PAMUK ORHAN (1952- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La langue d'Orhan Pamuk

Bien que son expression soit parfaitement accessible au grand public, Orhan Pamuk s'est dégagé très tôt de l'obligation à laquelle s'astreignait l'intelligentsia turque républicaine, à savoir écrire dans une langue « pure » ou « purifiée », alors que la plupart de ses contemporains ont été soumis à la férule d'une réforme linguistique radicale qui, en l'espace d'un demi-siècle (1933-1983), a littéralement transformé le vocabulaire de la langue turque. Une grande partie des emprunts linguistiques arabo-persans, massivement introduits pendant des siècles ottomans, ont été rejetés. Dès son premier roman, Orhan Pamuk a choisi de s'exprimer à contre-courant, sans se soucier de purisme ni d'être taxé de passéisme linguistique.

Influencé par Jorge Luis Borges, il se complaît dans les jeux de miroir. En vrai créateur, il aime jouer avec les mots, les histoires et le destin des hommes pour tendre vers le rêve flaubertien : écrire « un livre sur rien ». Mais ce « rien », ce « gadget moderne » qui est le roman, écrit-il, est l'une des plus grandes inventions que l'Europe ait jamais réalisées. C'est le seul recours à l'impasse de la condition humaine, car l'imagination romanesque lui permet de se transformer.

Contrairement à des auteurs plus « spécialisés », Orhan Pamuk apparaît comme un écrivain polyvalent capable de faire siens tous les espaces d'expression, y compris la pure fiction ; il n'hésite pas à faire appel à l'histoire, à utiliser et à mettre à profit les savoirs populaires, les arts savants des temps anciens.

Homme de persévérance, l'écrivain doit découvrir l'être caché à l'intérieur de lui-même et le construire patiemment, mot à mot, ligne à ligne, livre après livre. Orhan Pamuk est un créateur ouvert, en mutation constante. Loin de l'image romantique de l'artiste soumis aux caprices de son inspiration, il se considère plutôt comme un artisan. Plus qu'à la force de l'imagination, il croit à la vertu de la recherche et du travail. Pour y parvenir, il privilégie la nécessité du retour sur soi et prend ses distances avec la société pour s'isoler [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  PAMUK ORHAN (1952- )  » est également traité dans :

CETTE CHOSE ÉTRANGE EN MOI (O. Pamuk)

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR
  •  • 961 mots

Le roman d’Orhan Pamuk nous invite à découvrir la mutation sociale d’une ville et d’un pays à travers la vie de petites gens venus d’Anatolie chercher une meilleure vie à Istanbul. On savait que l’écrivain, au fait de tous « les secrets des rues d’Istanbul », maniait magistralement toutes les subtilités de langage citadin et le mode de vie des classes moyen […] Lire la suite

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 595 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La littérature turque européenne »  : […] Une génération d'écrivains d'origine turque, nés ou établis en Europe, ayant connu l'expérience de l'immigration ou celle de l'exil, se manifeste de plus en plus visiblement. Certains continuent d'écrire en turc : Nedim Gürsel en France, Demir Özlü en Suède, Aysel Özakin en Allemagne et en Grande-Bretagne. D'autres s’expriment directement dans la langue de leur pays d'accueil ; c'est notamment le […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12 octobre 2006 • France • Polémique sur une proposition de loi pénalisant la négation du génocide arménien.

des députés français et contre l'attribution, le même jour, du prix Nobel de littérature à l'écrivain turc Orhan Pamuk, qui a dénoncé publiquement le génocide arménien. Enfin, le commissaire européen à l'Élargissement Olli Rehn estime que cette proposition de loi complique les négociations en vue de l'adhésion de la Turquie à l'Union. Les appels au boycottage des produits français se multiplient en Turquie.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BOZDÉMIR, « PAMUK ORHAN (1952- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pamuk-orhan-1952/