P.C.F. (Parti communiste français)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Manifestation communiste

Manifestation communiste
Crédits : Picture Post/ Getty Images

photographie

Maurice Thorez, 1947

Maurice Thorez, 1947
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Georges Marchais, 1981

Georges Marchais, 1981
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Ministres communistes, 4 juin 1997

Ministres communistes, 4 juin 1997
Crédits : PA Photos

photographie


La longue crise du Parti communiste français (depuis 1956)

À partir de 1956, le P.C.F. entre progressivement dans la deuxième phase de son histoire, introduite par les effets délégitimants du XXe congrès du P.C.U.S. en 1956 et l'épuisement de la force propulsive du mouvement communiste international que manifestent la même année l'insurrection en Hongrie et les événements de Pologne. En discréditant Staline, en n'hésitant pas à le ridiculiser, le rapport « secret » de Nikita Khrouchtchev au XXe congrès du P.C.U.S. brise la relation enchantée qui faisait de Staline, pour les militants et cadres les plus investis par « l'esprit de parti », leur champion. La « relation magique d'identification » (Pierre Bourdieu) de ceux qui plaçaient en lui leurs espoirs se brise, déséquilibrant toute la chaîne du capital symbolique communiste qui reposait d'un côté sur le culte de Staline et de l'autre sur le capital délégué d'autorité politique dont bénéficiaient les partis communistes et les communistes eux-mêmes. La configuration du pouvoir symbolique, centrée sur Staline, qui caractérisait les relations de pouvoir au sein des partis communistes de l'époque stalinienne, s'adossait à une cléricalisation particulière au monde communiste. La canonisation de textes (constamment remaniés et/ou différemment « préfacés » suivant les conjonctures), la sacralisation de leurs auteurs (Marx, Engels, Lénine) et du rapport à la lecture de leurs textes, la promotion de Staline lui-même enfin comme exégète « autorisé » et seul authentique disciple structuraient le dispositif du mode de production ecclésial de la « doctrine du parti ».

La mort de Staline en 1953 entraîne la crise de cette configuration. Désormais, l'autorité politique doit reposer sur d'autres fondements. Le déclin du P.C.F. peut s'analyser pour partie comme la conséquence de l'échec de cette recherche de nouveaux fondements de l'autorité politique communiste. C'est dans la plus grande confusion que se sont imbriquées, à des rythmes divers, ces logiq [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : professeur de science politique à l'université de Paris-X-Nanterre, chercheur au C.N.R.S., C.S.U.

Classification


Autres références

«  P.C.F. (Parti communiste français)  » est également traité dans :

AFFICHE ROUGE L'

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 2 048 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'organisation des étrangers au sein du P.C.F. »  : […] La Main-d'œuvre étrangère, qui prendra en 1932 le nom de Main-d'œuvre immigrée (M.O.I.) a été créée dès 1926 par le Parti communiste français. Cette organisation était destinée à regrouper tous les communistes étrangers vivant et militant en France. Or, il y avait dans les années 1920, des millions de travailleurs immigrés venus combler les larges brèches provoquées par la guerre de 1914-1918 dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-affiche-rouge/#i_21519

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 392 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La résistance »  : […] Le message de ces artistes était certes crypté, obligeant les historiens à reconsidérer la notion courante de « résistance » à l'occupant. Même s'il est impossible d'évaluer avec précision le pourcentage de résistants par catégories socioprofessionnelles, les artistes ne semblent pas s'être distingués par une attitude particulière. En outre, un créateur pouvait procéder à des actions de résistance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-sous-l-occupation/#i_21519

BANLIEUE

  • Écrit par 
  • Jean BASTIÉ, 
  • Stéphane BEAUD, 
  • Jean ROBERT
  •  • 6 548 mots

Dans le chapitre « Désouvriérisation et clivage Français/immigrés »  : […] Depuis les années 1980, la banlieue est devenue un espace populaire moins ouvrier qu'autrefois. Ce phénomène produit des effets décisifs qu'on peut mettre en perspective en revenant sur la signification historique de la « banlieue rouge » et du communisme municipal. La conquête dans l'entre-deux-guerres par le P.C.F. des mairies des villes de la petite couronne parisienne (Ivry, Montreuil, Sain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/banlieue/#i_21519

BRUHAT JEAN (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 1 610 mots

Né le 24 août 1905 à Pont-Saint-Esprit, l'historien Jean Bruhat est mort à Paris le 11 février 1983. Pendant ses dernières années, il avait montré devant la maladie non seulement un grand courage, mais une grande vitalité : à la veille de sa disparition, il signait le service de presse d'un volume de souvenirs, Il n'est jamais trop tard et, désireux de collaborer à l'édition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bruhat/#i_21519

BRUSTLEIN GILBERT (1919-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 230 mots

Résistant communiste. Né dans le Paris populaire, Gilbert Brustlein milite aux Jeunesses communistes. À l'été de 1941, après l'entrée en guerre de l'Allemagne contre l'U.R.S.S., le Parti communiste français (P.C.F.) met sur pied des Bataillons de la jeunesse, composés de lycéens, d'étudiants et d'ouvriers ; Brustlein est nommé responsable du groupe de l'Est parisien. Le 20 août 1941, il est au c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilbert-brustlein/#i_21519

BUFFET MARIE-GEORGE (1949- )

  • Écrit par 
  • Delphine DULONG
  •  • 1 076 mots

Marie-George Buffet est la première femme à avoir dirigé (2001-2010) le Parti communiste français (P.C.F.). Née le 7 mai 1949 à Sceaux (Hauts-de-Seine) dans une famille peu politisée, Marie-George Buffet prend la carte du parti en pleine guerre du Vietnam, à une époque où celui-ci n'est plus vraiment en odeur de sainteté auprès des étudiants de son âge, qui se préfèrent « gauchistes ». Depuis lors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-george-buffet/#i_21519

CACHIN MARCEL (1869-1958)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 746 mots

