PALATIN, Rome, archéologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une renaissance tardive

Ces conditions particulières ont préservé une part du patrimoine archéologique, mais elles n'ont pas eu que des avantages. Non seulement l'accumulation des constructions impériales a rendu délicate la recherche des traces d'une occupation antérieure, mais une exploration sauvage se développe au début de la Renaissance dont le produit alimente en œuvres d'art antiques les propriétés des grandes familles romaines. Les premières fouilles « scientifiques » sont donc relativement récentes. Entreprises en 1860, à l'instigation de Napoléon III, alors propriétaire des jardins Farnèse, elles sont conduites par l'archéologue italien Pietro Rosa. L'exploration, étendue à l'ensemble du site, pose les principaux jalons de notre connaissance moderne de la colline. À la fin du xixe siècle, Rodolfo Lanciani, Orazio Marucchi ou encore les Français Ferdinand Dutert et Henri Deglane complètent son œuvre, puis, jusqu'au milieu du xxe siècle, Giacomo Boni, Dante Vaglieri, Alfonso Bartoli, Guiseppe Lugli, et Guiseppe Carettoni, pour ne citer que les plus importants, la continuent. Cette archéologie, bien que récente, n'échappe pas à la critique. L'identification successive des monuments, au gré de l'interprétation des textes, provoque la modification en chaîne de l'identité de tout l'environnement proche. La présentation du site a ainsi souvent pris la forme d'une juxtaposition plus ou moins cohérente entre les lieux attachés à la fondation de Rome, des éléments de topographie générale et les constructions impériales.

Des impératifs politiques entraînent entre 1926 et 1929 le dégagement plus que la fouille des Domus Flavia et Augustana. L'aménagement paysager que nous connaissons encore aujourd'hui, la rapidité et l'ampleur des restaurations qui les suivent, ainsi que la faiblesse de la documentation contribuent à façonner une image grandiose et un peu approximative des palais impériaux. C'est celle que véhiculent les représentations plastiques de Paul Bigot (à l'université de C [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art et d'archéologie à l'université de Tours, agrégé de l'Université, ancien membre de l'École française de Rome et de l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  PALATIN, Rome, archéologie  » est également traité dans :

HABITAT - L'habitat gréco-romain

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 6 558 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'habitat primitif »  : […] Avant que l'urbanisation n'ait généralisé les maisons à plan orthogonal, qui seules peuvent être mitoyennes, la Grèce et Rome ont connu des maisons ovales ou absidales, généralement à pièce unique, proches des cabanes primitives. Cette forme permet en effet de résoudre très simplement le problème de l'écoulement des eaux sur la toiture et de la protection des murs. En Grèce, ce type de maison est […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Manuel ROYO, « PALATIN, Rome, archéologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/palatin-rome-archeologie/