OURSINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Anatomie interne

Système nerveux

Le système nerveux oral se compose d'un anneau périœsophagien, d'où partent cinq rubans radiaux, un pour chaque zone ambulacraire. Ceux-ci envoient deux nerfs pour chaque tentacule ambulacraire ; l'un se termine dans la ventouse du tentacule, l'autre forme un plexus sous-épidermique et innerve les appendices du test. Les piquants, les tentacules ambulacraires, les pédicellaires sont des organes sensoriels richement innervés. Les sphéridies sont vraisemblablement des organes d'équilibration. Les oursins ne possèdent pas d'autres organes des sens spécialisés.

Tube digestif

La bouche se trouve généralement au centre de la face orale ; elle s'ouvre sur une cavité buccale, où l'on voit les cinq dents de l'appareil masticateur. Cet appareil, ou lanterne d'Aristote, fort compliqué, comprend des pièces calcaires (cinq fois quatre pièces) et des muscles. La structure du squelette de la lanterne d'Aristote constitue un caractère utilisé dans la classification des oursins. L'œsophage s'élève verticalement, puis s'incurve et se continue par un intestin moyen très long qui décrit un tour presque complet, se replie, refait un second tour en sens inverse et se termine par un rectum vertical. Le tube digestif possède un siphon intestinal, assurant une communication entre l'extrémité aborale de l'œsophage et une région de la deuxième courbure de l'intestin.

Cœlome et liquide cœlomique

Le cœlome correspond à la cavité centrale de l'oursin, en partie déjà occupée par l'intestin et les glandes génitales. Des cloisons délimitent de petits cœlomes à l'intérieur du grand, notamment le cœlome péripharyngien totalement clos qui entoure la lanterne d'Aristote. Le liquide cœlomique est de l'eau de mer renfermant des amibocytes de plusieurs types ; les uns contiennent des granules jaunâtres ou verdâtres et exercent des actions phagocytaire et athrocytaire ; d'autres contiennent des grains d'échinochrome, pigment propre aux oursins.

Système ambulacraire

Le système ambulacraire comprend l'ensemble des tentacules ambulacraires, qui, en traversant le test au niveau des p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Oursin régulier (anatomie)

Oursin régulier (anatomie)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Oursin (développement larvaire)

Oursin (développement larvaire)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Plaque de Cidaris

Plaque de Cidaris
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Académie nationale de Metz, directrice honoraire à l'École pratique des hautes études, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  OURSINS  » est également traité dans :

ÉCHINODERMES

  • Écrit par 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER, 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 6 662 mots
  •  • 9 médias

Les Échinodermes, animaux exclusivement marins, abondants, présentent une grande diversité et constituent un clade (ou phylum) important et fort ancien. Les Échinodermes vivant actuellement (Crinoïdes, Holothuries, Étoiles de mer, Ophiures, Oursins) ont été précédés par beaucoup d'autres représentants , aujourd'hui fossiles ; des classes entières qui avaient connu leur apogée au début de l'ère […] Lire la suite

EMBRYOLOGIE

  • Écrit par 
  • Maurice PANIGEL, 
  • Josselyne SALAÜN, 
  • Denise SCHEIB, 
  • Jean SCHOWING
  •  • 13 223 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Segmentation totale de l'œuf d'oursin  »  : […] Comme le montre son activation parthénogénétique, l'œuf vierge d’oursin comprend déjà tous les éléments nécessaires à la différenciation ultérieure de la larve (pluteus). La segmentation de l'œuf fécondé va s'effectuer selon un programme chronologique et spatial précis. Des facteurs de polarité (déjà déterminés dans l'ovaire) vont rapidement délimiter les deux territoires ecto- et endomésodermiqu […] Lire la suite

ÉDITION DES GÉNOMES

  • Écrit par 
  • Gilles SAUCLIÈRES
  •  • 3 938 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le ciblage de l’ADN : les méganucléases »  : […] Les limitations de la recombinaison homologue ont poussé à chercher des méthodes plus efficaces. En effet, sur un autre front de la recherche, les techniques de séquençage de l’ADN, qui permettent de connaître l’ordre d’enchaînement des nucléotides, ont progressé d’une manière fulgurante, de sorte que l’on dispose de plusieurs milliers de génomes complets d’organismes différents, allant de l’hydr […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie benthique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 5 290 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Faune endogée »  : […] À l'opposé de cette faune épigée, on trouve un vaste ensemble de formes endogées (endofaune), c'est-à-dire qui se logent dans l'intérieur du substrat et qui sont, évidemment, foreuses lorsque celui-ci est dur et fouisseuses lorsqu'il est meuble. Les espèces animales foreuses creusent les roches, la plupart du temps calcaires : les éponges du genre Cliona agissent sans doute par dissolution chimiq […] Lire la suite

PHYLOGÉNOMIQUE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les tuniciers à l'origine des vertébrés ? »  : […] Depuis Haeckel, on affirme que les embryons de tuniciers, comme les vertébrés, possèdent une chorde. Cela aurait pu n'être qu'une ressemblance. L'examen du génome d'un tunicier ( Ciona intestinalis ) et celui des protéines exprimées lors de son développement montrent que la moitié des 182 gènes connus pour participer à la mise en place de la chorde chez les vertébrés se retrouvent chez ce tunicier […] Lire la suite

SPÉCIATION

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 3 250 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Exemples »  : […] L'espèce ancestrale des tritons à crêtes était sans doute répandue il y a 3 millions d'années sur une large part de l'Europe. Les glaciations quaternaires l'ont confinée à des zones relativement épargnées par le froid, comme l'ouest de la France ou le sud de la péninsule Ibérique, séparées par des espaces infranchissables. De la divergence entre groupes isolés sur des refuges différents sont nées […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Andrée TÉTRY, « OURSINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oursins/