Né à Paimpol, d'un père gendarme et d'une mère de vieille souche paysanne, Cachin fait des études secondaires grâce à une bourse, puis prépare une licence de philosophie à la faculté de Bordeaux ; il y suit les cours de Durkheim. Il a vingt ans lorsqu'il rejoint le groupe des étudiants socialistes de Bordeaux, de tendance guesdiste. Très vite pris par l'action politique, Cachin abandonne ses étude […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-cachin/#i_21519

C.G.T. (Confédération générale du travail)

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • René MOURIAUX
  • , Universalis
  •  • 4 358 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La scission de 1947 »  : […] À la Libération, la C.G.T. apparaît comme une puissante organisation qui groupera, en 1946, 5 500 000 adhérents. Son XXVI e  congrès (avril 1946) entérine les changements qui se sont produits dans le mouvement syndical depuis 1938. Des modifications sont apportées aux statuts qui avaient été votés par le congrès d'unification en 1936. On introduit dans les scrutins entre o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confederation-generale-du-travail/#i_21519

CHÂTELET FRANÇOIS (1925-1985)

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 1 179 mots

Professeur, philosophe, penseur politique et homme engagé dans les combats de son siècle, Francois Châtelet, né à Boulogne-Billancourt, fait ses études de philosophie à la Sorbonne. Il connaît son premier engagement politique en se liant à des groupes trotskistes. À partir de 1945, il participe aux divers lyrismes révolutionnaires et idéologies radicales de l'époque. En 1955, après une longue péri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-chatelet/#i_21519

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 834 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'élection présidentielle de 1965 »  : […] Après la victoire gaulliste de 1962, il n'est guère possible d'envisager de renverser le gouvernement par la voie parlementaire ; les oppositions doivent donc surtout préparer la future échéance présidentielle, prévue pour décembre 1965. Et il est évidemment à peu près impossible de se faire élire en revendiquant le modèle de président que la France a connu avant 1958 ; il faut présenter un progra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-la-periode-gaullienne-1958-1969/#i_21519

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 873 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les élections législatives de 1978 gagnées de justesse par la droite »  : […] Les difficultés économiques et sociales ne se résolvant pas vraiment au cours de l'année 1977, de nombreux éléments semblent réunis pour une victoire de la gauche aux élections législatives de 1978. Chaque camp se prépare à cette bataille essentielle mais rencontre de fortes difficultés. Du côté de la majorité, le président de la République espère bien rééquilibrer le rapport de forces entre les l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-la-periode-post-gaullienne-1969-1981/#i_21519

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'élection présidentielle et les législatives de 1988 »  : […] D'après les sondages faits en 1987, le président est donné nettement gagnant de l'élection s'il se représente. Il est très tenté de le faire et fait préparer sa « candidature implicite » dès l'été de 1987. Cette période est marquée par l'organisation d'appels variés à sa réélection et l'apparition de ce qu'on a appelé une « tontonmania », le peuple de France semblant avoir un besoin irrépressible […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-mitterrand-1981-1995/#i_21519

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 262 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La victoire de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2007 »  : […] À l'automne de 2006, au moment où s'intensifie la pré-campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy apparaît comme la seule personnalité de droite pouvant faire gagner son camp et Ségolène Royal comme la seule pouvant à gauche le concurrencer. Après une campagne interne très active et médiatisée, elle est choisie comme candidate en novembre par 60,6 p. 100 des adhérents, Dominique Strauss-Kahn devant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-chirac-1995-2007/#i_21519

CLASSES SOCIALES - Classe ouvrière

  • Écrit par 
  • Julian MISCHI, 
  • Nicolas RENAHY
  •  • 4 407 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la classe ouvrière aux mondes ouvriers »  : […] La marginalisation des ouvriers s'opère d'abord dans les représentations collectives et la vie politique. Alors que le référent « classe ouvrière » était au cœur des mouvements sociaux du xx e  siècle, notamment lors du Front populaire ou de Mai-68, on observe depuis les années 1970 son retrait progressif des débats idéologico-politiques. Ce proc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-classe-ouvriere/#i_21519

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 805 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'eurocommunisme et la fin des espoirs de renouveau »  : […] Sur ce fond de crise, deux ensembles de données interviennent alors. Le premier se traduit par une double modification affectant considérablement l'image de l'U.R.S.S. Tandis que la société soviétique cesse d'apparaître comme une « société meilleure », c'est-à-dire plus juste et plus heureuse, l'État soviétique s'impose en revanche comme le détenteur redoutable d'un fantastique arsenal militaire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-histoire/#i_21519

CONGRÈS DE TOURS, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 206 mots

Du 25 au 30 décembre 1920 se tient à Tours le XVIII e  congrès du Parti socialiste unifié, Section française de l'Internationale ouvrière (S.F.I.O.). Il est consacré à la question qui agite le parti depuis le milieu de l'année précédente : l'acceptation ou non des vingt et une conditions imposées par le Komintern pour adhérer à la III e  Internatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/congres-de-tours-en-bref/#i_21519

DAIX PIERRE (1922-2014)

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 810 mots

«  Écoute, j’ai laissé raconter n’importe quoi sur moi ; mais toi, je t’aiderai. » Ces paroles de Picasso à Pierre Daix en disent long sur la capacité d’écoute que le peintre prêtait à l’écrivain, journaliste et historien d’art, né à Ivry-sur-Seine le 24 mai 1922, mort à Paris le 2 novembre 2014. Auteur de nombreux ouvrages sur l’Espagnol, notamment les catalogues raisonnés des années 1900-1906 et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-daix/#i_21519

DALADIER ÉDOUARD (1884-1970)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 1 022 mots
  •  • 4 médias

Resté dans l'histoire comme l'« homme de Munich » Édouard Daladier a été mêlé à d'autres graves événements. Maire de Carpentras en 1911, puis député en 1919, il le reste jusqu'en 1940 et le redevient de 1946 à 1958. En 1924, il rédige la partie consacrée à la Défense nationale du programme du Cartel des gauches. Ministre des Colonies puis de la Guerre en 1925, puis de l'Instruction publique en 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-daladier/#i_21519

