ORNEMENT, histoire de l'art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une présence universelle

L'ornement est de tous les temps et de toutes les cultures. Il peut aller de la simple hachure ou zigzag à des systèmes extrêmement complexes, comme les mauresques ou les dessins pour tissus, du type appelé « bizarre », employés en Angleterre et en France (fin du xviie-début du xviiie s.). Les rapports entre l'objet et son ornementation forment un très vaste sujet ; ils sont liés à la fois aux problèmes de la production et de l'esthétique. Dans l'art des pays de l'islam, le rapport de l'ornement et de l'objet qu'il décore est intrinsèque, et il est parfaitement impossible de les séparer. En Occident, il en est en grande partie de même, mais le développement de la production industrielle a bouleversé ce rapport dès le xviiie siècle. Il est donc primordial de connaître l'esthétique de la période durant laquelle l'ornement a été employé pour pouvoir établir le rapport qui existe entre l'objet et son ornementation, entre le contenu et son expression. L'ornement a été jusqu'au xixe siècle intimement lié à sa fonction, une dissociation s'instaurant nettement au cours du xixe siècle lorsque les dessinateurs puisaient dans la collection des ornements du passé en choisissant, selon les modes, tel ou tel ornement historique. La fonction première de l'ornement devint alors de masquer la matière brute, et la production industrielle empruntait aux arts mineurs ce qui leur était traditionnellement propre. On pensait que, grâce à la machine, on pourrait produire, en mieux, tout ce qui dans le passé montrait encore les défauts et les irrégularités du travail manuel. Cette croyance eut la vie longue, bien que beaucoup se fussent rendus compte, dès le début du xixe siècle, de l'impossibilité d'établir par la production de copies, même avec des variantes, une base viable pour l'art contemporain. La réaction contre l'objet surchargé se manifesta à l'apogée de la fabrication industrielle de l'ornement, alors que la dissociation entre celui-ci et sa fonction était poussée à l'extrême. On peut distinguer de multiples approches, parallèles ou successives, mais jam [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : historien de l'art, diplômé de l'université de Leyde, Pays-Bas

Classification


Autres références

«  ORNEMENT, histoire de l'art  » est également traité dans :

ADAM ROBERT (1728-1792) ET JAMES (1730-1794)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 587 mots
  •  • 6 médias

Les architectes et décorateurs Robert et James Adam sont les fils d'un architecte écossais, William Adam. Ce dernier, déjà mêlé au courant du retour à l'antique qui depuis Inigo Jones triomphait en Angleterre, voulut que ses fils étudient directement les œuvres de l'Antiquité et non pas seulement, comme ses compatriotes, à travers Palladio. Au cours d'un voyage en Italie et en Dalmatie, aidés de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-robert-et-james/#i_11690

ALICATADO

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET
  •  • 214 mots

Le terme d' alicatado désigne, en Espagne, une mosaïque constituée par des fragments de céramique émaillée de formes et de couleurs différentes, incrustées dans du plâtre. Ces fragments de faïence sont obtenus à partir d' azulejos monochromes sur lesquels on trace un décor et dont on détache ensuite la partie dessinée à l'aide de pinces appelées alicates , en frappant le carreau à petits coups. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alicatado/#i_11690

ANDROUET DU CERCEAU JACQUES (1520-1586)

  • Écrit par 
  • Jean GUILLAUME
  •  • 968 mots

Jacques Androuet du Cerceau (appelé le plus souvent « Du Cerceau », dû au motif de l'enseigne de la boutique de son père qui était marchand de vin) fut à la fois un graveur, un dessinateur, un créateur d'ornements, un inventeur d'architectures réelles ou imaginaires et l'auteur du premier ouvrage consacré aux « plus excellents bâtiments » de la France. Son œuvre immense (1 700 gravures, 1 200 des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/androuet-du-cerceau-jacques-1520-1586/#i_11690

ANTHROPOLOGIE DE L'ART

  • Écrit par 
  • Brigitte DERLON, 
  • Monique JEUDY-BALLINI
  •  • 3 610 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les prémices »  : […] À ses débuts, l’intérêt anthropologique pour l’art se focalisa sur les sociétés non occidentales par le biais des artefacts rapportés des grands voyages d’exploration du monde puis entrés dans les collections européennes (cabinets de curiosités, trésors princiers) qui devaient par la suite enrichir les fonds muséographiques. Ils constituèrent ainsi les principaux matériaux de réflexion des savants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-de-l-art/#i_11690

