OXYDORÉDUCTIONS, biologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pile

Pile
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Photosyntèse : transferts d'électrons

Photosyntèse : transferts d'électrons
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Oxydations dans la chaîne respiratoire

Oxydations dans la chaîne respiratoire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Réduction des nitrates

Réduction des nitrates
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Les transporteurs d'électrons

En général, les oxydoréductions biologiques ne s'effectuent pas directement entre les deux métabolites intéressés, mais par l'intermédiaire de transporteurs d'électrons souvent accompagnés de protons. Ils peuvent être fixés sur une membrane et assurent alors le transport des électrons d'un site réactionnel de cette membrane à un autre. Ils peuvent aussi être mobiles, s'incorporer au pool métabolique du cytosol cellulaire et permettre l'échange d'électrons entre des métabolites très éloignés, parfois même situés dans des organites différents.

Les transporteurs sont soit des enzymes, dont le site actif est oxydoréducteur, soit des coenzymes libres. De toute manière, les oxydoréductions exigent pour se réaliser la présence d'une structure protéique, qui assure la spécificité de la réaction.

Les nucléotides

Le nicotinamide-adénine-dinucléotide ou NAD (cf. tableau, formule 1a) est un dérivé de la nicotinamide, ou vitamine PP, antipellagreuse. C'est un coenzyme libre. Sous sa forme oxydée (NAD+) et en présence d'une enzyme appropriée, il réalise l'oxydation du substrat en le déshydrogénant, avec libération d'un H+ dans le milieu.

Inversement, la réduction par la forme réduite (NADH) s'effectue par une hydrogénation du substrat, avec incorporation d'un H+ pris au milieu. Son potentiel rédox normal est — 0,32 V (cf. tableau, formule 1b).

Le nicotinamide-adénine-dinucléotide-phosphate ou NADP n'en diffère que par un phosphoryde —OPO3H2 substitué à un oxhydrile —OH de l'un des riboses.

Les deux nucléotides ont même site actif (la nicotinamide), donc même mécanisme d'action et même E′0. Le NAD intervient dans les dégradations des glucides (ex. respiration, fig. 3), le NADP dans celles des lipides et dans les biosynthèses (notamment la photosynthèse, fig. 2). Le rôle de ces nucléotides est essentiel dans la production d'ATP, la molécule où a lieu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire de physiologie végétale à l'université de Paris-VII, membre de l'Académie d'agriculture

Classification


Autres références

«  OXYDORÉDUCTIONS, biologie  » est également traité dans :

AÉROBIOSE & ANAÉROBIOSE

  • Écrit par 
  • Claude LIORET
  •  • 2 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Conditions bioénergétiques de l'utilisation d'oxygène »  : […] On peut considérer qu'un être vivant diffère d'un être inerte par sa faculté d' assimilation , c'est-à-dire d'autosynthèse à partir de matériaux, relativement simples, prélevés sur le milieu extérieur : les aliments. L'être vivant possède une organisation extrêmement poussée qui consiste essentiellement en : 1. une machinerie très complexe, constituée de catalyseurs protéique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aerobiose-et-anaerobiose/#i_59682

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Panorama du métabolisme bactérien »  : […] À l'échelle chimique, même les plus petites cellules sont incroyablement compliquées. La plupart des chercheurs qui s'intéressent aux caractéristiques essentielles de la croissance et de la division cellulaires portent leur attention sur les bactéries. La bactérie la plus communément utilisée en bactériologie expérimentale, Escherichia coli , pèse environ 2 × 10 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriologie/#i_59682

BIOÉNERGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN, 
  • Paul MAZLIAK, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Jacques TONNELAT
  • , Universalis
  •  • 5 211 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le métabolisme intermédiaire »  : […] Nos aliments sont constitués de molécules relativement stables : glucides, protides, lipides... Prenons le cas des premiers. On peut les faire brûler, c'est-à-dire obtenir, par oxydation, de l'énergie calorifique. Notre organisme réalise aussi des oxydations qui peuvent aboutir aux mêmes résultats matériels : formation de gaz carbonique et d'eau. Lavoisier comparait avec raison la respiration à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bioenergetique/#i_59682