DORIOT JACQUES (1898-1945)

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 802 mots

Issu d'une modeste famille de l'Oise, ouvrier métallurgiste de Saint-Denis, Jacques Doriot adhère très jeune à la S.F.I.O. En 1920, il rallie la III e  Internationale. Remplaçant par hasard un délégué malade, il devient suppléant au comité central des Jeunesses communistes ; c'est le début d'une belle carrière au sein du Parti communiste : il représente, pour la France, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-doriot/#i_21519

DRÔLE DE GUERRE

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 961 mots
  •  • 1 média

La période de la « drôle de guerre » s'étend du 3 septembre 1939, déclaration de guerre de la Grande-Bretagne et de la France à l'Allemagne, au 10 mai 1940, invasion de la Belgique et des Pays-Bas par les troupes allemandes. Elle doit son nom à l'inaction des armées alliées devant la défaite de la Pologne. Roland Dorgelès, correspondant de guerre, a revendiqué la paternité de l'expression qui pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drole-de-guerre/#i_21519

DUCLOS JACQUES (1896-1975)

  • Écrit par 
  • Gérard PONTHIEU
  •  • 366 mots

Né à Louey (Hautes-Pyrénées) dans une famille modeste, Jacques Duclos, jeune ouvrier pâtissier, suit à Paris les cours de l'Université populaire. Il est combattant de la guerre 1914-1918. Au lendemain du Congrès de Tours (1920), il adhère au Parti communiste français nouvellement fondé. Membre du comité central en 1926, puis membre du bureau politique et secrétaire du parti en 1931, il devient, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-duclos/#i_21519

FOUGERON ANDRÉ (1913-1998)

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 573 mots

Le peintre André Fougeron trouve sa place dans l'histoire de l'art de l'immédiat après-guerre, précisément dans la chronique des années 1947-1953, lorsque le Parti communiste tente d'imposer un art social, au service de la classe ouvrière et de ses luttes, un art de propagande directement lié aux événements de la politique intérieure française : le « réalisme socialiste ». Il en sera la figure of […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-fougeron/#i_21519

FRACHON BENOÎT (1893-1975)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 539 mots

Né dans une petite commune proche de Saint-Étienne, Benoît Frachon est issu d'une famille de mineurs. Militant ouvrier dès 1909, il participe à la grève des métallurgistes pour la reconnaissance du droit syndical en 1910. À cette époque il adhère au syndicalisme révolutionnaire et participe aux activités d'un petit groupe anarchiste. La déclaration de guerre le mobilise dans une usine d'armement d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benoit-frachon/#i_21519

FRANCE - L'année politique 2013

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 309 mots

Dans le chapitre « Une majorité turbulente »  : […] Contribuant au climat de défiance qui entoure le travail du gouvernement, la majorité n’hésite pas à manifester son incompréhension. Des divergences s’expriment de plus en plus au sein du Parti socialiste. Son premier secrétaire, Harlem Désir, n’impose pas son autorité au parti, ce qui lui interdit de jouer son rôle naturel de force de proposition. Certains socialistes n’hésitent pas à demander u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2013/#i_21519

FRANCE - L'année politique 2003

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 520 mots

Dans le chapitre « Une gauche divisée »  : […] L'affaiblissement et la division n'épargnent pas la gauche. La gauche plurielle semble alors définitivement morte – malgré un accord électoral entre le Parti socialiste et les Verts pour les régionales en Île-de-France – et chaque force joue d'autant plus une stratégie propre qu'elle est peu assurée de son message et se trouve elle-même divisée. Tandis que le leadership de Gilles Lemaire est cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2003/#i_21519

FRANCE - L'année politique 2002

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 592 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des élections législatives sans ambiguïtés »  : […] Avant l'élection présidentielle, les élections législatives paraissaient incertaines ; après, elles semblèrent prévisibles. Sans doute Jacques Chirac n'avait-il pas été réélu sur un programme ni sur la base d'une forte adhésion dès le premier tour, mais la dynamique de la victoire, la stature acquise par le combat au nom de la République, le retrait de la vie politique du principal leader de gauc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2002/#i_21519

FRANCE - L'année politique 2001

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 457 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des élections municipales contrastées »  : […] Les élections municipales des 11 et 18 mars 2001, les premières où s'appliqua la loi sur la parité, offrent plusieurs clés de lecture suivant l'angle adopté. On peut à la fois souligner que la gauche l'a emporté sur la droite dans deux des trois grandes villes, en gagnant Paris et Lyon, qu'elle a limité ses pertes dans les trente-cinq villes de plus de 100 000 habitants en perdant six villes, mai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2001/#i_21519

FRANCE - L'année politique 2000

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 817 mots

Dans le chapitre « La gauche plurielle à l'épreuve »  : […] L'année 2000 a révélé un léger effritement de la popularité de Lionel Jospin, sans commune mesure toutefois avec celui de ses prédécesseurs, et surtout de nouvelles tensions au sein de la « gauche plurielle ». En même temps que des divisions, tues au cours des trois premières années du gouvernement, surgissaient au sein du Parti socialiste, le Parti communiste et les Verts montraient leurs difficu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2000/#i_21519

FRANCE - L'année politique 1999

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 3 065 mots

Dans le chapitre « Tempêtes sur la majorité plurielle »  : […] Ce sont les Verts qui font l'actualité à la fin de l'été de 1999. Ils réclament avec force un moratoire sur la construction de centrales nucléaires et l'introduction de la proportionnelle aux élections législatives. Souvent embarrassée par les déclarations de ses amis, et notamment par celles de Daniel Cohn-Bendit, qu'elle voit sans plaisir revenir en France, Dominique Voynet menace même de démis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1999/#i_21519

