PALUDISME ou MALARIA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Anophèle (moustique)

Anophèle (moustique)
Crédits : Tim Flach/ Getty Images

photographie

Malaria

Malaria
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Plasmodium : cycle de développement

Plasmodium : cycle de développement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tête de moustique anophèle

Tête de moustique anophèle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


L'agent pathogène

Trois espèces parasitaires sont pathogènes pour l'homme et le plus fréquemment retrouvées chez les malades : Plasmodium vivax (le plus fréquent), Plasmodium falciparum (le plus dangereux) et Plasmodium malariae (le plus rare). Une quatrième variété, Plasmodium ovale, est d'un intérêt contingent sauf en Afrique équatoriale. Un cinquième, Plasmodium knowlesi, est une maladie émergente en Asie du Sud-Est, encore au stade de la zoonose, dont le réservoir est le macaque à longue queue. Tous subissent un cycle complexe et nécessaire à leur survie, avec une phase asexuée chez l'homme ou schizogonie et une phase sexuée chez le moustique ou sporogonie.

Malaria

Malaria

Vidéo

Cycle infectieux du Plasmodium, parasite responsable du paludisme.Le paludisme ou malaria est une maladie tropicale transmise par la femelle du moustique Anophèle. On estime qu'elle affecte dans le monde une population de 500 millions de personnes et cause près de 2 millions de morts par... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Plasmodium : cycle de développement

Plasmodium : cycle de développement

Dessin

Cycle de développement d'un Plasmodium. Chez l'homme, la reproduction asexuée ou schizogonie se déroule en deux phases : lors de la piqûre, l'anophèle femelle inocule, avec sa salive, des sporozoïtes qui quittent rapidement le sang et pénètrent chacun (a) dans une cellule du foie. Ils se... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le parasite est inoculé dans le sang humain lors de la piqûre du moustique et de son repas de sang. En quelques minutes, il se réfugie et se multiplie dans les cellules de certains systèmes ou organes, le foie essentiellement. Là, deux des trois variétés, P. vivax et P. malariae, constituent des « dépôts parasitaires » prolongés, par envahissement successif de plusieurs cellules. Une dizaine de jours après la piqûre, les trois espèces plasmodiales qui se sont multipliées passent dans le sang, pénètrent dans les globules rouges (on les nomme alors schizontes) et s'y multiplient jusqu'à l'éclatement du globule hôte. Cette rupture s’accompagne de la libération de toxines à l’origine des accès fébriles, et de parasites qui envahissent d'autres globules rouges. Plusieurs évolutions semblables se succèdent ainsi. Un cycle globulaire dure deux jours pour P. vivax et P. falciparum, et la fièvre est alors de type « tierce », avec un accès thermique tous les deux jours. Elle est de type « quarte » pour P. malariae, dont le cycle globulaire exige un jour de plus, avec un maximum fébrile tous les trois jours seulement. Ces caractéristiques expliquent le nom de « fièvres intermittentes » autrefois donné au paludisme. La fièvre est en revanche quotidienne, en fait constante, dans les infections à P. knowlesi.

Certains parasites, issus des globules r [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté de médecine de Paris-Saint-Antoine, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : professeur agrégé du Val-de-Grâce, médecin général inspecteur, directeur général du service de santé de la première région militaire

Classification


Autres références

«  PALUDISME ou MALARIA  » est également traité dans :

PALUDISME : DÉCOUVERTE DU PARASITE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 228 mots

Le Français Alphonse Laveran (1845-1922), issu d'une famille de médecins et d'officiers, lui-même médecin militaire en Algérie, à Bône puis à Constantine, s'intéresse aux causes « microbiennes » du paludisme alors très prévalent sur le pourtour du bassin méditerranéen. Il découvre en 1878, dans le sang de ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paludisme-decouverte-du-parasite/#i_10959

PRÉVENTION DU PALUDISME

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 789 mots
  •  • 4 médias

Le paludisme humain, encore appelé malaria, est une maladie parasitaire grave, souvent mortelle chez le jeune enfant, caractérisée par des fièvres périodiques et un affaiblissement progressif du sujet. Il est dû à la présence dans le sang de parasites du genre Plasmodiumtransmis par des insectes piqueurs (moustiques) du genre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prevention-du-paludisme/#i_10959

PALUDISME À PLASMODIUM KNOWLESI

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 740 mots
  •  • 2 médias

Le paludisme est une maladie due à un protiste parasite du genre Plasmodium qui provoque chez l’homme des fièvres intermittentes caractéristiques. Chacune de ces fièvres possède des particularités propres liées au Plasmodium qui en est responsable. Ainsi, le paludisme à Plasmodium f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paludisme-a-plasmodium-knowlesi/#i_10959

