KLEMPERER OTTO (1885-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Renouveau et création

Véritable héritier spirituel de Gustav Mahler, dont il avait repris les deux canons – renouveau et création –, Klemperer a assimilé son influence d'une façon plus directe que Bruno Walter. Ses conceptions au cours de l'entre-deux-guerres contrastent singulièrement avec l'approche lente et réfléchie, le sens des dimensions démesurées et la force dramatique qui caractérisent ses ultimes interprétations. Il a beaucoup contribué à faire connaître l'œuvre de Mahler dans le monde entier ; ses conceptions classiques et épurées constituent un important contrepoids à la tradition exubérante de Willem Mengelberg. Wieland Wagner voyait en Klemperer une synthèse de la Grèce classique, de la tradition juive, de la chrétienté médiévale, du romantisme allemand et du réalisme de notre temps.

Klemperer a dirigé en première audition des pages de Zemlinsky (Der Zwerg, 1922), Hindemith (Neues vom Tage, 1929) et Schönberg (Begleitungsmusik zu einer Lichtspielszene, 1930). Il a lui-même beaucoup composé, mais ne laissait pas exécuter ses œuvres : six symphonies (écrites à partir de 1960), un concerto pour violon, neuf quatuors à cordes (1968-1970), cinq opéras, dont Das Ziel (1915, révisé en 1970), une Missa sacra (1919) et une centaine de lieder.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Otto Klemperer

Otto Klemperer
Crédits : Hulton Getty

photographie

Sena Jurinac

Sena Jurinac
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  KLEMPERER OTTO (1885-1973)  » est également traité dans :

STAATSOPER DE BERLIN

  • Écrit par 
  • Jacques FOURNIER
  •  • 954 mots

La capitale allemande possède trois théâtres lyriques dont deux, le Staatsoper et le Komische Oper, se trouvaient à Berlin-Est du temps de la R.D.A. La chute du Mur et la réunification des deux Allemagnes rendit à ces deux lieux leur identité nationale intrinsèque. Si le Deutsche Oper dut son origine à la soif de culture et au désir d'élévation sociale de la bourgeoisie, le Staatsoper était, lui, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « KLEMPERER OTTO - (1885-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-klemperer/