FRANCE - L'année politique 1997

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 880 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un nouveau Parti socialiste au sein d'une gauche « plurielle » »  : […] La victoire du P.S. et de ses alliés aux élections législatives a tenu pour une bonne part à la capacité du premier de présenter de nouvelles têtes et à l'affichage de sa rupture avec le mitterrandisme. Cela n'implique pourtant pas qu'il ait su trouver une doctrine nouvelle, faute de temps pour l'élaborer. Premier secrétaire délégué du P.S. depuis la nomination de Lionel Jospin à Matignon, Françoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1997/#i_21519

FRANCE - L'année politique 1996

  • Écrit par 
  • Serge SUR
  •  • 3 937 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des partis en attente »  : […] Les attentes des partis politiques sont directement liées aux futures élections. Plus que jamais, la vie politique tend à être monopolisée par les partis et la V e  république est pleinement devenue un régime de partis. On n'existe pas en dehors d'eux, même s'ils se réduisent souvent à des appareils avec une substance militante modeste, surtout à droite. Ce monopole ne leu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1996/#i_21519

FRIED EUGEN (1900-1943)

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 1 003 mots

Eugen Fried est né le 13 mars 1900 à Trnava (Tyrnau en allemand et Nagyszombat en hongrois), ville de l'ancien Empire austro-hongrois, actuellement en Slovaquie. Né dans une famille juive de petits commerçants, Eugen (Jenö) fait de brillantes études secondaires et obtient son baccalauréat en 1917. Mais il est happé par le mouvement révolutionnaire qui traverse dès 1918 l'Europe centrale à la suite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugen-fried/#i_21519

FRONT POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 921 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origines et formation du Front populaire (1934-1936) »  : […] Le Front populaire apparaît comme la réponse à une triple crise. Tout d'abord, une crise économique qui, partie des États-Unis en 1929, atteint la France en 1931 et se caractérise par une chute de la production et des exportations à laquelle les gouvernements tentent de remédier par la déflation, c'est-à-dire par la diminution des dépenses publiques destinée à faire baisser les prix. Or celle-ci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/front-populaire/#i_21519

F.T.P. (Francs-tireurs et partisans)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 236 mots
  •  • 1 média

Organisation armée de résistance à l'occupation allemande de la France, durant la Seconde Guerre mondiale, les F.T.P., ou Francs-tireurs et partisans , avaient été créés par le Front national, lui-même mouvement de résistance en zone nord à partir de juin 1941 et qui était dominé par le Parti communiste. Ces maquisards conservèrent jusqu'à la fin de la guerre une indépendance de fait, même lorsque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francs-tireurs-et-partisans/#i_21519

GAUCHE EN FRANCE DANS L'ENTRE-DEUX-GUERRES (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 521 mots

Décembre 1920 Réunie en congrès à Tours, la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) se scinde en deux partis. Majoritaires, les partisans de l'adhésion à la III e  Internationale créent la Section française de l'Internationale communiste (rebaptisée Parti communiste, PC, en 1921), tandis que la minorité menée par Léon Blum demeure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gauche-en-france-dans-l-entre-deux-guerres-reperes-chronologiques/#i_21519

GIDE ANDRÉ (1869-1951)

  • Écrit par 
  • Éric MARTY
  •  • 3 665 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La rupture de 1925 »  : […] Le 14 juillet 1925, Gide s'embarque avec Marc Allégret, alors apprenti cinéaste, pour un voyage d'un an au Congo et au Tchad dont il rapportera Voyage au Congo (1927) et Retour du Tchad (1928), qui marquent un retournement important : Gide, jusque-là très distant à l'égard du discours politique, s'engage pleinement dans la dénonciation du système colo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-gide/#i_21519

GRENIER FERNAND (1901-1992)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 710 mots

Né à Tourcoing le 9 juillet 1901, Fernand Grenier est le fils d'un ouvrier métallurgiste mort pour la France en 1917. Ouvrier boulanger, il témoigne de son antimilitarisme lors de l'occupation de la Ruhr. Dès 1924, il suit les cours de l'école centrale du parti, aux côtés de Jacques Duclos. À la mairie d'Halluin avant guerre, comme député de Saint-Denis de 1937 à 1939 et de 1945 à 1968, il ne s'éc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-grenier/#i_21519

GRONOWSKI LOUIS (1904-1987)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 379 mots
  •  • 1 média

Communiste internationaliste, Louis Gronowski a été l'une des incarnations des révolutionnaires « sans patrie ni frontières » qui ont lutté pour le triomphe des principes marxistes. C'est dans cette perspective qu'il a joué un rôle majeur pendant la Seconde Guerre mondiale en qualité de premier responsable du triangle directeur de la Main-d'œuvre immigrée (MOI), engagée par le Parti communiste fr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-gronowski/#i_21519

HUE ROBERT (1946- )

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 634 mots
  •  • 1 média

Lorsque, en janvier 1994, au XXVIII e  congrès du Parti communiste français (P.C.F.) Georges Marchais l'appelle pour lui succéder, Robert Hue est encore un inconnu du grand public. Il avait juste fait parler de lui, pendant l'hiver de 1981, en prenant la tête d'une manifestation dans sa ville de Montigny-lès-Cormeilles (Val-d'Oise) contre une famille marocaine supposée se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-hue/#i_21519

HUMANITÉ L'

  • Écrit par 
  • Thierry PFISTER
  • , Universalis
  •  • 1 258 mots

La presse socialiste est née relativement tard et a toujours eu une vie difficile. Son essor date de la fin des années 1880. Le premier numéro de L'Humanité , présentée comme « journal socialiste », parut le 18 avril 1904. Au sein de sa rédaction figuraient notamment René Viviani, Aristide Briand, Jean Longuet et Albert Thomas ; le directeur politique était Jean Jaurès. Après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-humanite/#i_21519

