICULES

    • Écrit par Pierre BAREYRE
    • 2 125 mots
    • 1 média
    Les neutrinos (ν), produits en grande abondance par des processus divers à des énergies qui s'étendent de 10—5 à 1015 électronvolts, peuplent l'Univers à raison d'environ 300 par centimètre cube. Sont-ils massifs ? Les mesures directes de leur masse, très difficiles, donnent des limites...
  • Afficher les 77 références

Voir aussi