BIOSYNTHÈSE DE L'ATP

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 238 mots

La théorie émise par Peter Mitchell (1920-1992), qu'il baptisa théorie chimiosmotique, bouleversa la bioénergétique. Jusqu'alors, on considérait que l'oxydation des substrats respiratoires dans les mitochondries était couplée avec la synthèse endergonique (consommatrice d'énergie) d'ATP (adénosine triphosphate) par phosphorylation de l'ADP : ADP (adénosine diphosphate) + phosphate + énergie → ATP. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biosynthese-de-l-atp/#i_59682

CHIMIOSYNTHÈSES

  • Écrit par 
  • Alexis MOYSE
  •  • 2 601 mots
  •  • 3 médias

La chimiosynthèse est l'élaboration, par les êtres vivants, des constituants de leur protoplasme. Ils utilisent à cette fin des matériaux divers et se servent, pour en combiner les éléments, de l'énergie chimique. La chimiosynthèse s'oppose ainsi à la photosynthèse réalisée par les végétaux et par quelques bactéries à chlorophylles qui utilisent l'énergie de la lumière. Prise dans son sens le plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimiosyntheses/#i_59682

CHLOROPHYLLES

  • Écrit par 
  • Alexis MOYSE
  •  • 3 556 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Excitation photochimique des chlorophylles et photosynthèse »  : […] La photosynthèse se caractérise matériellement par un transfert d'électrons et de protons de l'eau au bioxyde de carbone qui se trouve réduit avec formation de glucides . Cette opération requiert de l'énergie et, dans les meilleures conditions, il faut 8 photons-grammes (8 einsteins) par molécule-gramme de bioxyde de carbone réduit, soit l'équivalent d'environ 1 460 à 2 300 kilojoules, selon la l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chlorophylles/#i_59682

FERMENTATIONS

  • Écrit par 
  • Claude LIORET
  •  • 3 943 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mécanismes des fermentations anaérobies »  : […] L'ensemble des très nombreuses réactions biochimiques rendant compte de la transformation des sucres en produits de fermentation est difficile à décrire dans ses détails, mais on peut faire les commentaires d'ordre général suivants : 1. Le processus fondamental consiste en une oxydoréduction interne du sucre métabolisé sous l'action d'enzymes. Des réactions d' oxydation (III, 1, 11) portent sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fermentations/#i_59682

FLAVINE MONONUCLÉOTIDE (FMN)

  • Écrit par 
  • Paul DI COSTANZO
  •  • 303 mots

Coenzyme flavinique dérivée de la riboflavine (vitamine B 2 ). C'est une cotranshydrogénase qui représente le groupement prosthétique du « ferment jaune de Warburg et Christian ». Avec le flavine adénine dinucléotide (FAD), elle constitue le groupement actif des enzymes jaunes ou flaviniques qui participent aux processus d'oxydoréduction. Le FMN est formé par de la riboflavine, du ribose et de l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flavine-mononucleotide/#i_59682

IONOPHORES

  • Écrit par 
  • René HELLER
  •  • 419 mots

On nomme ionophores des substances qui perméabilisent les membranes cellulaires vis-à-vis du passage des ions. C'est le cas notamment de certains antibiotiques qui perturbent le fonctionnement des mitochondries, rendant leur membrane perméable aux ions alcalins et découplant les phosphorylations des oxydoréductions respiratoires auxquelles elles sont normalement conjuguées. Alors que les ions alca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ionophores/#i_59682

LYSE, biochimie et biologie

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 217 mots

Signifiant étymologiquement dissolution, ce terme est maintenant synonyme de destruction. Les phénomènes d' hydrolyse , que catalysent les enzymes du catabolisme, ne peuvent toutefois déterminer la destruction complète des molécules organiques qui sont les substrats de ces enzymes, c'est-à-dire en assurer la minéralisation. Elles n'aboutissent qu'à les scinder en fragments de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyse-biochimie-et-biologie/#i_59682

MANGANÈSE

  • Écrit par 
  • Bernard DUBOIS, 
  • Jacques FAUCHERRE, 
  • Gil MICHARD, 
  • Clotilde POLICAR, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 467 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Le manganèse dans les systèmes biologiques »  : […] Pour un grand nombre d'organismes, le manganèse est un nutriment essentiel. Chez l'homme, il est présent en faible quantité par comparaison au fer ou au zinc (de 12 à 20 mg chez un homme de 70 kg, à comparer aux 4 g de fer et aux 3 g de zinc) mais il intervient dans des processus métaboliques très variés, qui ne sont pas tous encore clairement identifiés. On sait qu'il est associé à la formation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manganese/#i_59682

