PARTICULES ATMOSPHÉRIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Particules atmosphériques

Particules atmosphériques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Aérosol urbain

Aérosol urbain
Crédits : LISA

photographie

Différents types de particules atmosphériques

Différents types de particules atmosphériques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Pollution dans la vallée de l’Arve

Pollution dans la vallée de l’Arve
Crédits : Jean-François Doussin

photographie

Tous les médias


Différentes catégories de particules

Les particules atmosphériques correspondent à l’ensemble des particules qui peuvent rester en suspension dans l’atmosphère et voyager sur des distances plus ou moins longues. On utilise également la notion d’aérosol atmosphérique pour définir l’ensemble des particules solides et (ou) liquides en suspension dans l’atmosphère. Ce terme intègre non seulement les particules, mais également la phase gazeuse qui les entoure et avec laquelle elles sont en interaction permanente. Toutefois, par abus de langage, le terme « aérosols atmosphériques » est souvent synonyme de particules solides.

La taille des particules de l’atmosphère varie d’environ 0,003 micromètre – soit 3 nanomètres (nm) – à 50 micromètres. Pour comparaison, rappelons que le diamètre moyen d’un cheveu est de l’ordre de 70 µm. La limite inférieure de cet intervalle ne peut être définie avec précision dans la mesure où il est difficile de déterminer la taille à partir de laquelle un agrégat de molécules peut être considéré comme une particule. Quant à la limite supérieure, elle correspond à des particules qui ne sont pas assez légères pour rester en suspension dans l’atmosphère (cas des grains de sable, des pollens visibles à l’œil nu…). Les particules atmosphériques ayant des formes très variées, leur taille est définie à partir de leur « diamètre aérodynamique ». Celui-ci correspond au diamètre moyen d’une sphère qui posséderait une vitesse de chute équivalente à celle de la particule.

Les particules font l’objet de différentes classifications en fonction du critère retenu (taille, processus de formation, composition chimique…). Les deux classifications les plus couramment utilisées sont celles qui sont fondées sur la taille et sur les processus de formation. Si l’on tient compte de la taille des particules, on distingue généralement trois classes ou modes.

Particules atmosphériques

Particules atmosphériques

Dessin

Du fait de la diversité des particules en suspension dans l'air, celles-ci sont généralement classées en fonction de leur taille (mode nucléation pour les plus petites, mode accumulation, et enfin mode grossier pour les plus grosses) ou encore en fonction de leur processus de formation... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le mode nucléation correspond aux plus petites particules (entre 0,003 et 0,1 µm). Celles-ci se forment au sein même de l’atmosphère, généralement par condensation de gaz. Le mode accumulation regroupe les particules [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, professeur de chimie de l'atmosphère et physique de l'environnement, université Paris-Est Créteil Val-de-Marne, Institut Pierre-Simon-Laplace
  • : professeure, université Paris-Diderot

Classification


Autres références

«  PARTICULES ATMOSPHÉRIQUES  » est également traité dans :

ASTHME

  • Écrit par 
  • Philippe GODARD, 
  • François-Bernard MICHEL
  •  • 5 848 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La pollution atmosphérique »  : […] Les gaz ou particules atmosphériques constituent : – la pollution acido-particulaire, particulièrement le dioxyde de soufre (SO 2 ), les particules en suspension (P.S.) et les aérosols acides (sulfates) ; – la pollution photo-oxydante avec l'ozone (O 3 ) et le dioxyde d'azote (NO 2 ) auxquels on associe les précurseurs primaires : le monoxyde d'azote (NO) et les composés organiques volatils (C.O. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asthme/#i_51114

NANOTECHNOLOGIES (enjeux et risques)

  • Écrit par 
  • Francelyne MARANO
  •  • 5 946 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Quelles sont les voies potentielles d'exposition aux nanoparticules et comment peut-on caractériser cette exposition ? »  : […] La population susceptible d'être la plus exposée aux nanoparticules et nanotubes est celle des travailleurs de l'industrie, par voie respiratoire et/ou cutanée. À l'échelle mondiale, 2 millions de travailleurs devraient être concernés d'ici à 2010 (A.F.S.S.E.T., 2006). Cette estimation est sans doute faible si on considère les différentes applications potentielles et, en dehors de la production d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nanotechnologies-enjeux-et-risques/#i_51114

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 844 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Particules solides »  : […] On es classe en catégories de taille décroissante, les plus petites, dites insédimentables, car incapables de se déposer au sol sous l'effet de la gravitation, possèdent un diamètre inférieur à 0,1 micromètre. Ce sont les plus dangereuses pour la santé humaine car elles sont susceptibles de pénétrer dans les alvéoles pulmonaires. Par ailleurs, elles contaminent les plus hautes couches atmosphériq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pollution/#i_51114

POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE URBAINE

  • Écrit par 
  • Isabelle ROUSSEL
  •  • 3 594 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les alertes urbaines »  : […] Déclenchées au cours d’épisodes persistants de pollution, les alertes urbaines sont très médiatisées et permettent de dénoncer les dangers de la pollution atmosphérique. Si elles sont souvent impuissantes à réduire les niveaux d’oxydes d’azote (en hiver) ou d’ozone (en été), polluants secondaires liés à une multitude de sources, elles permettent d’encourager les citadins soit à prendre des précaut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pollution-atmospherique-urbaine/#i_51114

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie

  • Écrit par 
  • Raoul KOURILSKY
  •  • 27 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Pathologie liée aux pollutions atmosphériques »  : […] Les dégâts infligés aux structures respiratoires par l'inhalation d'air chargé de poussières et de gaz ont pris une place de plus en plus importante en pathologie pulmonaire et bronchique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-pathologie/#i_51114

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-François DOUSSIN, Karine DESBOEUFS, « PARTICULES ATMOSPHÉRIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-atmospheriques/