ORTHOGRAPHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'orthographe, système de représentation écrite des variétés de français et des variétés d'auteurs

Des variétés de français, liées aux diverses aires géographiques, ont coexisté, au cours de l'histoire, avec des formes communes de la langue. Ce sont les différentes évolutions linguistiques jointes à des facteurs socioéconomiques qui sont à l'origine des formes dialectales enregistrées dans les littératures périphériques. Les parlers d'auteurs de la seconde moitié du xxe siècle, dont l'étude est importante pour notre sujet, s'inscrivent dans ce patrimoine linguistique.

L'analyse de l'écriture des variétés de français fait apparaitre (orthographe rectifiée, Acad. franç.) des systèmes graphiques différentiels, en contraste avec la norme usuelle du français. Cette systématique est destinée à conférer une identité linguistique propre, perceptible non seulement à l'oral, mais transmise également par l'écrit. Les procédés de différenciation sont de deux types : ou la forme à transcrire présente un écart phonique dont la notation est parlante par elle-même ; ou la différence phonique n'est pas suffisante. Elle est alors compensée par des procédés de déformation de la norme graphique destinés à créer la différenciation. Ces procédés sont complémentaires, assurant au texte lisibilité et compréhension.

Distinction graphique par la notation de différences de prononciations

Une alternance de prononciation, à l'initiale a/é (azité/hésité) caractérise le parler de l'Orléanais : J'ai azité avant d' vous acrire « j'ai hésité avant de vous écrire » (A. Gilbert, 1995). Le sarthois, tout en partageant l'alternance a/e (al/elle), se caractérise par une finale en /ɛ/ très ouvert, notée par l'accent grave : al tait point contrarièe « elle [n'é]tait pas contrariée » (É. Jacqueneaux, 1993).

Distinction par l'emploi de l'apostrophe et par la segmentation graphique

Lorsque la différence de prononciation entre le français et la variété dialectale n'est pas assez marquée, les particularités linguistiques sont mises en valeur par divers aménagements graphiq [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ORTHOGRAPHE  » est également traité dans :

APPRENTISSAGE DE L'ORTHOGRAPHE

  • Écrit par 
  • Sébastien PACTON
  •  • 1 956 mots

L’apprentissage de tout système d’écriture impose que les enfants comprennent comment le langage écrit représente le langage oral. Dans les systèmes alphabétiques, les phonèmes (unités sonores minimales du langage) sont représentés par des graphèmes (lettre ou groupes de lettres, par exemple o, ou, eau). Cependant, d’un système à l’autre, […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DE LA LECTURE

  • Écrit par 
  • Jonathan GRAINGER, 
  • Johannes ZIEGLER
  •  • 1 842 mots

La lecture est une invention culturelle, l'une des plus grandes de la civilisation. Les systèmes d’écriture, comme l’alphabet latin, ont été inventés pour transcrire le langage oral. C’est ainsi que le langage oral est devenu immortel. Dans le cerveau du lecteur, les symboles sur la page deviennent des sons du langage, et ces sons, porteurs du sens, nous font rire, parfois pleurer et surtout comp […] Lire la suite

CERVEAU ET PRODUCTION ÉCRITE

  • Écrit par 
  • Marieke LONGCAMP, 
  • Jean-Luc VELAY
  •  • 1 195 mots
  •  • 1 média

L’écriture est à la fois langage et motricité. Langage, car pour exprimer des idées il faut choisir les mots, former des phrases grammaticalement correctes, respecter l’orthographe. Motricité, car il faut coordonner finement les mouvements des doigts et du poignet pour tracer ces mots sur le papier. Écrire implique donc une cascade de processus cognitifs, et la frontière théorique entre ceux qui […] Lire la suite

DYSLEXIE

  • Écrit par 
  • Franck RAMUS
  •  • 1 725 mots

Dans le chapitre « Symptômes »  : […] D’autres études se sont efforcées de comprendre à la fois la nature et l’origine des difficultés de lecture des enfants dyslexiques. À propos de la lecture, les enfants dyslexiques ont des difficultés particulières avec la reconnaissance des mots écrits, plutôt qu’avec la compréhension du langage (ce qui les distingue souvent de la plupart des autres enfants en difficulté de lecture). L’enfant dys […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Conservatisme et changement »  : […] Ne pouvant rendre compte ici de tous les facteurs historiques et sociaux qui, depuis 1815, ont influé sur la langue, on se bornera à montrer que les conditions dans lesquelles elle évolue sont entièrement nouvelles, marquées par la lutte entre des forces de conservation d'une puissance inconnue jusqu'alors et des forces de changement irrésistiblement accélérées. Entre 1820 et 1840, s'établit une […] Lire la suite

IMPRIMERIE

  • Écrit par 
  • Isabelle ANTONUTTI, 
  • Jean-Pierre DRÈGE, 
  • Henri-Jean MARTIN
  • , Universalis
  •  • 14 457 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La révolution typographique en Europe »  : […] Le triomphe de l'écriture romaine face aux écritures nationales dans toute une partie de l'Europe à partir des années 1530 s'explique d'abord par le prestige de son origine et par celui des lettres latines. Mais aussi par le fait que cette écriture était soutenue par une véritable idéologie. Si en effet la minuscule humanistique apparaît comme une construction bâtarde résultant de l'adaptation de […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 10 045 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Du code oral au code écrit »  : […] Nombreux sont les travaux consacrés aux différents systèmes d'écriture (alphabétiques, idéographiques, hiéroglyphiques...), ainsi qu'à leurs conditions historiques et sociales d'émergence. En revanche, les études dédiées aux spécificités du code écrit et à ses relations à l'oral restent assez sectorielles. Un premier domaine est celui des règles des systèmes d'écriture. La plupart des langues anc […] Lire la suite

MORPHOLOGIE (psycholinguistique)

  • Écrit par 
  • Séverine CASALIS, 
  • Pascale COLÉ
  •  • 2 908 mots

Dans le chapitre « Le rôle des informations morphologiques en écriture »  : […] L’orthographe lexicale française est particulièrement difficile à maîtriser, notamment parce que de nombreux mots comportent des lettres finales muettes et parce que plusieurs sons tel /o/ peuvent s’écrire de plusieurs manières ( o, au , eau ). La prise en compte des mots dérivés (« bavardage ») peut aider à orthographier correctement la finale muette de la base ( d dans « bavard »). Les enfants […] Lire la suite

PELETIER DU MANS JACQUES (1517-1582)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 637 mots

Poète français, mais aussi grammairien, mathématicien et médecin, esprit mobile et curieux, bouillonnant d'aspirations et d'idées. Un peu plus âgé que Ronsard et que Du Bellay, il fait la connaissance du premier puis du second avant même qu'ils n'entrent au collège de Coqueret, et leur prodigue ses conseils. Il préside ainsi aux origines de la Pléiade ; il sera en contact constant avec le groupe, […] Lire la suite

PRODUCTION DE MOTS (psycholinguistique)

  • Écrit par 
  • Patrick BONIN
  •  • 1 618 mots

Dans le chapitre « À l'écrit »  : […] La production de mots à l'écrit chez des adultes, au contraire de celle orale, résulte d'une acquisition formalisée et relativement longue. Le degré de stabilité dans les correspondances entre les sons (par exemple /o/) et les lettres ou groupes de lettres ( o , au , eau ) varie selon les systèmes orthographiques. Pour des systèmes orthographiques opaques, comme le français, la production orthogra […] Lire la suite

Pour citer l’article

Liselotte BIEDERMANN-PASQUES, Fabrice JEJCIC, « ORTHOGRAPHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/orthographe/