OVIDE (-43-17)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un poète érotique

Publius Ovidius Naso est né à Sulmone, petite ville qui garde son souvenir attendri dans l'immuable décor des Abruzzes. Il étudia à Rome où il fut, selon le témoignage de Sénèque le Père, l'élève brillant de rhéteurs célèbres. Il fit, avec son ami Aemilius Macer, le classique voyage en Grèce. Il aima Rome et tout ce qu'elle offrait alors à qui cherchait distractions, cercles littéraires et systèmes de pensée. Il se maria trois fois. Pour une raison inconnue et controversée, Auguste l'envoya en exil à Tomes, sur les bords du Pont-Euxin, dans l'actuelle Dobroudja ; et la mort du souverain ne mit pas fin à cette relégation qu'il dut subir jusqu'en 17, année où le poète éloquent et sociable qu'il avait été mourut fort isolé et déprimé.

Quoique admirateur de Lucrèce et de Virgile, Ovide suivit d'abord la trace de Cornelius Gallus en écrivant comme Properce et Tibulle des distiques élégiaques. Corinne – dont le nom domine les Amores – n'a pas la personnalité de Lesbie, de Cynthie ou de Délie ; c'est plutôt une image de la femme, ou des femmes qu'il connaît bien. En cinq livres, puis en trois, il définit son écriture personnelle et traite avec une aisance quelquefois teintée d'ironie des thèmes connus qu'il renouvelle par une sorte de distanciation : l'attente devant la porte fermée, la maladie de la femme aimée, la coquetterie, la joie du premier triomphe, les jalousies, les turpitudes, l'amitié, rien n'est peut-être anecdotiquement véridique, mais tout sonne juste, même le poème de regret sur la mort de Tibulle. L'amour est une sorte de militia ; Cupidon s'amuse avec la fantaisie de la jeunesse ; on entrevoit le souvenir de Sulmone. Les Héroïdes, lettres en vers de femmes abandonnées, auront une longue postérité en langue latine ou vulgaire. Briséis, Médée, Phèdre, Laodamie, gardent leur accent épique ou tragique tout en pratiquant la rhétorique élégiaque d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  OVIDE (~43-17)  » est également traité dans :

LES MÉTAMORPHOSES, Ovide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 850 mots
  •  • 1 média

Ovide, Publius Ovidius Naso (43 av. J.-C.-17 apr. J.-C.), reprend dans ses Métamorphoses un thème classique de l'Antiquité : le récit des transformations d'hommes en bêtes, en objets inanimés, parfois en forces de la nature. Le texte en est un long poème de douze mille vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-metamorphoses/#i_9611

ADONE, Giovanni Battista Marino - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Mireille BLANC-SANCHEZ
  •  • 1 035 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une épopée baroque »  : […] Ambiguë, ambivalente, la poésie de l' Adone compte l'insaisissable Protée parmi ses ascendants. Ainsi se présente, par exemple, le protagoniste qui, « telle une vierge simple et pure », « s'égare » lorsque Vénus lui apparaît dans son éblouissante nudité : « Elle, parmi le vert du clos ombreux/ toute timide restant à l'écart,/ cache et fait voir se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adone/#i_9611

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 537 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'Antiquité classique »  : […] Il n'a pas existé de « geôlogia » gréco-romaine. Le legs très influent des auteurs grecs et latins se limite à des domaines particuliers, principalement du ressort de la géodynamique. Ils ont ignoré toute étude du sous-sol rocheux (mais l'Italie et la Grèce, avec leur structure tectonique extrêmement complexe, ne s'y prêtaient pas). Leurs explicati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/#i_9611

GÓNGORA Y ARGOTE LUIS DE (1561-1627)

  • Écrit par 
  • Claude ESTEBAN
  •  • 2 221 mots

Dans le chapitre « Le « Polyphème » et les « Solitudes » »  : […] C'est en 1612 que Góngora écrivit la Fable de Polyphème et Galatée, poème mythologique de 504 vers, composé en octavas reales (strophes de huit vers hendécasyllabes rimés ABABABCC). L'argument du poème, souvent adopté par les prédécesseurs de Góngora, tant italiens qu'espagnols, est tiré des Métamorphoses d' Ovide (chant XIII, vers 738-897). À l'im […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luis-de-gongora-y-argote/#i_9611

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cet empire qui va naître »  : […] La mort de Cicéron marque la fin du temps où l' éloquence triomphante était maîtresse de la cité. Désormais, la liberté une fois perdue, les orateurs ne seront plus que des avocats, et non des hommes d'État. Quelques survivants de l'âge précédent, comme Asinius Pollion, compagnon de César, auront beau maintenir quelque temps la tradition républicai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature/#i_9611

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « Du fantasme à la problématique »  : […] Au premier chef, Ovide. Sans que la libido y soit encore expressément désignée, L'Art d'aimer nous livrera la clé de la fantaisie développée à une date voisine par la fabulation plus libre des Amours  : « Hommes, célébrez votre poète, écrivait Ovide en conclusion du livre II [...]. Que tous ceux qui, grâce au glaive reçu de moi, triompheront d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libido/#i_9611

TRISTIA, Ossip Mandelstam - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hélène HENRY
  •  • 1 005 mots

Dans le chapitre « L'exil intérieur »  : […] C'est cette poétique que l'on retrouve, élargie, dans le second recueil de Mandelstam. Tristia , republié en 1923 en Union soviétique aux éditions Kroug, rassemble quarante-trois poèmes écrits entre 1915 et 1922. Le titre, suggéré par le poète Mikhaïl Kouzmine, inscrit le recueil dans la filiation du recueil homonyme d'Ovide, et souligne la référe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristia/#i_9611

Voir aussi

Pour citer l’article

Simone VIARRE, « OVIDE (-43-17) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ovide/