PALÉOSISMOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les différents modèles de cycle sismique

Les modèles de cycle sismique décrivent la façon dont la croûte terrestre accommode la déformation liée aux mouvements des plaques tectoniques, notamment lors de séismes. Deux quantités sont étudiées : le temps de retour d'un séisme donné sur une faille donnée (ce qui revient à estimer quand se produira le prochain séisme) et la quantité de déformation associée à chaque séisme. Ces deux valeurs ne sont pas indépendantes, car si beaucoup de contraintes sont relâchées (grande déformation) il faudra un temps d'autant plus long pour accumuler assez de contraintes pour produire un nouveau séisme. C'est le principe des modèles sismiques formalisés dans les années 1980, qui sont dits prédictibles en temps ou prédictibles en déplacement. Une bonne façon de tester ce type de modèle consiste à produire des catalogues de séismes assez longs pour voir si on peut y déceler un schéma temporel organisé.

Une autre classe de modèles a été développée dans les années 1990, dont l'objectif n'est plus seulement de fournir une prédiction en temps sur le retour des séismes, mais aussi d'apporter une information locale, le long d'une faille donnée, quant à l'amplitude de la déformation du sol qu'on peut attendre lors d'un séisme. Il s'agit des modèles dit de séisme ou de glissement caractéristique. L'estimation du déplacement est en effet essentielle pour les ingénieurs qui vont dimensionner des structures (bâtiments, ponts, etc.). Espérer améliorer ce type de modèle passe non seulement par l'établissement de longues séries temporelles de séismes, mais aussi par la détermination, pour chacun des séismes, de l'amplitude des déformations qui lui sont associées, ce qui s'avère souvent plus délicat.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Faille sismique au Tibet

Faille sismique au Tibet
Crédits : Y. Klinger

photographie

Escarpement calcaire en Grèce

Escarpement calcaire en Grèce
Crédits : Y. Klinger

photographie

Faille du Levant

Faille du Levant
Crédits : Y. Klinger

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en sismo-tectonique, chargé de recherche au C.N.R.S., Institut de physique du globe de Paris

Classification

Autres références

«  PALÉOSISMOLOGIE  » est également traité dans :

KATMANDOU SÉISME DE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 775 mots
  •  • 1 média

Le 25 avril 2015, à 11 h 56 (heure locale), un important séisme de magnitude 7,8 frappe le centre du Népal. Il est suivi par de nombreuses répliques, dont une de magnitude 6,7 le lendemain du choc principal. Le 12 mai, un nouveau séisme se produit avec les mêmes caractéristiques géophysiques que celui du 25 avril ; on peut donc le considérer comme une réplique très forte. Cette série sismique fait […] Lire la suite

SISMICITÉ EN FRANCE

  • Écrit par 
  • Frédéric MASSON
  •  • 7 358 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Archéosismicité et paléosismicité »  : […] Les preuves historiques écrites de tremblements de terre diminuent à mesure que l’on remonte dans le temps. Au-delà du Moyen Âge, leur existence est exceptionnelle : le plus ancien événement sismique connu et répertorié en France métropolitaine date de l'an 463, dans les bas plateaux du Dauphiné. Pour compléter l'information limitée disponible pour ces périodes historiques ou pour déceler des évén […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yann KLINGER, « PALÉOSISMOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paleosismologie/