PALÉODIÉTÉTIQUE ET CUISINE GÉNÉTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Scène de cuisine en Flandres, F. Snyders

Scène de cuisine en Flandres, F. Snyders
Crédits : VCG Wilson/ Corbis/ Getty Images

photographie

Cuisine « paléolithique »

Cuisine « paléolithique »
Crédits : John Wiley & Sons Ltd

photographie


La rupture du lien entre génétique et santé : la révolution de l'agriculture

De fait, l'alimentation contemporaine a été fortement enrichie en sucres, en matières grasses traitées, en féculents, en produits céréaliers et en produits lactés au cours des cinquante dernières années. L'augmentation de la fréquence des troubles d'origine alimentaire devient patente dans les années 1970. En 1975, le gastro-entérologue américain Walter L. Voegtlin émet l'hypothèse que nous ne serions pas équipés sur le plan génétique pour faire face à ce changement dans l'alimentation. Pour lui et ensuite pour les tenants de la paléodiététique, le génome humain a été sélectionné au cours de l'évolution sur la base d'une lente adaptation à une alimentation issue de la chasse et de la cueillette, riche en viandes, poissons, fruits et tubercules, dépourvue de céréales et de produits lactés.

Scène de cuisine en Flandres, F. Snyders

Scène de cuisine en Flandres, F. Snyders

Photographie

Abondance de gibier et fruits d'automne: les natures mortes flamandes célèbrent avec faste les plaisirs de la table. Frans Snyders, Scène de cuisine en Flandres. Huile sur toile, 135 × 201 cm, 1615-1620. Alte Pinakothek, Munich. 

Crédits : VCG Wilson/ Corbis/ Getty Images

Afficher

La rupture entre notre capacité et l'offre alimentaire se serait produite lors de la sédentarisation, associée à l'apparition de l'agriculture, il y a environ 10 000 ans, à l'articulation du Paléolithique au Néolithique. Brusquement, l'alimentation devenue riche en produits d'origine végétale et en lait aurait à la fois provoqué une explosion de la démographie, mais aussi une augmentation des maladies directement ou indirectement liées à ces nouveaux aliments. Ainsi, la révolution néolithique aurait signé le début d'une forme de dégénérescence des hommes, liée à leur alimentation et à laquelle nous nous bornons à survivre par défaut d'adaptation, et à pallier par la médecine. La solution serait ainsi le retour à une alimentation du type de celle que l'on prête aux hommes du paléolithique tardif, riche en viandes et poissons, en fruits, en racines et tubercules, pauvre en céréales, en graisses traitées et en lait – ce que l'on a appelé la paléodiététique (paleodiet en anglais) ou paléofooding.

Cuisine « paléolithique »

Cuisine « paléolithique »

Photographie

Page de couverture d'un ouvrage de recettes de cuisines « paléolithiques ». 

Crédits : John Wiley & Sons Ltd

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « PALÉODIÉTÉTIQUE ET CUISINE GÉNÉTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleodietetique-et-cuisine-genetique/