PAPYROLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des conditions particulières

De la conquête d'Alexandre à l'invasion arabe, de 331 avant J.-C. à 641 après J.-C., le grec est resté la « langue officielle » de l'administration égyptienne, en même temps que celle de l'élite, cultivée et fortunée, des descendants des Macédoniens. La conquête romaine ne modifia que très peu l'organisation ptolémaïque, et on n'a que 345 papyrus latins d'Égypte, recueillis dans le Corpus papyrorum latinarum par R. Cavenaile. L'« ère des papyrus » coïncide exactement avec cette période. Le plus ancien document daté est un contrat de mariage trouvé à Éléphantine (actuel site d'Assouan) et remontant à 311 avant J.-C., au temps où Ptolémée Sôter se disait encore « satrape » d'Alexandre (et c'est le nom d'Alexandre le Grand qui se lit à la première ligne). Les plus récents textes donnent la correspondance, datée de 710, d'un gouverneur arabe et de l'administration grecque d'un village. Les fouilles ont mis au jour plusieurs dizaines de milliers de documents (quatre mille pour le seul site d'Oxyrynchos) dont la plupart, à la différence des textes épigraphiques, n'étaient pas destinés à survivre. Reçus, contrats, lettres privées, pétitions forment l'essentiel de la documentation, qui nous restitue « sur le vif » les moindres détails de la vie quotidienne : on possède des exercices d'écolier comme des horoscopes, des lettres au roi comme des rapports de police, des invocations magiques comme des prières chrétiennes ; on aura une idée de cette diversité en feuilletant les deux premiers volumes des Select Papyri.

Ce « miracle » n'est possible que grâce aux conditions climatiques. Depuis la première dynastie (date des rouleaux de papyrus trouvés à Sakkara dans la tombe du « vizir » Hemaka), les Égyptiens traitent les fibres du Cyperus papyrus, plante des marais et des bords du Nil, suivant la méthode décrite par Pline (livre XIII) pour obtenir cet ancêtre du papier qu'est le papyrus ; le commerce s'en étendit à tout l'Empire romain qui, avant d'utiliser [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Dijon

Classification


Autres références

«  PAPYROLOGIE  » est également traité dans :

COPTES

  • Écrit par 
  • Pierre DU BOURGUET, 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 6 982 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le monde païen »  : […] Les textes où se manifeste une langue pratiquement fixée – dernière étape de la langue de l'Égypte ancienne avec deux catégories de mots nouveaux, ceux de l'administration, ceux de la religion – remontent au i er  siècle de notre ère. Horoscopes ou formules d'exécration, ils relèvent de la magie et sont sans doute des traductions. La littérature magique plus directement copte se prolongera jusqu'à […] Lire la suite

DÉCRYPTAGE DES PAPYRUS D'HERCULANUM

  • Écrit par 
  • Daniel DELATTRE
  •  • 662 mots
  •  • 1 média

Les spécialistes des écrits anciens sur papyrus attendaient beaucoup des techniques d’imagerie pour percer le secret des rouleaux retrouvés entre 1752 et 1754 à Herculanum sous la lave du Vésuve qui les avait conservés depuis l’éruption de 79, au cours de laquelle ils furent carbonisés à une température de plus de 300  0 C. Depuis longtemps, de gros efforts avaient été déployés pour lire le conte […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 7 499 mots
  •  • 2 médias

Si l'on peut se demander quelle est la première civilisation qui a inventé et employé l'écriture comme moyen d'échange, en revanche on peut affirmer que c'est dans la vallée du Nil que fut créée la plus ancienne littérature écrite attestée à ce jour. L'Égypte est par excellence la terre des scribes. La civilisation égyptienne étant prise dans un système d'intégration cosmique qui, sur terre, culmi […] Lire la suite

EMPÉDOCLE (env. 490-env. 430 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean BOLLACK
  •  • 2 902 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le papyrus de Strasbourg »  : […] Un bandeau de papyrus pliés, servant de support aux feuilles de bronze d'une couronne funéraire, avait été déposé dans une tombe, au ii e ou iii e siècle après J.-C., vraisemblablement à Achmîm, l'antique Panopolis, en Haute-Égypte, l'endroit même où le papyrus fut acheté. On ne sait s'il faisait partie de la bibliothèque du mort, s'il était destiné à accompagner celui-ci dans son voyage d'outre […] Lire la suite

NAG HAMMADI BIBLIOTHÈQUE DE

  • Écrit par 
  • Michel PEZIN
  •  • 1 376 mots

On désigne sous le nom de bibliothèque de Nag Hammadi un lot de papyrus découverts fortuitement par des paysans égyptiens durant l'hiver 1945-1946. Ces papyrus étaient enfermés dans une jarre, au pied de la falaise du Gebel el-Tarif, assez près de l'ancien monastère fondé par Pacôme (Pboou ou Phboou, aujourd'hui Faou Guibli), sur le territoire du village de Qsar El-Sayyad (l'antique Khenoboskion) […] Lire la suite

TEXTES (Grèce antique)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 798 mots

Dans le chapitre « Les papyrus »  : […] L'apport des papyrus trouvés en Égypte n'en est que plus précieux : certains proposent des variantes, très antérieures aux manuscrits, de textes déjà connus ; mieux encore, d'autres révèlent des textes nouveaux, parfois d'un intérêt majeur. C'est ainsi que furent découverts, en 1890, la Constitution des Athéniens d'Aristote (British Museum, Londres) et, en 1957, la première comédie complète de Mé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrice CAUDERLIER, « PAPYROLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/papyrologie/