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 430 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sartre : portrait de l'intellectuel engagé »  : […] Jean-Paul Sartre, dès 1945, devint le paradigme de l'intellectuel français. Ce fut par une conférence, L'Existentialisme est un humanisme (1946) et par un roman inachevé, Les Chemins de la liberté (1945-1949) qu'il exposa l'essentiel de sa théorie. La notion d'engagement lui permit de donner une base éthique et sociale à la fonction de l'intellectuel. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intellectuel/#i_21519

JUSTICE - Justice politique

  • Écrit par 
  • Robert CHARVIN
  •  • 8 851 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  L'objet de la justice politique : l'infraction politique »  : […] Chaque société définit les principes qu'elle tient pour vrais, les limites qu'elle impose, l'espace qu'elle concède à la liberté modificatrice et au changement. Elle n'en finit jamais de rétablir des bornages, de raviver des interdits dans l'espoir de se pérenniser. Née des conceptions libérales qui ont institutionnalisé l'action et la représentation d'une opposition politique, la distinction ent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-justice-politique/#i_21519

KRASUCKI HENRI (1924-2003)

  • Écrit par 
  • Dominique ANDOLFATTO
  •  • 835 mots

Syndicaliste français, Henoch Krasucki est né le 2 septembre 1924, à Wolomin, près de Varsovie. Il a deux ans lorsque ses parents, juifs et communistes, émigrent à Paris, où il prendra le prénom d'Henri. Son père, Isaac Krasucki, tient un atelier de tricot dans le quartier de Belleville, qui compte alors une importante communauté yiddish. Il est également syndicaliste à la C.G.T.U., la fraction de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-krasucki/#i_21519

KRIEGEL ANNIE (1926-1995)

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 1 082 mots

Née le 9 septembre 1926, dans une famille juive alsacienne réfugiée dans la capitale depuis 1870, Annie Kriegel, née Becker, échappe, le soir même de son succès au baccalauréat, à la rafle du Vél' d'Hiv', le 16 juillet 1942. En dépit des risques encourus, elle passe avec sa famille en zone sud, se retrouve à Grenoble et entre dans la Résistance, se rattachant au premier groupe rencontré : la M.O.I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/annie-kriegel/#i_21519

LAVAU GEORGES (1918-1990)

  • Écrit par 
  • Yves MÉNY
  •  • 879 mots

Reçu major au concours d'agrégation de droit public en 1948 Georges Lavau est nommé professeur à Grenoble, où il enseignera jusqu'en 1962. C'est dans cette université, cette ville que se forgent ses choix intellectuels et politiques. Très vite, en effet, il dénonce les insuffisances des études juridiques dès qu'elles sortent de la pure technique. Elles ne sont pas en mesure « d'expliquer la vie po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-lavau/#i_21519

LEBOVICI SERGE (1915-2000)

  • Écrit par 
  • Anny COMBRICHON
  •  • 908 mots

Serge Lebovici, professeur de psychiatrie et psychanalyste, est né le 15 juin 1915 à Paris et mort le 11 août 2000 à Marvejols (Lozère). Les événements du xx e  siècle ont imprimé à ses engagements institutionnels un sceau conservateur qui lui valut autant de fidèles que d'adversaires. Fils aîné d'une famille d'émigrants juifs roumains, il suivit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-lebovici/#i_21519

LECŒUR AUGUSTE (1911-1992)

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 1 032 mots

Né le 4 septembre 1911 à Lille, Auguste Lecœur était à sa mort l'un des derniers, en Occident, à s'être trouvé au cœur du mouvement communiste, français et international, dans ses plus grandes années, de la seconde moitié des années 1930 à la première moitié des années 1950. Archétype du militant bolchevique de l'époque stalinienne, il avait pleinement réalisé en lui la rencontre et la fusion de d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-lecoeur/#i_21519

LEFORT CLAUDE (1924-2010)

  • Écrit par 
  • Claude MOUCHARD
  •  • 2 110 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La différence démocratique »  : […] Comme peu d'autres philosophes français, Claude Lefort aura pris la mesure des mutations politiques du xx e  siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, et au temps de la guerre froide, être lucide sur le totalitarisme soviétique, c'était se heurter au Parti communiste français. Dans sa Préface à la réédition, en 1979, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-lefort/#i_21519

LÉGER FERNAND (1881-1955)

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 3 696 mots

Dans le chapitre « Une moderne Arcadie »  : […] Au cours des années 1930, le thème du sport, et de l'exercice physique en général, est le sujet de plusieurs œuvres de Léger, qui projette à travers elles la vision optimiste d'un âge de santé et de libération du corps. Dans Composition aux deux perroquets (1935-1939) comme dans Adam et Ève (1935-1939), les athlètes de Léger habitent un paradis terrest […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leger-fernand-1881-1955/#i_21519

LIBÉRATION, France (1944-1946)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 3 903 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Partis »  : […] En dépit des espoirs caressés par leurs chefs, le temps des mouvements de résistance est passé, celui des forces politiques légitimes revient. Le Mouvement de libération nationale (M.L.N.), issu de la résistance non communiste, et le Front national (F.N.) sont satellisés. Le parti le plus tôt reconstitué et de loin le plus puissant est le P.C. Fort de plusieurs millions de sympathisants (et plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberation-france/#i_21519

MAI-68

  • Écrit par 
  • Danielle TARTAKOWSKY
  •  • 2 744 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une crise politique »  : […] Les contradictions n'épargnent pas la majorité gouvernementale, la question de l'après-gaullisme paraissant ouvertement posé en son sein. Le 24 mai, le général de Gaulle abandonne à son Premier ministre la carte de la négociation et se réserve d'annoncer au pays un référendum visant à instaurer la participation et la régionalisation. Sans résultats probants. Des stratégies concurrentes de relève p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mai-68/#i_21519

MAITRON JEAN (1910-1987)

