PÄCHT OTTO (1902-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le style comme vision du monde

À l'inverse, par une approche conceptuelle des faits artistiques mais qui reste fondée sur l'observation directe des œuvres, Otto Pächt parvient à définir les critères de validité pour une enquête objective en histoire de l'art. Il est très éloigné de la synthèse brillante, à la Erwin Panofsky (Idea, par exemple, publié la première fois à Berlin, en 1924) ou à la Meyer Schapiro (Style, paru d'abord sous forme d'article en 1953, repris en traduction dans le recueil intitulé Style, artiste et société, éd. Gallimard, Paris, 1983), qui tous deux, à leur manière, abordent cette problématique du développement des styles dans l'histoire des arts. Mais, alors qu'Erwin Panofsky examine la question dans la perspective de l'humanisme philosophique, alors que Meyer Schapiro ouvre son analyse aux sciences sociales, Otto Pächt s'efforce de cerner les symptômes qui, dans l'œuvre, signalent les glissements d'une vision du monde à une autre. Par là, il se rattache à la conception que Riegl avait exprimée comme au deuxième niveau, peut-être, par l'expression de Kunstwollen : les changements de style témoignent de la substitution d'une série d'idéaux esthétiques à une autre et forcent l'historien de l'art à tenter la généalogie de ces systèmes d'idées.

Étudiant la décoration de la page en tapis ornemental, dans l'art insulaire du viie siècle, à partir des exemples du Livre de Kells et des Évangiles de Lindisfarne, Otto Pächt commente la stylisation ainsi réalisée en ces termes (L'Enluminure médiévale, p. 174) : « Le but recherché est un ennoblissement des formes naturelles, même si nous n'avons tendance à n'y voir qu'une déformation barbare. Un ennoblissement qui va consister à assimiler ce que l'homme primitif (ou mieux l'homme habitué aux productions d'une imagination abstraite) considère comme de l'informe aux formes depuis longtemps admises d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, ancien membre de l'École française de Rome, professeur d'histoire de l'art médiéval à l'université de Bourgogne

Classification


Autres références

«  PÄCHT OTTO (1902-1988)  » est également traité dans :

QUESTIONS DE MÉTHODE EN HISTOIRE DE L'ART, Otto Pächt - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 265 mots

Otto Pächt (1902-1988) est un des derniers grands représentants du courant formaliste en histoire de l'art. Élève de Max Dvorák et d'Emmanuel Löwy, Pächt fut cependant davantage marqué par le formalisme de la première génération d'historiens de l'école de Vienne, avant tout celui d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/questions-de-methode-en-histoire-de-l-art/#i_70566

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel RUSSO, « PÄCHT OTTO - (1902-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-pacht/