OULÉMAS, OULAMAS ou ULÉMAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'islam classique

Dans l'ancienne société islamique, les « savants » étaient les spécialistes du droit et de la religion. Les études auxquelles ils se livraient ne comportaient aucun cadre précis, aucun programme ; leur durée était variable au gré de ceux qui les avaient entreprises, et bien que la plupart des oulémas – passé la période héroïque des débuts – se fussent targués de détenir un certificat (idjaza) du maître qui les avait formés, aucun diplôme n'était, en principe, exigé d'eux puisque leur qualité ne leur était pas conférée par l'autorité publique. On imagine facilement que, dans de telles conditions, la valeur scientifique de ceux qui passaient aux yeux du public pour des oulémas varia considérablement suivant les époques, et d'un pays à l'autre, voire dans la même ville.

Ainsi, aucune fonction officielle n'était attachée à la qualité d'oulémas, ni, a fortiori, aucune rétribution. Mais si en tant qu'oulémas ils demeurèrent en dehors de toute organisation officielle ou privée, la considération qui s'attachait à leur personne leur valut, d'une façon constante, pendant dix siècles (jusqu'au milieu du xixe s.), les plus belles situations matérielles. C'est parmi eux qu'étaient recrutés les juges de tous grades, les muftī ou consultants officiels, les imām des grandes mosquées, les professeurs d'universités-mosquées. Bref, ils avaient en leur pouvoir la justice, l'enseignement et le culte. Juges (qāḍī) mis à part, ils trouvaient « leurs principales ressources dans les revenus des biens de mainmorte qui sont rattachés aux mosquées et écoles dépendant de leur juridiction » (J. Gaudefroy-Demombynes).

Si l'on exclut ces cas, assez nombreux il est vrai, où le titre de ‘ālim se confond avec ceux que valent aux oulémas les fonctions qu'éventuellement ils peuvent exercer, cette notion a toujours été vague et fluctuante. On trouve un exemple significatif de cette imprécision conceptuelle dans le choix que le principal parti musulman d'Indonésie a fait de son nom :

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  OULÉMAS, OULAMAS ou ULÉMAS  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 332 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le retour de l'insurrection »  : […] système d'administration de la population, les Talibans bénéficient de la demande de justice de la population. Les juges Talibans sont des oulémas et jouissent de ce fait d'un certain prestige, d'autant qu'ils sont généralement moins corrompus que ceux du gouvernement. Des centaines de juges rendent des jugements au nom des Talibans, souvent en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afghanistan/#i_33069

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 034 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'évolution des musulmans et la politique indigène »  : […] d'autre issue à ses revendications d'égalité que la citoyenneté française, une autre voie lui fut indiquée par les ‘ulamā et les champions de l'arabisme : la « Nation algérienne ». Par l'enseignement, le scoutisme et la propagande écrite et orale, les ‘ulamā insufflèrent à la jeunesse un idéal patriotique, à la fois arabo-musulman et algérien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie/#i_33069

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 453 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Le rôle religieux »  : […] Les savants en religion (oulémas) wahhabites, souvent issus de familles du centre du pays, entretiennent une relation de proximité avec le régime. Le dirigeant (wali al-amr) n'a de légitimité à gouverner que parce qu'il le « fait selon la volonté de Dieu ». Un appareil de juges, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabie-saoudite/#i_33069

CHIISME ou SHĪ‘ISME

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN, 
  • Yann RICHARD
  •  • 9 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le shī‘isme iranien, des Safavides à la Constitution de 1906 »  : […] se heurta à l'absence en Iran d'institutions juridico-théologiques shī‘ites. Pour gouverner, il avait besoin d'ulémas qui reconnussent la légitimité de son pouvoir et qui pussent faire appliquer la jurisprudence de l'école ja‘farite (de Ja‘far al-al-Sādeq, le VIe Imām) ; la tradition shī‘ite iranienne antérieure, isolée dans quelques villes et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chiisme-shi-isme/#i_33069

ÉGYPTE - L'Égypte coloniale

  • Écrit par 
  • Nada TOMICHE
  •  • 6 526 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'occupation française »  : […] faisant appel à une représentation populaire. Un conseil général (al-dīwān al-‘āmm), formé d'ulémas, de notables et de commerçants délégués des diverses provinces, coiffe les conseils régionaux et se trouve chargé de « trancher des affaires du pays ». Mais les initiatives du conseil, sous l'impulsion des Français qui, par souci d'équité, tentent de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-l-egypte-coloniale/#i_33069

IRAN - Société et cultures

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER
  •  • 8 913 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Aux sources de la révolution et de la République islamiques »  : […] de cet « imam caché » (emām-e qa'eb), toute forme de gouvernement est nécessairement imparfaite. Les croyants doivent se conformer, pour guider leurs actes et leurs décisions, aux avis des 'olamā reconnus les plus justes et les plus compétents et qui sont considérés comme des « sources d'imitation » (marja'-e taqlid). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iran-societe-et-cultures/#i_33069

IRAN RÉVOLUTION CONSTITUTIONNELLE EN

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 062 mots

La pénétration des idées occidentales et le besoin de modernisation ont été relativement plus tardifs en Iran que dans la plupart des autres pays musulmans. Cela tient en partie à la coupure idéologique créée à l'époque séfévide (1501-1722) par la promulgation comme religion d'État du shī'isme imāmite (de nature ésotérique et « imāmo-centrique », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-constitutionnelle-en-iran/#i_33069

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 433 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Panislamisme et anticolonialisme : le nationalisme composite »  : […] Kalam Azad dès 1910, puis scellé par le pacte de Lucknow de 1916, ce courant obtint la caution des Deobandī, qui fondèrent en 1919 la puissante association des oulémas de l'Inde (Jam‘iyyatu’l-‘ulamā-yi Hind) ; de 1920 à 1924, ils participèrent avec Gandhi à la première campagne de désobéissance civile – dans le cadre du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-le-monde-musulman-contemporain/#i_33069

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une problématique contemporaine »  : […] un mouvement de ré-islamisation par le bas, mené par des milieux conservateurs, comme les oulémas, qui s'appuient sur l'héritage culturel et social de l'islam dans la société et qui, sans nécessairement remettre en cause les régimes en place, demandent une plus grande islamisation du droit et de la société. Il ne faut évidemment pas opposer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-islam-et-politique/#i_33069

MUSULMAN DROIT

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 4 410 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les juristes musulmans »  : […] à la fin du xie siècle, la formation des savants (oulémas) s'est institutionnalisée quelque peu. Ils y apprennent le Coran par cœur, la science des hadiths, les techniques juridiques, et ils se familiarisent avec la théologie et avec la scolastique (kalam). À côté de ces écoles se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-musulman/#i_33069

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 333 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Maturations nationalistes »  : […] sera aux origines de la révolution islamique de 1979. Dans cette alliance triangulaire, la hiérarchie des oulémas chiites détient un rôle spécifique, sans équivalent dans le monde musulman. Si l'islam, à la différence du christianisme, est bien une religion sans Église, la Perse est dotée d'un véritable clergé depuis que, au xvi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proche-et-moyen-orient-contemporain/#i_33069

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy MONNOT, Yvon LINANT DE BELLEFONDS, « OULÉMAS, OULAMAS ou ULÉMAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oulemas-oulamas-ulemas/