COCCIDIES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 136 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les Hémosporidies »  : […] Les Hémosporidies sont des Eimeridés hétéroxènes. Leur importance est grande car ils parasitent les Vertébrés (Reptiles, Oiseaux, Mammifères), chez lesquels se produit la schizogonie ; cette dernière a toujours lieu dans les globules rouges. Les phases de gamogonie et la sporogonie se déroulent le plus souvent chez un insecte piqueur. Les espèces les plus importantes en parasitologie humaine ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coccidies/#i_10959

COLUZZI MARIO (1938-2012)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 493 mots

Le professeur Caio Mario Coluzzi Bartoccioni est né le 30 novembre 1938 à Pérouse et décédé à Rome le 30 octobre 2012, au terme d’une lutte douloureuse de plusieurs années contre la maladie de Parkinson. Sa carrière scientifique a été entièrement consacrée à l'étude du paludisme, et tout particulièrement à l'étude génétique et écologique des diptères ( Anopheles ) vecteurs d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mario-coluzzi/#i_10959

DÉCOUVERTE DES DÉFENSES IMMUNITAIRES DES INSECTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 659 mots

Ilia (Élie) Metchnikov démontre, en 1882, la capacité des cellules intestinales de l’étoile de mer à ingérer et détruire des particules étrangères, dont les microbes. Il appelle ces cellules des « phagocytes ». Ce phénomène, la phagocytose, est universel ; c’est une réponse défensive spontanée, innée. À partir de 1890, Paul Ehrlich et Émile Roux démontrent chacun l’existence d’une réponse égaleme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-des-defenses-immunitaires-des-insectes/#i_10959

ÉPIDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 16 519 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les épidémies extra-européennes »  : […] Les épidémies extra-européennes de l'époque contemporaine sont mieux connues que celles des siècles précédents grâce aux nombreux récits de voyageurs, de missionnaires, d'officiers et de fonctionnaires que multiplie l'expansion coloniale. Celle-ci modifie profondément les données de l'épidémiologie ancienne. L'importance de la mortalité dans les sociétés précoloniales, soulignée par tous les rappo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epidemies/#i_10959

FIÈVRE BILIEUSE HÉMOGLOBINURIQUE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 223 mots

Complication grave et actuellement exceptionnelle, la fièvre bilieuse hémoglobinurique survient chez un malade porteur d'un ancien paludisme. C'est un épisode hémolytique aigu, d'origine immuno-allergique, lié à la prise de quinine et peut-être d'autres antipaludéens. Le début est brutal, marqué par de la fièvre, un malaise intense, un état de choc, l'émission d'urines hémoglobinuriques. Une insuf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fievre-bilieuse-hemoglobinurique/#i_10959

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Atteintes parasitaires »  : […] Dans le paludisme, les sporozoïtes présents dans la salive qu'infecte l'insecte vecteur (moustique anophèle) sont amenés par le sang au foie, où ils se multiplient au sein d'hépatocytes qui deviendront ainsi des « corps bleus ». La rupture des cellules hôtes, qui permettra au parasite de retourner dans le sang, sous forme de mérozoïtes qui vont se loger dans les globules rouges, inaugure la phase […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foie/#i_10959

GNF6702, INHIBITEUR DE PROTÉASOMES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 990 mots
  •  • 4 médias

De nombreux parasites comme certaines amibes, certains trypanosomes et des vers, sont responsables de maladies parasitaires graves chez l’humain et d’autres vertébrés. La plus connue de ces maladies parasitaires est assurément le paludisme. Des efforts considérables en matière de financement, d’éducation sanitaire et de recherche médicale visent au contrôle de cette maladie. L’importance accordée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnf6702-inhibiteur-de-proteasomes/#i_10959

GOLGI CAMILLO (1843-1926)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 414 mots

Médecin et cytologiste italien, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1906 (conjointement à l'histologiste espagnol Santiago Ramon y Cajal) pour ses explorations de la structure fine du système nerveux central. Camillo Golgi est né le 7 juillet 1843, à Corteno, en Italie. Alors qu'il exerce comme médecin dans un asile pour incurables à Abbiategrasso (Italie, 1872-1875) et bien qu'il ne dispose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camillo-golgi/#i_10959

GORGAS WILLIAM CRAWFORD (1854-1920)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 838 mots
  •  • 2 médias

