PAQUIN

Pendant toute la fin du xixe siècle et le premier tiers du xxe siècle, la maison Paquin, à Paris, offrit à la couture un modèle de développement. L'origine du nom est ancienne – selon Dominique Sirop, lui-même couturier, auteur d'une monographie et organisateur d'une exposition Paquin à Lyon en 1989, Paquin frères désigna d'abord un magasin de confection pour hommes installé à Caen dans les années 1840 –, avant que, en 1889, Isidore Jacob, dit Paquin, ne fonde avec deux associés la maison Paquin, Lalanne et Cie. Dès l'ouverture, Jeanne Beckers est engagée comme modéliste. Elle deviendra, en 1891, l'épouse d'Isidore Jacob, qui, quelques semaines auparavant, avait racheté les parts de Madame Lalanne, transformant ainsi la société en Paquin et Cie. Huit ans plus tard, Isidore Jacob est autorisé à ajouter Paquin à son patronyme ; c'est ce dernier nom qui passera à la postérité.

Le couple possède des talents complémentaires : elle se charge de la création, lui de la gestion et du négoce. Ensemble, ils définissent une identité suffisamment forte pour que la maison leur survive. Ainsi, lorsque meurt Isidore Jacob, en 1907, sa veuve met à la tête de l'entreprise son beau-frère, Henri Joire, pour en assurer la gestion financière et commerciale. Et lorsqu'elle-même décide de se retirer, au début des années 1920, elle passe le flambeau à Madeleine Wallis, laquelle cédera sa place à Ana de Pombo l'année même du décès de Jeanne Paquin, en 1936. Pendant l'Occupation, c'est Antonio Cánovas del Castillo qui assure la direction artistique de la maison et accueille le jeune Pierre Cardin, tandis que Colette Massignac devient directeur de la création après-guerre, juste avant d'être remplacée par le brillant Lou Claverie, qui s'impose avec sa ligne « Torpille ». Puis ce dernier cède sa place à l'Américain Alan Graham, avant la cessation d'activité définitive de la maison, survenue le 1er juillet 1956.

Chaque directeur artistique, tout en apportant à la maison Paquin une touche personn [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Catherine ORMEN, « PAQUIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paquin/