PANTHÉISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Giordano Bruno

C'est cette solution néo-platonicienne au problème de la transcendance de l'être qui sera adoptée (et adaptée) par certaines philosophies médiévales, arabes, juives, ou chrétiennes. Elles constituent la charnière qui relie Plotin à la Renaissance par Giordano Bruno. On ne les évoque ici que pour mémoire, préférant laisser parler le représentant même du panthéisme moderne, Giordano Bruno. Celui-ci se réfère fort souvent à Plotin, et il cite parfois un Arabe et un chrétien, Avicébron et David de Dinant. S. Munk a établi que le Maure Avicébron était en réalité le philosophe juif espagnol Ibn Gabirol (xie s.), auteur du Fons vitae, traduit de l'arabe. David de Dinant, condamné par l'Église, est surtout connu par les comptes rendus et les extraits qu'on trouve de son œuvre chez Albert le Grand.

Ce que Bruno retient essentiellement chez David de Dinant et chez Ibn Gabirol, c'est l'affirmation de la divinité de la matière. À partir de ce point de départ, on comprend qu'on puisse retrouver l'inspiration essentielle du panthéisme jusqu'au cœur du Moyen Âge : Dieu est infini, et la nature matérielle qui est divine fait partie intégrante de cet infini. Le monde, dès lors, est réunifié et l'on peut affirmer valablement et que Dieu est l'infini et que Dieu est Un.

C'est cette inspiration qu'on retrouvera chez Giordano Bruno, le système des concepts venant de la lutte difficile qu'il dut mener contre l'emprise aristotélicienne, qui dressait tout un barrage entre Plotin et lui-même.

Reconnaissant, à la façon de Plotin, que « toute la philosophie est une recherche sur le premier principe », Bruno doit élaborer son système avec les concepts aristotéliciens de forme et de matière, de substance et d'accident, de cause et de principe, mais en se dressant contre ces concepts, et en leur attribuant un sens parfaitement neuf et subversif. C'est dans cette perspective q [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PANTHÉISME  » est également traité dans :

AMAURICIENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 699 mots

Disciples supposés d'un clerc qui enseignait la philosophie et la théologie à Paris, Amaury de Bène, les amauriciens, condamnés en 1209 et 1211, s'inscrivent plus exactement parmi les premiers adeptes d'un courant que l'Église condamnera plus tard sous le nom de Libre-Esprit. En 1204, le pape condamne la proposition de maître Amaury, originaire de Bène, près de Chartres, selon laquelle « tout chré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amauriciens/#i_6204

DAVID DE DINANT (fin XIe-déb. XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean RIBAILLIER
  •  • 1 172 mots

« Mystérieux auteur d'une œuvre non moins mystérieuse. » Cette formule rend assez bien compte de l'état de nos connaissances sur David de Dinant. On sait qu'il fut condamné ainsi qu'Amaury de Bène au synode de Paris (1210) : « Les Quaternuli de David devaient être apportés à l'évêque de Paris avant Noël afin d'être brûlés ; quiconque les conserverait après ce temps serait exc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-de-dinant/#i_6204

LIBRE-ESPRIT MOUVEMENT DU

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 3 154 mots

Dans le chapitre « Des amauriciens aux ranters »  : […] Jusqu'à plus ample information, il est d'usage de faire remonter le Libre-Esprit aux deux procès intentés, à Paris en 1209 et à Amiens en 1211, aux disciples supposés d' Amaury de Bènes, mort en 1207. Celui-ci s'était attiré la réprobation pontificale pour avoir affirmé que chaque homme est tenu de se considérer comme membre du Christ. Une simple abjuration mettra fin à une querelle qui semble n'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-du-libre-esprit/#i_6204

RECHERCHES PHILOSOPHIQUES SUR L'ESSENCE DE LA LIBERTÉ HUMAINE, Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 828 mots

Les Recherches philosophiques sur l'essence de la liberté humaine et les sujets qui s'y rattachent sont pratiquement le dernier livre paru du vivant de F. W. J. von Schelling (1775-1854) qui, cependant, continuera à élaborer sa pensée pendant près de quarante-cinq ans. Ce texte difficile et célèbre – il en existe cinq traductions en français – marque une triple rupture : ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherches-philosophiques-sur-l-essence-de-la-liberte-humaine/#i_6204

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Spinoza et la naissance du panthéisme en Angleterre et en Allemagne »  : […] À la fin du xvii e et au début du xviii e  siècle, l'Irlandais John Toland évoque explicitement dans ses œuvres et le nom et la méthode et la doctrine de Spinoza, disant de celle-ci, pour la louer, qu'elle est «  panthéiste ». Il reprend la même critique de la Révélation dans ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_6204

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MISRAHI, « PANTHÉISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pantheisme/