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 1 045 mots

Un des fondateurs de l'histoire ouvrière, celui qui a le plus agi pour qu'en France, comme en Angleterre ou en Allemagne, cette histoire, longtemps maudite, se voie reconnaître un statut scientifique, Jean Maitron, né dans la Nièvre en 1910, est mort à Paris le 16 novembre 1987. Peut-être est-ce son expérience politique, à la fois héritée et vécue, ainsi que le caractère atypique de sa carrière da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-maitron/#i_21519

MARCHAIS GEORGES (1920-1997)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 719 mots
  •  • 1 média

Né à La Hoguette (Calvados) de père mineur, Georges Marchais entre à vingt ans comme mécanicien ajusteur à la Société nationale de construction aéronautique du Centre. Au cours de l'Occupation, il part travailler en Allemagne ; cette période de sa vie donnera lieu, après son accession à la tête du P.C.F., a une importante polémique qui se poursuivra devant les tribunaux. Dans un premier temps, Geo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-marchais/#i_21519

MITTERRAND FRANÇOIS (1916-1996)

  • Écrit par 
  • Gérard GRUNBERG
  •  • 1 862 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La conquête du pouvoir »  : […] Sa stratégie de conquête du pouvoir s'est appuyée sur trois piliers. D'abord l'utilisation des institutions et particulièrement de l'élection présidentielle – « ces institutions n'ont pas été faites à mon intention mais elles sont bien faites pour moi », déclare-t-il à la veille de l'élection de 1981. Candidat de la gauche en 1965 et 1974, il a conduit celle-ci à s'adapter aux nouvelles institutio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-mitterrand/#i_21519

MOCH JULES (1893-1985)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 1 380 mots

Grande figure du socialisme français du xx e siècle, Jules Moch adhéra en octobre 1924 à la S.F.I.O. de Léon Blum, dont il épousa l'essentiel des idées, pour démissionner, le 31 décembre 1974, du Parti socialiste de François Mitterrand, dont il contestait la politique d'union de la gauche. Pendant près de cinquante ans, il occupa au sein de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-moch/#i_21519

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 042 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Unité et diversité de la Résistance »  : […] En Afrique du Nord passée sous leur contrôle, les Américains choisissent d'écarter de Gaulle dont ils se méfient. Tenant compte de la force du vichysme, en particulier en Algérie, ils préfèrent d'abord miser sur l'amiral Darlan, qui s'y trouve de façon fortuite et qui prend le titre de Haut-Commissaire de France en Afrique, puis, après son assassinat le 24 décembre 1942, sur l'un des généraux les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_21519

OCCUPATION (FRANCE) - Mémoires et débats

  • Écrit par 
  • Laurent DOUZOU
  •  • 3 874 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une mémoire précoce »  : […] Dès octobre 1944, le gouvernement provisoire de la République française dirigé par le général de Gaulle met en place une instance officielle, la Commission d'histoire de l'Occupation et de la Libération de la France (C.H.O.L.F.) qui s'attache à recueillir les témoignages des résistant(e)s. Cette collecte menée tambour battant jusqu'en 1947 repose sur l'idée que la lutte clandestine ne pourra être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france-memoires-et-debats/#i_21519

PARTIS POLITIQUES - Théorie

  • Écrit par 
  • Michel OFFERLÉ
  •  • 7 098 mots

Dans le chapitre « Fonctions et partis « linkages » »  : […] Robert K. Merton a appliqué la distinction entre fonctions manifestes et fonctions latentes à l'étude des « machines politiques » démocrates ou républicaines des grandes villes américaines. Georges Lavau, dans ses travaux sur le P.C.F., entendait, par-delà les fonctions classiquement admises dans les années 1960 (fonction constituante, programmatique et de relève politique), inclure une fonction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/partis-politiques-theorie/#i_21519

PAUL MARCEL (1900-1982)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 072 mots

Enfant trouvé dans le XIV e  arrondissement de Paris, le 12 juillet 1900, Marcel Paul, syndicaliste, militant communiste, résistant, ministre, officier de la Légion d'honneur, a reçu à sa mort, le 11 novembre 1982, l'hommage du président de la République pour n'avoir « jamais cessé de lutter et d'espérer, car il croyait avant tout à l'homme et à la liberté ». Pupille de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-paul/#i_21519

QUATRIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 078 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Attitude critique des communistes et des gaullistes »  : […] Les communistes, qui représentent en permanence au moins un quart de l'électorat, ne participent aux cabinets que jusqu'en mai 1947, dans une attitude d'ailleurs à l'époque plutôt modérée. Si certains de leurs membres ont pu être tentés par une prise de pouvoir à la Libération, le P.C.F. a très vite surtout cherché à infléchir les institutions et à occuper des postes de responsabilité. Mais la mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatrieme-republique/#i_21519

RAYSKI ADAM (1913-2008)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 878 mots

Né en Pologne, le 14 août 1913, à Bialystok, Abraham Rajgrodski, fils de commerçant, devient secrétaire de la jeunesse communiste locale. Il émigre à Paris en 1932 et est actif au sein de la Main-d'œuvre immigrée (MOI), dans laquelle le Parti communiste (PCF) rassemble ses militants étrangers. Il est journaliste au quotidien yiddish Naïe presse (« Pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-rayski/#i_21519

RENOIR JEAN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 360 mots

15 septembre 1894 Naissance à Paris de Jean Renoir, second fils du peintre Pierre-Auguste Renoir. 1894-1912 Il est surtout élevé par une servante, Gabrielle, au milieu des modèles de son père et de peintres amis (Cézanne, Monet, Degas, Pissarro...). 1913 Il s'engage dans la cavalerie. 1915-1916 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renoir-reperes-chronologiques/#i_21519

ROCHET WALDECK (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 1 672 mots

Le crâne chauve et bosselé, le visage massif et taillé comme à coups de serpe, l'allure d'un personnage de Tourgueniev, l'éloquence lente marquée de l'accent rocailleux du terroir bourguignon, Waldeck Rochet, secrétaire général du Parti communiste français de 1964 à 1972, puis président d'honneur jusqu'en 1979, apparaît comme une personnalité marquante de l'histoire duP.C.F., qu'il contribuera à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/waldeck-rochet/#i_21519