William C. Gorgas était un médecin militaire de l’armée américaine dont il fut Surgeon General (médecin en chef) pendant la Première Guerre mondiale. Il est surtout connu pour sa contribution fondamentale à l’éradication de la fièvre jaune à la Havane entre 1901 et 1903 et au contrôle du paludisme lors de la construction du canal de Panamá entre 1904 et 1914. William Crawfor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-crawford-gorgas/#i_10959

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - La santé aux armées

  • Écrit par 
  • Anne RASMUSSEN
  •  • 4 532 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Épidémies : la guerre prophylactique  »  : […] En 1914, on craignait l’irruption des grandes épidémies qui s’étaient toujours imposées dans le sillage des guerres. Les pronostics ont été déjoués sur le front occidental. La fièvre typhoïde constitue le seul épisode épidémique critique qui a ébranlé la santé des troupes européennes, à l’hiver 1914 et au printemps 1915, et mis en péril l’équilibre des forces militaires en présence. En France, 10 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere-la-sante-aux-armees/#i_10959

HAHNEMANN CHRISTIAN FRIEDRICH SAMUEL (1755-1843)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 822 mots
  •  • 1 média

Médecin allemand, fondateur de l’homéopathie, Christian Friedrich Samuel Hahnemann est né le 10 avril 1755 à Meissen, en Saxe, ville où son père était peintre sur porcelaine. Samuel étudie d’abord à l'école municipale, où il montre de grandes dispositions pour les langues anciennes (grec et latin) et modernes (français et anglais). Remarqué pour ses capacités, il est admis à l’école princière Sai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-friedrich-samuel-hahnemann/#i_10959

HÉMOGLOBINOPATHIES

  • Écrit par 
  • Michel COHEN-SOLAL, 
  • Jean-Claude DREYFUS
  •  • 3 864 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Anomalies de charge électrique »  : […] Elles sont loin d'être toujours nocives, et on n'insistera que sur la plus fréquente d'entre elles, l' hémoglobine S . Historiquement, sa découverte par L. Pauling et H. Itano a permis de relier pour la première fois une maladie à l'anomalie d'une molécule : c'est le premier et le meilleur exemple des « maladies moléculaires ». Médicalement, son importance n'est pas moindre : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemoglobinopathies/#i_10959

LA COLONISATION DU SAVOIR. UNE HISTOIRE DES PLANTES MÉDICINALES DU « NOUVEAU MONDE » 1492-1750 (S. Boumediene) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 142 mots

Dans le chapitre « Classifier, contrôler »  : […] Le livre II concerne l’« or amer des Indes », l’écorce du quina-quina . L’histoire de l’écorce de cet arbre est assez connue, encore que souvent tissée d’imaginaire. Le pouvoir du quinquina contre les fièvres intermittentes (le paludisme) est établi vers 1630, mais on ne connaît pas précisément les raisons pour lesquelles les Indiens l’utilisaient. Le fait est que des jésuit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-colonisation-du-savoir-une-histoire-des-plantes-medicinales-du-nouveau-monde-1492-1750/#i_10959

LANCISI GIOVANNI MARIA (1654-1720)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 694 mots

En 1717, le médecin Giovanni Maria Lancisi (1654-1720) publie chez l’éditeur romain Salvioni De noxiis paludum effluv i is eorumque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-maria-lancisi/#i_10959

LAVERAN ALPHONSE (1845-1922)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 416 mots

Médecin militaire français connu pour ses travaux sur le paludisme, Laveran étudie la médecine à Strasbourg (thèse de doctorat en 1867 : Recherches expérimentales sur la régénération des nerfs ), puis il prend part à la guerre franco-allemande de 1870 (Metz). Professeur agrégé au Val-de-Grâce (1874), il est envoyé quatre ans plus tard en Algérie, à Bône, puis à Constantine. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-laveran/#i_10959

MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 10 465 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le rôle du franchissement de la barrière d’espèces dans l’émergence de maladies infectieuses »  : […] Le sida est, on l’a dit, le cas exemplaire d’une maladie émergente. Vers la fin des années 1970, on note aux États-Unis (en Californie et dans l’État de New York) que des hommes homosexuels souffrent d’asthénie, de perte de poids, d’un cancer cutané rare ( sarcome de Kaposi) et finalement d’infections opportunistes comme les pneumocystoses (pneumonies provoquées par le champignon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-infectieuses-emergentes/#i_10959