MÉTABOLISME

  • Écrit par 
  • Paul DI COSTANZO, 
  • Charles KAYSER, 
  • Jo NORDMANN
  •  • 8 425 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Bilan du cycle et chaînes d'oxydoréduction »  : […] Le bilan d'un « tour » de cycle est le suivant (fig. 2)  : 1. Élimination de deux atomes de carbone sous forme de deux CO 2 , lors des décarboxylations de l'isocitrate et de l'α-cétoglutarate. Toutefois, il faut remarquer que, du fait de l'action dissymétrique de l'aconitase sur le citrate, les deux atomes de carbone éliminés au cours des étapes décarbox […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metabolisme/#i_59682

MITCHELL PETER DENNIS (1920-1992)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 738 mots

Il est rare qu'un chercheur du xx e  siècle crée son laboratoire sur ses propres fonds. C'est pourtant ce que fit Peter Mitchell qui révolutionna ensuite la bioénergétique. Il développa en effet une « théorie chimiosmotique » qui rencontra d'abord le scepticisme général mais qui, en moins de dix ans, réussit à convaincre toute la communauté scient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-dennis-mitchell/#i_59682

MITOCHONDRIES

  • Écrit par 
  • Roger DURAND
  •  • 10 941 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les couples oxydoréducteurs de la chaîne respiratoire »  : […] Le transfert des électrons depuis les cofacteurs réduits (NADH + H + et FADH 2 ) jusqu'à l'oxygène de l'air se fait par l'intermédiaire d'enzymes constituées de protéines spécifiques et de groupements prosthétiques qui sont des couples redox (tabl. 3)Un seul couple fait exception, il s'agit de l'ubiquinone , qui est soluble dans la phase phospholipidique des membran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitochondries/#i_59682

MYOCARDE ou MUSCLE CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Édouard CORABOEUF, 
  • Didier GARNIER, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 6 192 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Énergétique »  : […] Le myocarde tire sa couleur rouge de la richesse de son contenu en myoglobine, transporteur qui véhicule l'oxygène dans la cellule, et en mitochondries, particules intracellulaires dans lesquelles l'oxygène catalyse la synthèse d'ATP (adénosine-triphosphate) grâce à un système étagé d' oxydoréductions couplé à des phosphorylations. L'ATP ne peut traverser ni les membranes mitochondriales, ni la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myocarde/#i_59682

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 665 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Oligoéléments »  : […] Les besoins en fer sont si importants (de l'ordre de 10 mg par litre de solution nutritive) qu'il est souvent classé parmi les macroéléments. Dans la plupart des cas, il intervient pour catalyser les oxydoréductions, grâce au changement de valence Fe 2+ /Fe 3+ . C'est un constituant de nombreuses enzymes qui agissent dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition/#i_59682

OBÉSITÉ

  • Écrit par 
  • Arnaud BASDEVANT, 
  • Cécile CIANGURA
  •  • 5 939 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le déséquilibre énergétique »  : […] La quasi-totalité des réserves énergétiques de l'organisme est représentée par les réserves lipidiques, c'est-à-dire par la masse grasse contenue dans les cellules (adipocytes) du tissu graisseux (adipeux). La réserve énergétique est l'objet d'une régulation. Le niveau des réserves est maintenu autour d'une valeur de référence, propre à chaque individu, par des mécanismes complexes (cellulaires, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/obesite/#i_59682

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie dans les grandes profondeurs

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 3 865 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  La vie dans les grandes profondeurs »  : […] Les peuplements des profondeurs ne comportent évidemment pas de végétaux. Parmi les micro-organismes, l'existence de formes chimiolithotrophes libres ou symbiotiques est très remarquable : elle permet le développement de peuplements originaux dont la survie est indépendante des apports trophiques venant des couches éclairées et repose sur l'énergie libérée par l'oxydation, par des bactéries, de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-dans-les-grandes-profondeurs/#i_59682

