PAIEMENT ET MONNAIE ÉLECTRONIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans les économies contemporaines, la monnaie est essentiellement détenue sous forme scripturale dans les comptes de dépôt gérés par les banques, et sous forme fiduciaire. Le terme fiduciaire indique que les pièces et les billets en circulation dans l’économie n’ont aucune valeur intrinsèque sur le marché des produits. Leur valeur est gagée sur la confiance des agents en leur système monétaire. La monnaie sert à la fois d’unité de compte, de réserve de valeur et d’instrument de paiement. Selon l’article L311-3 du Code monétaire et financier, les moyens de paiement sont des instruments qui permettent aux agents économiques de transférer des fonds, quel que soit le support ou le procédé technique utilisé.

Ledéveloppement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (N.T.I.C.) a changé la façon dont les agents détiennent et échangent de la monnaie. En effet, les innovations technologiques en matière d’échanges de données électroniques et de stockage d’informations sous format digital ont rendu possible l’émergence d’une offre et d’une demande de services permettant de payer par voie électronique et de stocker de la monnaie sur des supports électroniques. Ainsi, il est désormais possible de détenir de la monnaie sur une carte prépayée, de transférer de la monnaie par des moyens de paiement électroniques interbancaires (comme le virement, le prélèvement, la carte bancaire), ou encore de payer un ami sur Internet avec de la monnaie virtuelle non bancaire par l’intermédiaire soit d’un réseau social (comme les Facebook Credits), soit d’un réseau peer-to-peer (comme les bitcoins).

Dans ce contexte, de nouveaux moyens de paiement sont proposés par les banques ou par des intermédiaires non bancaires. Cependant, l’adoption de ces nouvelles solutions (comme le paiement par téléphone mobile) n’est pas toujours immédiate. En effet, la monnaie est un bien présentant des « effets de réseau ». On dit qu’un bien ou un service présente des effets de réseau lorsque l’utilité perçue par un agent pour sa consommation augmente avec le nombre d’agents qui le consomment. Lorsque les effets de réseau relient deux groupes d’utilisateurs distincts (comme les consommateurs et les marchands) on parle à ce sujet « d’effets de réseau croisés ». Ainsi, un consommateur sera d’autant plus enclin à utiliser une monnaie ou un moyen de paiement que ceux-ci sont déjà acceptés par un grand nombre de marchands, et réciproquement. Le réseau des utilisateurs des nouvelles solutions de paiement électronique doit donc atteindre une taille critique afin que leur adoption se généralise sur le marché. Les banques, gérant les comptes de dépôts des agents, disposent d’un avantage concurrentiel par rapport aux nouveaux entrants pour pouvoir bénéficier des effets de réseau. Elles ont dû aussi fortement investir pour atteindre la taille critique de leurs propres réseaux de paiement par carte, tout en effectuant de nombreuses innovations technologiques (sécurisation des paiements sur Internet par le système 3D Secure, migration des terminaux de paiement vers le standard E.M.V. pour authentifier les paiements par carte à puce avec un code secret, ou encore plus récemment, le développement de la technologie sans contact au point de vente). Cependant, de nouveaux entrants non bancaires peuvent proposer aussi des moyens de paiement innovants sur des marchés spécifiques (comme le paiement par Internet) ou des solutions de paiement par voie électronique reposant sur des moyens de paiement bancaires. Ainsi, l’entreprise PayPal, fondée en 1999, propose à ses consommateurs de payer à partir de comptes ayant été alimentés par virement bancaire ou par carte bancaire. Il existe également des start-up, comme l’entreprise Payplug, fondée en 2012, proposant aux commerçants des solutions permettant d’accepter des transactions de paiement par carte sur leur téléphone mobile.

Cet article a pour objectif de préciser les notions relatives au paiement électronique, en s’attachant à expliquer la différence entre monnaie électronique et moyens de paiement électroniques, monnaie légale et monnaies virtuelles.

L’adoption des moyens de paiement électroniques

On désigne par moyens de paiement électroniques toute méthode permettant de transférer de la monnaie par l’intermédiaire de messages électroniques circulant [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeure d'économie à la faculté des sciences économiques et sociales de Lille

Classification

Autres références

«  PAIEMENT ET MONNAIE ÉLECTRONIQUES  » est également traité dans :

DROGUE

  • Écrit par 
  • Alain EHRENBERG, 
  • Olivier JUILLIARD, 
  • Alain LABROUSSE
  • , Universalis
  •  • 12 113 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les limites de la lutte antiblanchiment »  : […] Dix huit ans après la création du Gafi, il est légitime de s'interroger sur le bilan de la lutte antiblanchiment. Damien Callamand, expert du Fopac (Fonds provenant d'activités criminelles), cellule antiblanchiment d'Interpol, a déclaré au cours d'un séminaire qui s'est tenu en 1997 à Genève que, si l'on saisissait environ 10 p. 100 des drogues en circulation, on ne confisquait guère que 1 p. 100 […] Lire la suite

INTERNET - Économie d'Internet

  • Écrit par 
  • Éric BROUSSEAU
  •  • 5 665 mots

Dans le chapitre « Commerce et intermédiation électronique »  : […] Au stade initial de son développement, de nombreux observateurs prévoyaient qu'Internet allait devenir le siège d'une relation directe entre les producteurs de biens et services et leurs clients, leur permettant de se passer des intermédiaires que sont les entreprises du commerce. Les « promesses » du commerce électronique en matière de gains de productivité tenaient à la combinaison de la dématé […] Lire la suite

MONNAIE - Théorie économique de la monnaie

  • Écrit par 
  • Patrick VILLIEU
  •  • 7 465 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce que la liquidité ? »  : […] Dans les économies modernes, la monnaie est à la fois revenu passé (monnaie épargnée) et revenu futur (avance sous forme de crédit). La monnaie est donc un moyen de synchroniser les cadences de paiement, comme le percevait de manière éclairée Richard Cantillon dès 1755. Cependant, les cadences de paiement sont historiquement datées, donnant naissance à des formes de monnaie variables selon les épo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marianne VERDIER, « PAIEMENT ET MONNAIE ÉLECTRONIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paiement-et-monnaie-electroniques/