ROL-TANGUY HENRI (1908-2002)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 792 mots

« Le colonel Rol, commandant les F.F.I. de l'Île-de-France ». Ces mots manuscrits dans l'en-tête d'un exemplaire des conventions de reddition signées par le général von Choltitz, commandant du Gross-Paris, le 25 août 1944, et la signature Rol , sur la même ligne que celle du général Leclerc au bas de ce document historique, ont fait d'Henri Rol-Tanguy « une figure mythique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-rol-tanguy/#i_21519

SÉGUY GEORGES (1927-2016)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 347 mots

Syndicaliste français, secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT) de 1967 à 1982. Né à Toulouse d'un père cheminot membre du Parti communiste, Georges Séguy est devenu, après son certificat d'études, conducteur typographe, comme André Bergeron. En 1942, il adhère au Parti communiste. Responsable des Francs-Tireurs et Partisans français, il est arrêté deux ans plus tard par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-seguy/#i_21519

SOBOUL ALBERT (1914-1982)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 1 586 mots

Dans le chapitre « La formation et les débuts »  : […] Albert Soboul est né près de Mostaganem, en Algérie, en 1914. Interne au lycée de Nîmes puis à Louis-le-Grand, il fut reçu à l'agrégation d'histoire en 1938. Professeur à Montpellier puis au lycée Henri-IV, il fut attaché au C.N.R.S. de 1950 à 1953 avant de retrouver un poste de professeur au lycée Janson-de-Sailly et à nouveau à Henri-IV. Chargé d'enseignement en 1960 puis professeur en 1962 à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-soboul/#i_21519

SOUVARINE BORIS (1895-1984)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 850 mots

Boris Souvarine naît à Kiev le 5 novembre 1895, dans une famille pauvre ; son père est ouvrier sertisseur. Boris Lifschitz — qui trouvera son pseudonyme de Souvarine dans le Germinal de Zola — arrive en France en 1898. Autodidacte de l'aristocratie ouvrière, il obtient un diplôme d'ouvrier d'art à la veille de sa mobilisation en 1913. Attiré par les idées socialistes, il mili […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boris-souvarine/#i_21519

SYNDICATS AGRICOLES

  • Écrit par 
  • Jean VERCHERAND
  •  • 8 788 mots

Dans le chapitre « Multiplicité des mouvements »  : […] Au début du xx e  siècle, la C.G.T. lance une grande offensive pour syndiquer les ouvriers agricoles. Les conditions de vie et de travail sont vivement dénoncées à une période où le couchage à l'étable est la norme pour de nombreux domestiques. Le niveau des salaires et la durée du travail, plus défavorables qu'en ville, sont également mis en ava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndicats-agricoles/#i_21519

THIBAULT BERNARD (1959- )

  • Écrit par 
  • Dominique LABBÉ
  •  • 1 153 mots

En février 1999, Bernard Thibault a été élu secrétaire général de la Confédération générale du travail (C.G.T.) à l'occasion du 46 e  congrès confédéral. Âgé de quarante ans, il symbolise le nouveau cours souhaité par la majorité des responsables de la première centrale syndicale française. En effet, il succède à deux dirigeants âgés (Henri Krasucki puis Louis Viannet) qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-thibault/#i_21519

THOREZ MAURICE (1900-1964)

  • Écrit par 
  • Annette WIEVIORKA
  •  • 1 432 mots

Après le décès de Maurice Thorez le 12 juillet 1964 sur le paquebot Litva qui l’emmenait pour ses vacances sur les bords de la mer Noire, Jeannette Vermeersch, sa seconde épouse, écrivait à Nikita Khrouchtchev, alors premier secrétaire du Parti communiste de l’Union soviétique : « Maurice est mort à Istanbul. C’est comme le symbole de sa vie, d’une vie entre deux mers, d’une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-thorez/#i_21519

TILLON CHARLES (1897-1993)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 117 mots

« Un homme libre, un grand et beau caractère » : en saluant par ces mots, en Conseil des ministres, le 13 janvier 1993, la mémoire de Charles Tillon, disparu quelques heures auparavant, le président de la République soulignait les traits marquants d'une vie de près d'un siècle dans lequel Charles Tillon fut tour à tour un mutin au nom de l'internationalisme prolétarien, un syndicaliste révolution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-tillon/#i_21519

TILLON RAYMONDE (1915-2016)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 878 mots
  •  • 1 média

« L'esprit de liberté, la soif de justice, la lutte contre l'arbitraire sous toutes ses formes » : c'est ce qui caractérisait Raymonde Tillon , selon le communiqué par lequel le président de l'Assemblée nationale salua sa disparition, le 17 juillet 2016. Déjà, pour célébrer les cent ans de la dernière survivante des trente-trois premières femmes élues députées en octobre 1945, il avait rappelé qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymonde-tillon/#i_21519

TOURS (CONGRÈS DE)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 988 mots

Le XVIII e  congrès du Parti socialiste unifié, section française de l'Internationale ouvrière, s'ouvre le 25 décembre 1920 à Tours, salle du Manège. L'enjeu en est clair : le parti adhérera-t-il ou n'adhérera-t-il pas à la III e Internationale, fondée par les révolutionnaires russes en 1919. Quelle que soit l'issue du vote, les délégués au congrè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tours-congres-de/#i_21519

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le Front populaire (1936-1937) »  : […] Le Front populaire est né d'une réaction contre l'agitation des ligues et la domination de la droite depuis 1934. Il fut favorisé par la crise économique et l'impopularité de la politique de déflation. Devant la menace fasciste, les mouvements de gauche prirent l'habitude de se concerter. L'action des communistes fut décisive. Contre Hitler, Staline voulait qu'ils sortent de l'isolement et qu'ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_21519

VAILLANT-COUTURIER MARIE-CLAUDE (1912-1996)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 725 mots
  •  • 1 média