MÉDECINE - Médecine préventive

  • Écrit par 
  • Maurice CLOAREC
  •  • 3 414 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Rappel historique »  : […] Le souci d'éviter, donc de prévenir, une maladie ou un accident a depuis longtemps permis de protéger une population saine contre la transmission de maladies. Il s'agissait alors de pratiquer des mesures d'exclusion aboutissant à l'isolement des sujets malades ; c'est le principe des léproseries et plus tard des sanatoriums. Pour enrayer la propagation des grandes épidémies, on employait des mesur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-medecine-preventive/#i_10959

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'évitement immunitaire »  : […] Le milieu parasité est vivant, donc capable de se défendre. Qu'il s'agisse d'un invertébré, où les mécanismes de défense sont relativement simples et peu spécifiques, ou d'un vertébré, où l' immunité atteint un haut degré de complexité et de spécificité, on est étonné de voir l'hôte « accepter » le parasite. L'évitement immunitaire se réalise par des mécanismes divers. L'un des plus étonnants (var […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme/#i_10959

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les cycles évolutifs »  : […] Il convient d'insister sur la notion de cycle évolutif, car elle est capitale pour la compréhension des affections parasitaires et des méthodes préventives que l'on peut mettre en œuvre. Certains parasites ont une biologie très simple et passent directement du milieu extérieur chez leur hôte. D'autres, au contraire, doivent obligatoirement traverser différentes phases de vie libre ou parasite, tan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitologie-et-maladies-parasitaires/#i_10959

PINEL JACQUES (1942-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 232 mots
  •  • 1 média

Jacques Pinel , décédé le 14 août 2015 au Pouliguen, était un personnage dont la discrétion masquait son état d’infatigable acteur de l’aide aux réfugiés, aux victimes des guerres et de tous les désastres et, plus récemment, du soutien aux maladies négligées. Pharmacien de formation, il rejoint Médecins sans frontières (M.S.F.) en 1979, après avoir été personnellement confronté à la situation des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-pinel/#i_10959

PRIX NOBEL DE PHYSIOLOGIE OU MÉDECINE 2015

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 818 mots
  •  • 3 médias

Le prix Nobel de physiologie ou médecine a été décerné à William C. Campbell , Satoshi Ōmura et Youyou Tu pour leurs travaux sur les maladies parasitaires, qui ont permis le développement de nouveaux traitements. Environ trois milliards et demi d’humains vivent dans des zones géographiques où le paludisme est une maladie répandue. Dans ces mêmes aires, ou à leur proximité, existent d’autres mala […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-physiologie-ou-medecine-2015/#i_10959

QUININE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 106 mots
  •  • 2 médias

Isolée pour la première fois en 1820, la quinine est, après la morphine et l’émétine, un des premiers alcaloïdes à usage thérapeutique extraits de plantes. Cette substance a dominé le traitement et la prévention du paludisme jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quinine/#i_10959

ROSS RONALD (1857-1932)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 266 mots

Médecin britannique, né en 1857 à Almora (Inde), mort en 1932 à Londres. Attaché à l'armée des Indes (1881), il débute en 1892 ses travaux sur la malaria, également appelée paludisme. La malaria, maladie caractérisée par des accès de fièvre, sévit dans les zones humides et chaudes et fait alors des ravages aussi bien dans les régions tropicales qu'en Europe. En Inde, Ross parvient à démontrer le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ronald-ross/#i_10959

SANTÉ ET ENVIRONNEMENT

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 7 721 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Développement économique et maladies environnementales »  : […] Le paludisme à Plasmodium falciparum , la forme la plus dangereuse de cette maladie humaine, est dû à un parasite sanguin dont on est désormais certain qu'il provient du gorille. Ainsi, il y a 10 000 ans environ, l'agent infectieux serait passé du singe à l'homme, lors de piqûres par des diptères infectés sur le premier. La causalité physique serait ici le défrichement des te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sante-et-environnement/#i_10959

TOUTÂNKHAMON (XIVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Véronique BARRIEL
  •  • 2 447 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Gynécomastie, syndromes, pathologie et paludisme »  : […] Depuis la mise au jour de la momie, les spéculations sont nombreuses sur les maladies génétiques du jeune pharaon, notamment le syndrome de Marfan à l'origine de poitrines hypertrophiées (gynécomastie) suggérées par de nombreux reliefs, statuettes et autres sculptures d'Akhenaton et de Toutânkhamon montrant une apparence androgyne. Une telle poitrine n'a pu être décelée, car Toutânkhamon a perdu l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toutankhamon/#i_10959

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves GOLVAN, Robert DURIEZ, « PALUDISME ou MALARIA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paludisme-malaria/