ARABESQUE, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 3 456 mots

Le mot arabesque désigne des ornements composés de lignes courbes, de rinceaux qui s'entrecroisent. L'arabesque décore la superficie d'une œuvre dont la figure humaine est absente. Aux xv e et xvi e  siècles, le mot arabesque pouvait s'écrire aussi rabesques . Synonyme de moresque , aussi écrit mauresque , venant des Maures, il suggère l'origine musulmane du motif. Or, malgré la présence des mus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabesque-histoire-de-l-art/#i_11690

ARCATURE

  • Écrit par 
  • Maryse BIDEAULT
  •  • 106 mots

Motif architectural qui se compose d'une suite de petites arcades reposant soit sur des colonnettes soit sur des culs-de-lampe. Jouant un rôle important dans l'animation de la surface murale, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'édifice, l'arcature peut être employée en soubassement ou en couronnement ; elle peut être aveugle, c'est-à-dire plaquée contre le mur, ou ajourée. Le dessin de l'arca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arcature/#i_11690

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 789 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La nature »  : […] Pour les créateurs de l'Art nouveau, le motif végétal n'était pas qu'une transcription fidèle à la manière d'un botaniste. Il importait d'exprimer un sentiment ineffable : « la grande communion de la nature » (dénomination d'une coupe de Gallé, 1900). Le décorateur moderne éveillera « les esprits et les âmes par la traduction des beautés épandues dans le monde ». À l'époque de l'Art nouveau, des b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-nouveau/#i_11690

AUDRAN LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 561 mots

Famille de graveurs, d'ornemanistes et de peintres français du xvii e  siècle et du début du xviii e  siècle. Les personnages les plus célèbres de cette dynastie sont le graveur Gérard et le peintre ornemaniste Claude III. Gérard Audran (1640-1703) commença par étudier la gravure avec son père Claude I er (1592-1677), mais ce n'est qu'après un séjour en Italie où il travailla dans l'atelier de Ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-audran/#i_11690

AZULEJOS

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET
  •  • 977 mots
  •  • 2 médias

Le terme azulejo , qui semble dérivé du mot espagnol azul (bleu), est devenu synonyme de carreau de faïence pour les pays d'Europe et d'Amérique soumis à l'influence espagnole et portugaise. Diffusée par l'Espagne qui l'a adoptée la première, cette technique nouvelle s'est largement répandue au cours des xv e et xvi e  siècles. Pourtant, contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azulejos/#i_11690

BERAIN LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 425 mots
  •  • 1 média

Famille de décorateurs et de graveurs français de la fin du xvii e siècle et du début du xviii e connue grâce aux travaux de R. A. Weigert ( Jean I er Berain... 1640-1711 , Paris, 1937). La renommée de cette famille est surtout due à Jean I er (1640-1711). Fils d'un arquebusier lorrain, il est, dès l'installation de son père à Paris en 1645, mêlé au milieu des graveurs et armuriers, ce qui exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-berain/#i_11690

BLONDEEL LANCELOT (1498-1561)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 440 mots

Comme Coecke à Anvers et Lambert Lombard à Liège ou Van Orley à Bruxelles, Blondeel est le principal représentant de la première Renaissance dans la peinture brugeoise du xvi e  siècle. Franc-maître à Bruges en 1519, il travaille à la décoration de la ville dès l'année suivante, à l'occasion de la « Joyeuse Entrée » de Charles Quint. De fait, la partie décorative tient une grande place dans son œu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lancelot-blondeel/#i_11690

CARLONE CARLO INNOCENZO (1686-1775)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 408 mots

Né à Sciara, près de Côme, Carlo Innocenzo Carlone appartient autant à l'Allemagne, où il fait la moitié de sa carrière, qu'à l'Italie dont il est originaire. La famille Carlone, ou Carloni, originaire de la région de Côme, comporte de nombreuses branches, et l'on trouve des artistes de ce nom, architectes, stucateurs et peintres, en Ligurie et en Lombardie, au xvii e et au xviii e siècle. C'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-innocenzo-carlone/#i_11690

CÉRAMIQUE À REFLETS MÉTALLIQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 439 mots

