PARATHYROÏDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Thyroïde et parathyroïdes

Thyroïde et parathyroïdes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Métabolisme de l'ion calcium

Métabolisme de l'ion calcium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama


L'hormone parathyroïdienne

La sécrétion parathyroïdienne

A. M. Hanson (1923) et J.-B. Collip (1925) ont obtenu une préparation active d'hormone parathyroïdienne (ou parathormone) par l'hydrolyse acide (HCl) de glandes de bœuf. G. D. Auerbach (1959) et H. Rasmussen (1964), mettant en œuvre le phénol dans les procédés d'extraction et la chromatographie dans les opérations de purification, ont réussi à isoler l'hormone. Il s'agit d'une chaîne polypeptidique simple, d'un poids moléculaire d'environ 9 000, possédant une activité caractéristique sur l'os, le rein et l'intestin.

Il existe des méthodes de dosage de l'hormone qui mettent à profit soit certains de ses effets métaboliques soit certains de ses effets métaboliques sur le calcium (détecté chez l'animal par le calcium 45), soit ses propriétés immunologiques (dosage radio-immunologique par l'hormone marquée à l'iode 131). La demi-vie de l'hormone dans le sang circulant serait de 10 à 20 minutes. Sa dégradation a lieu dans le tissu hépatique.

La sécrétion des parathyroïdes est stimulée par la chute du taux du calcium plasmatique. Des expériences de culture d'organes ont montré une relation inverse entre la concentration en calcium du milieu d'incubation et la production d'hormone parathyroïdienne par des glandes parathyroïdes transplantées. En outre, il a été reconnu que les concentrations des ions calcium (Ca2+) et des ions phosphate (PO43-) du plasma se comportent, en général, comme si le produit Ca2+ × PO43- est constant. Entre certaines limites, l'augmentation du phosphate plasmatique cause une diminution du calcium sérique et réciproquement. Bien qu'on ne puisse pas ignorer que les variations du phosphate sérique jouent un rôle direct en déclenchant la sécrétion parathyroïdienne, plusieurs arguments expérimentaux suggèrent que le signal physiologique pour les glandes parathyroïdes est soit une concentration faible du sérum en calcium ionisé, soit une chute de cette concentration.

Actions de l'hormone parathyroïdienne

Deux théories s'opposaient [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, docteur en médecine, ancien directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de recherche de l'unité de chronobiologie de la fondation A. de Rothschild

Classification


Autres références

«  PARATHYROÏDES  » est également traité dans :

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La vitamine D et l'hormone parathyroïdienne »  : […] La vitamine D, en grande partie apportée par l'alimentation, est transformée en ses dérivés actifs, essentiellement au niveau du foie et du rein. Son absence chez le nourrisson provoque des lésions des cartilages de croissance, donc le ralentissement de celle-ci. Cet effet de la carence en vitamine D est d'autant plus net que l'enfant a normalement une croissance très rapide à cet âge. Il est en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croissance-biologie/#i_1771

DÉCALCIFICATION

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS
  •  • 575 mots

Ce terme imprécis et très souvent « galvaudé » désigne une diminution de la minéralisation osseuse. On ne l'emploie guère dans le langage médical, car il est trop général, alors que tous les efforts tendent à préciser la nature et la cause des « décalcifications du squelette ». Pour plus de clarté, on distinguera les décalcifications en formes généralisées, qui évoquent des maladies diffuses, méta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decalcification/#i_1771

ENDOCRINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT
  •  • 3 846 mots

Dans le chapitre « Premières démonstrations expérimentales »  : […] On connaissait, depuis la plus haute antiquité, les effets de la castration, communément pratiquée chez l'homme. Mais Berthold, le premier, en 1849, démontra expérimentalement l'action des testicules sur la composition du sang en pratiquant chez le coq des castrations et des transplantations de la glande. Avant même que Claude Bernard eût établi et formulé la notion de « sécrétion interne », Vulp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/endocrinologie/#i_1771

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Mécanismes d'action et effets physiologiques »  : […] Les effets physiologiques des hormones au niveau des cellules effectrices (par exemple sur la croissance, les capacités de synthèse ou de sécrétion) sont le résultat d'une chaîne d'événements qui débute par l'interaction de la molécule hormonale avec un récepteur spécifique. C'est la présence dans des cellules de récepteurs reconnaissant une « hormone » avec une forte affinité qui confère à ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones/#i_1771

IMMUNOPATHIES

  • Écrit par 
  • Jean-François BACH, 
  • Jean-Claude BROUET, 
  • Claude GRISCELLI, 
  • Pierre VERROUST, 
  • Guy-André VOISIN
  •  • 11 761 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Déficits prédominants de l'immunité cellulaire »  : […] a )   Aplasie thymique ou syndrome de Di George . L'aplasie thymique est une embryopathie dominée par le défaut de développement des ébauches thymiques. L'étiologie en est inconnue. Dans tous les cas décrits, une tétanie néo-natale liée à une anomalie de développement des parathyroïdes représente le premier symptôme. Le diagnostic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunopathies/#i_1771

NUCLÉAIRE MÉDECINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BARAT, 
  • Dominique DUCASSOU, 
  • Nathalie VALLI
  •  • 5 878 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les glandes parathyroïdes »  : […] Plusieurs protocoles d'études peuvent être proposés en médecine nucléaire pour l'exploration des parathyroïdes, en particulier lors de la recherche de nodules parathyroïdiens hyperfonctionnels, c'est-à-dire responsables d'une sécrétion accrue de parathormone. L'un d'entre eux consiste à injecter un traceur, le 99m Tc-MIBI, capté simultanément par les quatre glandes parath […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-nucleaire/#i_1771

TÊTE ET COU

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 13 400 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Région sous-hyoïdienne »  : […] Entièrement cervicale, la région sous-hyoïdienne s'étend de l'os hyoïde à la base du cou . Elle comprend des viscères, larynx et trachée en avant, pharynx et œsophage en arrière, et des glandes, la thyroïde en particulier, le tout étant bordé par les muscles sous-hyoïdiens (cf. larynx ). Le larynx , organe de la phonation, est une portion rétrécie d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tete-et-cou/#i_1771

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain REINBERG, « PARATHYROÏDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/parathyroides/