PALAIS DE LA DÉCOUVERTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les différentes expositions : des lieux d’expériences

L'activité essentielle du palais de la Découverte consiste en des expositions permanentes regroupées dans le cadre des grandes disciplines scientifiques : astronomie, sciences de la vie, physique, mathématiques, chimie, géosciences, informatique et sciences du numérique. Des médiateurs scientifiques réalisent chaque jour, à l'intention aussi bien de nombreux groupes scolaires que des visiteurs individuels, des séries d'expériences permettant de mieux comprendre les problèmes et les résultats fondamentaux. En dehors de ces dizaines d’exposés organisés et synthétiques, le visiteur – en particulier le jeune visiteur – est invité à mettre lui-même en œuvre, à son propre rythme, les expériences de son choix, notamment au sein des ateliers qui sont proposés.

Palais de la découverte 

Photographie : Palais de la découverte 

Musée et centre culturel scientifique, le Palais de la découverte (ici la façade d’entrée), situé dans le VIIIe arrondissement de Paris, a été créé en 1937 par Jean Perrin, lauréat du prix Nobel de physique 1926. « Montrant la science en train de se faire », cet établissement... 

Crédits : C. Rousselin/ Universcience

Afficher

Parmi les grands pôles d'attraction, il faut citer le planétarium de deux cent huit places avec son ciel étoilé exceptionnel, où les séances sont toutes effectuées en direct. À proximité se trouve la salle des planètes, complètement actualisée, avec au plafond sa célèbre maquette du système solaire. Devant le planétarium, un balcon est exclusivement consacré à la cosmologie.

La salle d'électrostatique, entièrement renouvelée en 1995, présente de nombreuses expériences spectaculaires grâce à un générateur de 400 000 volts. La salle d'électromagnétisme est l'un des très rares endroits au monde où le public peut assister à des expériences effectuées avec un électroaimant de 10 tonnes et un résonateur de Tesla de 1,5 mégavolt. De même, le public peut assister à des expériences relatives à la supraconduction et au magnétisme.

Parmi les points forts, qui sont particulièrement prisés du public, il faut aussi mentionner la présence d’un accélérateur de particules qui permet de produire des radioéléments, de transmuter la matière et de provoquer en direct la fission de l'uranium à travers des expériences historiques réalisées quasiment à l'identique dans les années 1930 par des scientifiques comme Enrico Fermi et Irène et Frédéric Joliot-Curie.

D’autres exposés portant sur d’autres domaines de la physique (acoustique, optique, radioactivité, thermodynamique, mécanique...) sont présentés dans six autres salles. Mentionnons la mécanique, domaine dans lequel on réalise des expériences sur un manège de six mètres de diamètre, et la salle Lumière entièrement rénovée en 2009. Cette dernière comprend deux installations maîtresses : d'une part, un laser d’une puissance de 200 watts ; d’autre part, un montage expérimental très moderne avec lequel on provoque des « interférences à un photon ». Ce dernier dispositif est unique pour un établissement de vulgarisation, permettant de présenter au public et de discuter de cette expérience fondamentale au cœur de la physique quantique.

Parmi les autres points forts du palais de la Découverte, il faut mentionner, dans l’espace réservé à la chimie, les présentations, uniques dans un musée des sciences, des propriétés spectaculaires de l’air liquide produit sur place, ainsi que de nombreuses expériences, sur paillasse et devant le public, concernant les polymères, les arômes et les parfums.

Les salles de biologie comportent notamment une cabine d'électrophysiologie, où sont effectués sur des volontaires électrocardiogrammes, électroencéphalogrammes et électromyogrammes. On retiendra surtout la célèbre loterie de l’hérédité imaginée par Jean Rostand et installée au palais de la Découverte depuis le début des années 1950. Celle-là permet d’expliquer les bases de la génétique, c’est-à-dire la transmission des caractères héréditaires des parents aux enfants. Il ne faut pas non plus manquer la grande colonie d’araignées sociales ni les expériences sur le comportement des insectes (fourmilières en activité, sons émis par les grillons dans différentes circonstances) ; les présentations sur le comportement des poissons électriques, des grenouilles démontrant leurs méthodes de chasse, et des rats, dont « l’école » a commencé en 1990 à former les « diplômés » qu'elle présente plusieurs fois par jour à une assistance toujours nombreuse... sans oublier « l’école » du poulpe !

En mathématiques, la très célèbre salle du nombre Pi, qui remonte en partie à 1937, présente les 704 premières décimales de ce nom [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université Paris-VII
  • : directeur scientifique du Palais de la Découverte et de la Cité des sciences et de l'industrie, Paris

Classification

Autres références

«  PALAIS DE LA DÉCOUVERTE  » est également traité dans :

GUYON ÉTIENNE (1935- )

  • Écrit par 
  • Pierre-Gilles DE GENNES
  •  • 1 206 mots

Né en 1935 à Paris, Étienne Guyon est un normalien, formé d'abord par André Guinier dans le domaine de la physique des rayons X, en 1958. Parti ensuite pour les États-Unis, il travaille brièvement avec Frederic Seitz sur les défauts dans les cristaux. Revenu à Orsay en 1962, il devient l'un des membres fondateurs du Groupe de supraconductivité (un supraconducteur est un métal qui, à basse tempéra […] Lire la suite

HULIN MICHEL (1936-1988)

  • Écrit par 
  • Jacques BLANC, 
  • James HIEBLOT
  •  • 1 226 mots

Né à Vire en 1936, Michel Hulin a illustré les diverses facettes du métier de physicien : chercheur, professeur, organisateur. À la tête, durant cinq années, du palais de la Découverte, il étendit à l'illustration d'autres disciplines scientifiques l'acquis remarquable d'une carrière trop brève, mais très dense. D'une famille d'enseignants (lettres et histoire), il faisait montre d'une vaste érudi […] Lire la suite

MUSÉES DES SCIENCES ET TECHNIQUES

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 6 399 mots

Dans le chapitre « Les musées de sciences au XXe siècle »  : […] La tradition des machines en mouvement caractéristique du siècle de l'industrie se trouve toutefois mise à mal avec l'avènement de l'électricité, de l'électronique et de techniques de moins en moins matérielles, toujours plus difficiles à appréhender par la simple présentation d'objets scientifiques. C'est dans ce climat inédit qu'un nouveau mouvement va marquer le xx e  siècle, avec la création d […] Lire la suite

ROSE JEAN (1915-1992)

  • Écrit par 
  • Charles PENEL
  •  • 1 359 mots

Lorsque Jean Rose prend, en 1965, la direction du palais de la Découverte, l'institution ne lui est pas étrangère. Docteur ès sciences, ancien directeur du laboratoire de cristallographie appliquée du Centre national de la recherche scientifique, puis directeur général des laboratoires de Bellevue, il connaît, comme tout scientifique, le palais de la Découverte mais se souvient, de plus, avoir pa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre MAURY, Denis SAVOIE, « PALAIS DE LA DÉCOUVERTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/palais-de-la-decouverte/