PANTHÉISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spinoza

Ces idées semblent annoncer l'étape suivante du panthéisme, l'étape qui en est aussi le stade le plus haut et la plus haute expression : la philosophie de Spinoza. Mais Bruno n'est pas Spinoza et celui-ci apportera à l'ontologie moniste et immanentiste un développement parfaitement original et décisif, une inspiration qui sera plus présente encore chez Schelling ou Hegel que ne pouvait l'être l'inspiration brunienne.

C'est en effet le monisme radical de l'être qui est retenu par la philosophie française du xviiie siècle et la métaphysique allemande du xixe comme le constituant essentiel du spinozisme. Il y aurait lieu, certes, d'élargir la compréhension du spinozisme, mais il est exact que son action et sa vertu, pourrait-on dire, sont principalement dues à cette doctrine de la Substance.

L'autosuffisance du monde

Une telle doctrine a plus de force que celle de Bruno, en raison d'une meilleure organisation logique des concepts et en raison d'une pureté rationnelle plus parfaite. Spinoza, par exemple, n'aurait jamais accordé, comme Bruno, que la magie pût avoir une vérité, ou qu'il soit possible de parler d'une surnature.

C'est en toute rigueur que le Dieu de Spinoza, comme Substance, doit être identifié à la Nature. En effet, le lien qui existe entre Dieu et le monde sensible n'est pas le moins du monde un lien d'émanation, comme chez Plotin, ou de réalisation d'une potentialité, l'acte et la puissance fussent-ils contemporains. Pour Spinoza, la puissance de Dieu, c'est-à-dire de la Substance, c'est-à-dire de la Nature (cf. par exemple Éthique, IV, préface), n'est rien d'autre que son existence même. L'infini est l'être en acte, et celui-ci ne découle d'aucune potentialité ni d'aucun acte de création.

En Dieu, il n'est donc pas possible de parler d'Âme ni d'Intellect, à la façon de Bruno ou de Plotin. La vie ou la raison concernent les modalités finies de la Pensée [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PANTHÉISME  » est également traité dans :

AMAURICIENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 699 mots

Disciples supposés d'un clerc qui enseignait la philosophie et la théologie à Paris, Amaury de Bène, les amauriciens, condamnés en 1209 et 1211, s'inscrivent plus exactement parmi les premiers adeptes d'un courant que l'Église condamnera plus tard sous le nom de Libre-Esprit. En 1204, le pape condamne la proposition de maître Amaury, originaire de Bène, près de Chartres, selon laquelle « tout chré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amauriciens/#i_6204

DAVID DE DINANT (fin XIe-déb. XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean RIBAILLIER
  •  • 1 172 mots

« Mystérieux auteur d'une œuvre non moins mystérieuse. » Cette formule rend assez bien compte de l'état de nos connaissances sur David de Dinant. On sait qu'il fut condamné ainsi qu'Amaury de Bène au synode de Paris (1210) : « Les Quaternuli de David devaient être apportés à l'évêque de Paris avant Noël afin d'être brûlés ; quiconque les conserverait après ce temps serait exc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-de-dinant/#i_6204

LIBRE-ESPRIT MOUVEMENT DU

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 3 154 mots

Dans le chapitre « Des amauriciens aux ranters »  : […] Jusqu'à plus ample information, il est d'usage de faire remonter le Libre-Esprit aux deux procès intentés, à Paris en 1209 et à Amiens en 1211, aux disciples supposés d' Amaury de Bènes, mort en 1207. Celui-ci s'était attiré la réprobation pontificale pour avoir affirmé que chaque homme est tenu de se considérer comme membre du Christ. Une simple abjuration mettra fin à une querelle qui semble n'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-du-libre-esprit/#i_6204

RECHERCHES PHILOSOPHIQUES SUR L'ESSENCE DE LA LIBERTÉ HUMAINE, Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 828 mots

Les Recherches philosophiques sur l'essence de la liberté humaine et les sujets qui s'y rattachent sont pratiquement le dernier livre paru du vivant de F. W. J. von Schelling (1775-1854) qui, cependant, continuera à élaborer sa pensée pendant près de quarante-cinq ans. Ce texte difficile et célèbre – il en existe cinq traductions en français – marque une triple rupture : ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherches-philosophiques-sur-l-essence-de-la-liberte-humaine/#i_6204

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Spinoza et la naissance du panthéisme en Angleterre et en Allemagne »  : […] À la fin du xvii e et au début du xviii e  siècle, l'Irlandais John Toland évoque explicitement dans ses œuvres et le nom et la méthode et la doctrine de Spinoza, disant de celle-ci, pour la louer, qu'elle est «  panthéiste ». Il reprend la même critique de la Révélation dans ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_6204

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MISRAHI, « PANTHÉISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pantheisme/