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rôle des oligoéléments indispensables »  : […] La nécessité des oligoéléments essentiels a trouvé son explication soit au niveau physiologique, soit au niveau biochimique. Le mode de participation de certains d'entre eux aux mécanismes de la vie reste encore mal connu. C'est le cas, par exemple, du bore, oligoélément indispensable à la croissance des plantes et dont l'importance économique est marquée, mais dont on ignore le rôle profond. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oligoelements/#i_59682

PHOTOSYNTHÈSE

  • Écrit par 
  • Jean LAVOREL, 
  • Paul MAZLIAK, 
  • Alexis MOYSE
  •  • 10 334 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les deux systèmes photochimiques et le schéma en « Z » »  : […] Le bilan de la photosynthèse chez les plantes supérieures, c'est-à-dire simultanément l'oxydation d'une molécule d'eau et la réduction d'une molécule de dioxyde de carbone, implique la mobilisation de 4 électrons (et de 4 protons, soit de 4 atomes d'hydrogène). L'exigence quantique de la photosynthèse (8  h ν / O 2 ou CO 2 ) indique donc que 2 photons sont nécessaires pour t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photosynthese/#i_59682

POMPES MÉTABOLIQUES

  • Écrit par 
  • René HELLER
  •  • 794 mots

Les pompes métaboliques assurent le transport des molécules et des ions au travers des membranes biologiques. Il peut s'agir d'un transport actif, c'est-à-dire contre le gradient électrochimique (lequel est fonction de la concentration et du potentiel électrique) : les cations remontent le champ électrique, les anions le descendent ; les molécules neutres, elles, accumulent dans le compartiment où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pompes-metaboliques/#i_59682

RESPIRATION CELLULAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 976 mots

1783 A. Lavoisier (1743-1794) compare la respiration d'un cobaye à la combustion d'une bougie. Il conclut que la chaleur animale résulte de la combustion combinant l'oxygène de l'air avec les aliments carbonés transportés par le sang. Comme la matière charbonneuse de la bougie, les aliments, en brûlant dans les poumons, donnent le gaz carbonique exhalé par la respiratio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiration-cellulaire-reperes-chronologiques/#i_59682

SIDÉROBACTÉRIALES ou FERROBACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jacques POCHON
  •  • 1 123 mots

Les Sidérobactériales, appelées aussi bactéries ferrugineuses, ou ferrobactéries, constituent un groupe de bactéries du sol et des eaux dont la classification et la place dans la systématique ne sont pas encore sûres. L'étude de leur morphologie, souvent très différenciée, a fait de grands progrès grâce au microscope électronique. Leur physiologie et leur bioénergétique posent encore des problème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siderobacteriales-ferrobacteries/#i_59682

THEORELL AXEL HUGO THEODOR (1903-1982)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 216 mots

Biochimiste suédois, né en 1903 à Linköping, mort en 1982 à Stockholm. Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1955 pour ses travaux « sur la nature et le mode d'action des enzymes d'oxydation ». Professeur de chimie à l'université d'Uppsala (1931), Theorell est ensuite promu directeur du département de biochimie de l'institut Nobel à Stockholm (1936). Les travaux de Theorell sur les enzymes d'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/axel-hugo-theodor-theorell/#i_59682

THIOBACTÉRIALES

  • Écrit par 
  • Jacques POCHON
  •  • 1 517 mots
  •  • 1 média

Les Thiobactériales forment un groupe important parmi les organismes qui sont responsables du cycle biologique du soufre. Leur position dans la systématique et leur classification posent des problèmes très difficiles, si bien que les auteurs ne sont pas unanimes à admettre leur existence en tant que classe ou ordre. La plupart, possédant un pigment de type chlorophyllien, tirent leur énergie de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thiobacteriales/#i_59682

VITAMINES

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 4 765 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Acide ascorbique, vitamine C »  : […] La plupart des espèces animales, à l'exclusion notable des primates, dont l'homme, synthétisent l'acide ascorbique. La structure moléculaire de l'acide L-ascorbique, ou vitamine C, est celle d'un sucre lactone diénol dont la propriété principale, son oxydation en acide dihydro-ascorbique, explique son intervention métabolique dans les phénomènes d'oxydoréduction. En raison de ses propriétés rédu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitamines/#i_59682

Voir aussi

Pour citer l’article

René HELLER, « OXYDORÉDUCTIONS, biologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxydoreductions-biologie/