Pappochelys rosinae"/ >

PAPPOCHELYS ROSINAE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pappochelys confirme que les tortues sont bien des diapsides

Les caractéristiques les plus remarquables de Pappochelys sont, d’une part, la présence de deux fosses temporales (absentes chez toutes les tortues actuelles) sur le crâne et, d’autre part, une configuration des os de la région temporale qui est très proche de celle des diapsides. La fosse temporale inférieure est ouverte vers le bas, tandis que la petite fosse temporale supérieure suggère que cette ouverture est réduite. On a longtemps pensé qu’Eunotosaurus était un anapside, donc dépourvu de fosse temporale. Toutefois, une nouvelle étude de ce fossile (G. S. Bever et al., « Evolutionary origin of the turtle skull », in Nature, vol. 525, pp. 239-242, sept. 2015), utilisant la méthode de tomographie à haute résolution, a démontré qu’il possède aussi deux fosses temporales sur le crâne. La fosse temporale inférieure est ouverte ventralement, comme chez Pappochelys, tandis que la fosse temporale supérieure est ouverte chez les juvéniles, mais cachée par l’os supratemporal chez les adultes. Cela montre que ces fosses temporales sont refermées secondairement chez les tortues plus évoluées que Eunotosaurus et Pappochelys.

Ces nouvelles découvertes ont une importance capitale pour l’étude des relations de parenté des tortues : les tortues n’appartiennent pas aux Anapsides, groupe primitif dont elles seraient les seules représentantes actuelles, comme on l’a longtemps pensé, mais sont proches des autres reptiles actuels (lézards, crocodiles, serpents par exemple) et même des oiseaux. Classer les tortues parmi les Diapsides n’est pas une idée nouvelle, et cette option reçoit un fort soutien de la part de la biologie moléculaire depuis la fin des années 1990. Toutefois, contrairement à certains paléontologues qui considèrent que les tortues sont proches des Sauroptérygiens – un groupe de reptiles marins mésozoïques comprenant les nothosaures, les plésiosaures et les placodontes –, le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Haiyan TONG, « PAPPOCHELYS ROSINAE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pappochelys-rosinae/