PARC ZOOLOGIQUE DE PARIS ou ZOO DE VINCENNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Ancienne organisation du Parc zoologique de Paris

Ancienne organisation du Parc zoologique de Paris
Crédits : Collection M. Leclerc-Cassan

photographie

Éléphants du Parc zoologique de Paris

Éléphants du Parc zoologique de Paris
Crédits : Collection M. Leclerc-Cassan

photographie

Parc zoologique de Paris dans les années 1930

Parc zoologique de Paris dans les années 1930
Crédits : Collection M. Leclerc-Cassan

photographie

Parc zoologique de Paris

Parc zoologique de Paris
Crédits : F. Grandin/ MNHN

photographie

Tous les médias


Les animaux et leur gestion

Pendant trente ans, les colonies françaises sont les grandes pourvoyeuses du zoo de Vincennes. En 1939, le nombre d’animaux atteint son maximum, avec près de deux mille spécimens. Les achats, les missions de capture, les dons, les dépôts de particuliers, la Seconde Guerre mondiale (qui a imposé un régime drastique aux bêtes), les échanges entre zoos, les ventes à divers établissements privés façonnent la collection jusqu’aux années 1970.

Plusieurs espèces ou individus marquent de leur empreinte l’histoire du parc. Les girafes, dès le départ, en sont l’emblème. Issu du petit zoo de l’Exposition coloniale, leur groupe donnera deux cents naissances en quatre-vingts ans. Autre réussite : les okapis pour lesquels on compte cinquante-cinq années de succès avec trente-six naissances.

Parc zoologique de Paris

Parc zoologique de Paris

Photographie

Le Grand Rocher et le troupeau de girafes furent les figures emblématiques du Parc zoologique de Paris dès sa création en 1934. On les retrouve ici au printemps de 2014, intégrés dans la nouvelle configuration de ce zoo. 

Crédits : F. Grandin/ MNHN

Afficher

Des animaux rares se succèdent : un éléphant de mer nommé Goliath, un jeune kouprey (bovidé sauvage d'Indochine disparu de nos jours) et, en 1939, Happy, un grand panda en transit… Siam, l’éléphant d’Asie, arrive au zoo de Vincennes le 28 août 1964. Sa prestance et ses mensurations hors normes (7 tonnes) lui vaudront, après sa mort, de trouver une place, en 2001, au sein de la Grande Galerie de l’évolution du Muséum. Un autre éléphant retient l’attention par l’extrême rareté de son espèce : c’est Coco, l’éléphant de forêt d’Afrique. En 1973, la Chine offre à la France deux grands pandas mâles : Yen-Yen et Li-Li.

Panda du Parc zoologique de Paris

Panda du Parc zoologique de Paris

Photographie

Offert en 1973 par Mao Zedong, fondateur et dirigeant de la République populaire de Chine, au président français Georges Pompidou, le panda Yen-Yen fut l'exemple même de « l'animal diplomatique », censé concrétiser la bonne entente entre deux pays. Accueilli au Parc zoologique de Paris où... 

Crédits : Collection M. Leclerc-Cassan

Afficher

Annuellement, 320 tonnes de foin, 220 tonnes de luzerne, 145 tonnes de fruits et de légumes, 50 tonnes de granulés, 90 tonnes de poisson, 52 tonnes de viande, 26 000 œufs sont distribués aux pensionnaires. Cent quarante personnes travaillent sur le site, réparties en trois grands secteurs : administratif, animalier et technique (ateliers et jardins). Vers 1980 s’ajouteront les services de la muséologie, de la communication et de la gestion des collections.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Maryvonne LECLERC-CASSAN, Viviane TYTELMAN, « PARC ZOOLOGIQUE DE PARIS ou ZOO DE VINCENNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/parc-zoologique-de-paris-zoo-de-vincennes/