PANTAGRUEL, François RabelaisFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Horribles faits et prouesses » d’un jeune géant

Le livre s’ouvre sur un prologue dans lequel le narrateur dit d’abord sa dette envers le livret populaire dont il s’est inspiré, les Grandes et Inestimables Chroniques de lénorme géant Gargantua. Il prétend néanmoins, facétieusement, s’en distinguer par la véracité des faits qu’il s’apprête à rapporter et dont il affirme avoir été le témoin en tant que serviteur du héros.

Après l’évocation de l’origine des géants et de la généalogie de Pantagruel vient le récit de la naissance de ce dernier, en pleine période de sécheresse (d’où son nom, Pantagruel, qui signifie « tout altéré »). Sa mère, Badebec, meurt durant l’accouchement, laissant Gargantua, son père, partagé entre chagrin et joie. L’enfance de Pantagruel est une succession d’exploits bien dignes d’un géant. Devenu adulte, il est envoyé à Poitiers pour étudier. Il en profite pour faire un tour de France des universités, et s’emporte, en chemin, contre un Limousin qui écorche la langue française. Puis il se rend à Paris, où il visite la bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor, et dresse une liste comique des ouvrages, réels ou imaginaires, qu’elle contient. Son père lui envoie une lettre – véritable programme humaniste – dans laquelle il le rappelle à ses devoirs, intellectuels et moraux.

Pantagruel fait alors la rencontre de Panurge, sorte de vagabond génial qui s’exprime en pas moins de quatorze langues : ils deviennent aussitôt amis et ne se quitteront plus. Les connaissances encyclopédiques acquises par le jeune géant lui valent une certaine renommée, et on fait appel à lui pour juger dans un procès qui s’éternise. Après avoir écouté les arguments inintelligibles des deux plaignants, il rend lui-même un verdict incompréhensible, dans une parodie de jargon judiciaire qui satisfait tout le monde. Les dix chapitres suivants sont consacrés à Panurge, ses aventures rocambolesques, ses idées extravagantes, son art de la rhétorique, ses mœurs dissolues, ses déboires sentimentaux, ses ma [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PANTAGRUEL, François Rabelais  » est également traité dans :

RABELAIS FRANÇOIS (1483 env.-1553)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 9 583 mots
  •  • 2 médias

Libre penseur ou chrétien sincère, soutien de la politique royale ou esprit subversif, philosophe ou conteur facétieux : ces rôles, et quelques autres, les commentateurs les ont prêtés à Rabelais, dont l'œuvre polymorphe échappe à tout classement. Les quatre romans publiés de son vivant donnent à rire et à penser, dans une dualité qui ne facilite pas l'interprétation. Ces textes où l'on débat de t […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 834 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Romans et contes  »  : […] Chez Rabelais (env. 1484-1553), l’heure est d’abord à l’euphorie. En témoigne la lettre de Gargantua à son fils Pantagruel, insérée dans le roman qui porte le nom de ce dernier, et qui est un hymne à la Renaissance des lettres sous François I er . Tout en se mettant à l’école de Lucien de Samosate et d’ Érasme , pour ne rien dire de Teofilo Folengo , Rabelais appartient au départ à la famille fr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « PANTAGRUEL, François Rabelais - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pantagruel/