773 Un gobelet de verre trouvé à Fustāt (Le Caire) et décoré en lustre métallique est daté de 773. Vers 850 Les potiers abbassides commencent, peut-être à Basra, puis à Bagdad et à Samarra, à utiliser la technique de la glaçure à reflets métalliques pour décorer la céramique de luxe. 856-863 Décoration de l'encadrement du mihrab (niche aménagée dans le mur qibla ) de la Mosquée de Sidi ‘Uqba à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ceramique-a-reflets-metalliques-reperes-chronologiques/#i_11690

CÉRAMIQUE À REFLETS MÉTALLIQUES

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 246 mots

La technique de la céramique à reflets métalliques fait intervenir plusieurs cuissons, la première à haute température pour la glaçure de base, puis une seconde, à basse température et en atmosphère réductrice, qui transforme les oxydes métalliques (cuivre ou argent) des décors peints sur la première glaçure en pellicule de métal fondue dans la glaçure sous-jacente. L'éclat métallique des couleurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ceramique-a-reflets-metalliques/#i_11690

CÉRAMIQUE LAPITA (Océanie)

  • Écrit par 
  • Hélène GUIOT
  •  • 182 mots

La poterie Lapita doit son nom au site de Nouvelle-Calédonie où elle fut découverte par E. W. Gifford en 1956. Apparue vers 1500 avant notre ère dans le nord de la Mélanésie, elle revêt des formes variées (pot, plat, cruche) et porte des décors géométriques complexes, parfois associés à des figures anthropomorphes stylisées. Obtenus par impression au peigne de l'argile crue, ces motifs, pointillés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ceramique-lapita/#i_11690

CÉRAMIQUE LAPITA - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hélène GUIOT
  •  • 345 mots

— 1500 Dans les îles du nord de la Mélanésie se développe, au sein de populations austronésiennes, la culture océanienne ancestrale caractérisée par la poterie Lapita, décorée au peigne. — 1200 Ces « Océaniens anciens » s'installent dans le sud-est des îles Salomon. Leur poterie, du type Lapita occidental, présente une très grande variété de formes, dont des coupes à fond plat. — 1100 Les popul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ceramique-lapita-reperes-chronologiques/#i_11690

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Formation des principautés. Diversité des cultures : les Zhou (env. XIe s. av. J.-C.-221 av. J.-C.) »  : […] Vers le milieu du xi e siècle, les Zhou, qui étaient établis au Shaanxi, se disent mandatés par le Ciel ; ils renversent la royauté et fondent leur capitale près de l'actuelle Xi'an. Dès le début de la dynastie, l'art se ressent de ces bouleversements car les Zhou possédaient une tradition du bronze et du jade qui, tout en étant tributaire de celle des Shang, s'en démarquait sensiblement. Ces ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_11690

CLASSIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 4 854 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du bon usage d'un mot : langage classique et grand style »  : […] Pour sortir de cet imbroglio sémantique, il convient sans doute d'exclure les appellations trop vagues où les deux termes sont en concurrence et se chevauchent sans contenu précis (âge classique, âge baroque, France classique, France baroque). On peut sans doute au contraire continuer d'utiliser le terme de classique au sens large, qui correspond à un phénomène culturel précis : « est classique un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-classique/#i_11690

COVARRUBIAS ALONSO DE (1488-1570)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 192 mots
  •  • 1 média

Décorateur et architecte espagnol, Covarrubias commence d'abord une carrière d'ornemaniste plateresque en utilisant un répertoire d'arabesques et de grotesques emprunté à la Renaissance italienne. Son intervention est signalée à Sigüenza (chapelle de Santa Librada), à Tolède (façade, escalier et patio de l'hôpital de Santa Cruz, dessinés par Egas) et à Guadalajara. À partir de 1534, il fait davant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alonso-de-covarrubias/#i_11690

DESIGN

  • Écrit par 
  • Christine COLIN
  •  • 8 019 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Art décoratif »  : […] L'appellation art décoratif revêt principalement deux sens qui semblent se contredire. Le premier renvoie à l'ornement, le second à un champ typologique : les objets utilitaires destinés à l'habitat sous toutes ses formes. Le fameux essai Ornement et crime écrit par l'architecte autrichien Adolf Loos en 1908, véhiculé par l'aphorisme « l'ornement est un crime », ponctue l'histoire du design du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/design/#i_11690

