KLEMPERER OTTO (1885-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'aventure de la Kroll Oper

Né à Breslau (aujourd'hui Wrocław, en Pologne) le 14 mai 1885, Otto Nossan Klemperer étudie le piano avec James Kwast et la théorie avec Ivan Knorr à la Musikhochschule de Francfort-sur-le-Main à partir de 1901. Puis il travaille la composition et la direction d'orchestre avec Hans Pfitzner au conservatoire Klindworth-Scharwenka de Berlin. En 1905, il rencontre Gustav Mahler, alors directeur de l'Opéra de Vienne, qui encourage ses débuts. Un an plus tard, il dirige Orphée aux enfers de Jacques Offenbach au Neues Theater de Berlin dans une production de Max Reinhardt puis est engagé comme chef des chœurs au Neues Deutsches Theater (« Nouveau Théâtre allemand ») de Prague en 1907. Il gravit rapidement les échelons de la hiérarchie et devient chef permanent.

En 1910, après avoir été l'assistant de Mahler pour la création de sa Huitième Symphonie « Des Mille », Klemperer est nommé, sur la recommandation de celui-ci, premier chef à l'Opéra de Hambourg (1910-1912). En 1913-1914, on le retrouve à Barmen, entre 1914 et 1917 à Strasbourg et, à partir de 1917, à Cologne, où il est nommé directeur général de la musique (1923-1924). Il y crée l'opéra de Erich Wolfgang Korngold La Ville morte (4 décembre 1920) et y dirige en décembre 1922 la première représentation allemande de Kátia Kabanová de Leoš Janáček. En 1919, il avait épousé la cantatrice Johanna Geissler (morte en 1956). Il est ensuite directeur général de la musique à Wiesbaden (1924-1927) et à la Staatsoper am Platz der Republik de Berlin, plus connue sous le nom de Kroll Oper (1927-1931).

Sous son impulsion, cette nouvelle scène acquiert une réputation de qualité et de renouveau qui attire l'attention de l'ensemble du monde musical. Il s'entoure des meilleurs metteurs en scène de l'époque (Ernst Legal, Hans Curjel, Gustav Gründgens, Jürgen Fehling) et décorateurs (Teo Otto, Oskar Schlemmer, László Moholy-Nagy) et renouvelle les conceptions du répertoire traditionnel tout en l'enrichissant de nombreuses créations mondiales – parmi lesquelles Neues vom Tage (8 juin 1929) de Hindemith – ou berlinoises – Œdipus Rex de Stravinski, Erwartung de Schönberg, Cardillac de Hindemith, De la maison des morts de Janáček. Klemperer signe également lui-même plusieurs mises en scène.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Otto Klemperer

Otto Klemperer
Crédits : Hulton Getty

photographie

Sena Jurinac

Sena Jurinac
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  KLEMPERER OTTO (1885-1973)  » est également traité dans :

STAATSOPER DE BERLIN

  • Écrit par 
  • Jacques FOURNIER
  •  • 954 mots

La capitale allemande possède trois théâtres lyriques dont deux, le Staatsoper et le Komische Oper, se trouvaient à Berlin-Est du temps de la R.D.A. La chute du Mur et la réunification des deux Allemagnes rendit à ces deux lieux leur identité nationale intrinsèque. Si le Deutsche Oper dut son origine à la soif de culture et au désir d'élévation sociale de la bourgeoisie, le Staatsoper était, lui, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « KLEMPERER OTTO - (1885-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-klemperer/