Née à Paris le 3 novembre 1912, la fille de Cosette de Brunhoff et de Lucien Vogel, communiste et directeur de Vu , devait dire : « C'est la conscience de n'avoir pas eu d'autre effort à faire que celui de naître qui m'a donné une certaine conscience de classe. » Après ses études au collège Sévigné et aux Beaux-Arts, elle vécut à Berlin. Reporter-photographe, elle milita ensu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-claude-vaillant-couturier/#i_21519

VENAILLE FRANCK (1936-2018)

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 731 mots

Écrivain, poète, essayiste, conteur, librettiste d'opéra, dialoguiste, homme de radio, Franck Venaille fut un Homme en guerre (1995) perpétuelle, qui usa des mots comme d’une arme de révolte et d'une lampe d'éclaireur dans les ténèbres intérieures. Né dans le XI e  arrondissement de Paris le 26 novembre 1936, L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franck-venaille/#i_21519

VICHY RÉGIME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AZÉMA
  •  • 6 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La lutte sans merci contre « l'ennemi intérieur » »  : […] Des personnalités connues de « l'ancien Régime » furent poursuivies par des juges aux ordres : ainsi Pierre Mendès France et Jean Zay furent condamnés à des peines de prison sur le chef d'inculpation spécieux d'abandon de poste devant l'ennemi. Pétain, lui-même, en vertu de ses pouvoirs discrétionnaires, faisait enfermer dans un fort Paul Reynaud, avant-dernier président du Conseil, et Georges Man […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regime-de-vichy/#i_21519

Voir aussi

Les derniers événements

4-6 octobre 2018 • FranceDésaveu par la base de la direction du PCF.

Du 4 au 6, les adhérents du Parti communiste français (PCF), consultés sur le texte devant servir de « base commune » de discussion en vue de la préparation du congrès prévu en novembre, rejettent le texte présenté par le Conseil national dirigé par Pierre Laurent. Ils adoptent le texte intitulé [...] Lire la suite

11-29 juin 2017 • FranceVictoire de La République en marche aux élections législatives.

droite, LR obtient 112 députés – contre 199 dans l’Assemblée sortante –, l’UDI 18 et les divers droite 6. À gauche, le PS obtient 30 sièges – 280 dans l’Assemblée sortante –, le PRG 3 et les divers gauche 12. LFI fait son entrée au Parlement avec 17 élus – dont Jean-Luc Mélenchon – ; le PCF [...] Lire la suite

5-26 novembre 2016 • FranceRalliement du PCF à la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

Le 5, la conférence nationale du Parti communiste français (PCF) désavoue le secrétaire national Pierre Laurent en se prononçant à 55,7 p. 100 des suffrages en faveur d’une candidature autonome à l’élection présidentielle de 2017, plutôt que d’un ralliement à celle de Jean-Luc Mélenchon, dirigeant [...] Lire la suite

22-29 mars 2015 • FranceDéroute de la gauche aux élections départementales.

Le 22 se déroule le premier tour des élections départementales. Celles-ci remplacent les élections cantonales, en application de la réforme instaurée par la loi de mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers intercommunaux. Le scrutin, toujours majoritaire à deux tours, devient binominal et mixte, opposant désormais des binômes homme [...] Lire la suite

23-29 juillet 2009 • FranceExamen du projet de loi de redécoupage électoral.

Le 23, le Conseil d'État valide dans son ensemble le texte relatif au remodelage de la carte des circonscriptions législatives. Le projet de redécoupage, qui doit tenir compte du rééquilibrage démographique en France pour le scrutin de 2012, concerne au total soixante-quatre départements métropolitains et neuf départements et collectivités d'outre-mer. Le nombre de députés restant le même (577), i [...] Lire la suite

5-8 février 2009 • FranceNaissance du Nouveau Parti anticapitaliste.

Le 5 s'ouvre à la Plaine Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) le congrès fondateur du Nouveau Parti anticapitaliste (N.P.A.). La Ligue communiste révolutionnaire (L.C.R.) vote son autodissolution pour laisser la place au N.P.A. Son porte-parole, Olivier Besancenot, avait préconisé, le 26 janvier, la construction d'un « parti en rupture avec le capitalisme et les institutions de la classe dominante » po [...] Lire la suite

10-26 juin 2007 • FranceVictoire de la majorité présidentielle aux élections législatives.

Le 10, la majorité présidentielle remporte très largement le premier tour des élections législatives avec 45,52 p. 100 des suffrages exprimés – dont 39,5 p. 100 pour la seule U.M.P. (37,26 p. 100 en juin 2002) – et 109 des 110 députés élus contre un seul pour le P.S. qui recueille 27,67 p. 100 des voix (24,11 p. 100 en 2002). Sur les onze ministres qui avaient choisi de se présenter, sept dont Fra [...] Lire la suite

4-26 avril 2002 • FranceLa gauche éliminée du second tour de l'élection présidentielle.

Le 4, le Conseil constitutionnel annonce la validation de seize candidatures à l'élection présidentielle, nombre sans précédent sous la Ve République. Il s'agit de François Bayrou (U.D.F.), Olivier Besancenot (L.C.R.), Christine Boutin (Forum des républicains sociaux), Jean-Pierre Chevènement (Pôle républicain), Jacques Chirac (R.P.R.), Daniel Gluckstein (Parti des travaille [...] Lire la suite

14 novembre 2001 • FranceRelaxe de Robert Hue dans l'affaire du financement du P.C.F.

Après cinq années de procédure, le tribunal correctionnel de Paris relaxe Robert Hue, à l'issue du procès sur le financement occulte de son parti par l'ex-Compagnie générale des eaux (C.G.E.), entre 1990 et 1994, par le biais du bureau d'études Gifco. Le nouveau président et ancien secrétaire national du Parti communiste français (P.C.F.) était soupçonné de « recel de trafic d'influence ». La prés [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard PUDAL, « P.C.F. (Parti communiste français) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/parti-communiste-francais/