DESCRIPTION, notion de

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 987 mots

La description permet de donner à voir en imagination, grâce au langage. Elle constitue une pause, un contretemps dans le flux du récit. Sa finalité représentative semble ainsi l'opposer aux visées narratives de ce dernier. Toutefois, cette distinction théorique est plus complexe dans la pratique, où il s'avère parfois malaisé de distinguer récit et description. C'est pourquoi, selon Gérard Genet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-notion-de/#i_11690

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Pour une alliance art-industrie »  : […] Il ne faudra pas moins d'une confrontation à l'échelle internationale – confrontation des nations occidentales entre elles, mais aussi confrontation avec les pays orientaux – pour ébranler la toute-puissance de l'industrie en plein essor et mettre en cause la production résultant d'une mécanisation brusque et désordonnée. C'est à Londres, en 1851, que s'ouvre la première exposition universelle gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/#i_11690

ENLUMINURE

  • Écrit par 
  • Danielle GABORIT-CHOPIN, 
  • Eric PALAZZO
  •  • 11 847 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Types d'enluminures »  : […] Il n'est pas rare de trouver dans un même manuscrit plusieurs types de décor. On distingue principalement les scènes figurées, les compositions purement décoratives et les initiales. Les scènes figurées, illustrant un texte, ne sont pas toujours encadrées. Leur place par rapport au texte est variable, qu'elles soient insérées entre deux paragraphes, rejetées en marge, ou qu'elles occupent une plei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enluminure/#i_11690

ENTRELACS

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 321 mots

Motif plus ou moins complexe de rubans tressés. L'entrelacs fait partie du répertoire ornemental de l'Assyrie. Il orne un cylindre syro-cappadocien du ~ II e  millénaire (coll. Newell) ainsi que les chefs-d'œuvre toreutiques du début du ~ I er  millénaire, retrouvés à Ziwiyé et Kalar Dasht et conservés au musée de Téhéran. En Grèce, l'art dit « orientalisant » qui, à partir de la fin du ~ viii e   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entrelacs/#i_11690

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 033 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le baroque espagnol »  : […] Alors que le xvi e siècle avait connu une prodigieuse expansion grâce à l'arrivée des richesses d'Amérique, le siècle suivant représente une période de dépression, d'inflation, de banqueroutes et d'épidémies meurtrières. La reprise ne s'effectua qu'après l'accession des Bourbons au trône : un dynamisme nouveau de l'État provoqua alors le réveil progressif de l'activité économique. Ces fluctuation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-l-art-espagnol/#i_11690

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Exotisme décoratif »  : […] Les premières manifestations de l'exotisme en Europe appartiennent à l'histoire des motifs décoratifs plutôt qu'à celle des sentiments et de la sensibilité. On connaît les influences des arts byzantin, arabe, persan sur l'ornementation médiévale, à la suite d'événements historiques tels que la prise de Constantinople par les croisés en 1204, l'émigration en Italie des tisserands arabes de la Sici […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exotisme/#i_11690

FANTUZZI ANTONIO, dit FANTOSE (mort en 1550)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 225 mots

Parfois confondu avec le graveur italien Antonio da Trento, Antonio Fantuzzi est mentionné à Fontainebleau dans les comptes, entre 1537 et 1550. Il a travaillé surtout dans l'équipe de Primatice et à des ensembles aujourd'hui perdus qui rendent impossible l'identification de sa personnalité de peintre. Il a exécuté des patrons de grotesque au plafond de la galerie d'Ulysse, également détruite. À c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-fantuzzi/#i_11690

FORMALISME (arts)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 870 mots

Dans le chapitre « Aux origines du formalisme »  : […] D'un point de vue historique, le formalisme, tel qu'il s'est constitué en Allemagne dans le sillage de l'esthétique kantienne, ou suivant celle d'un de ses interprètes, Johann Friedrich Herbart (1776-1841), implique une réflexion aiguë, voire critique, sur la représentation du réel. De ce fait, le formalisme accompagne l'insurrection des avant-gardes contre les conventions « réalistes » ou « class […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme-arts/#i_11690

FRESQUE

  • Écrit par 
  • Ève BORSOOK
  •  • 6 752 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Thèmes et rôles des fresques »  : […] Sous leur forme purement ornementale, les peintures murales ont servi à imiter des revêtements de marbre (comme dans le premier et le second style pompéien) aussi bien que des étoffes et des mosaïques. Dans l'Antiquité, les ornements qu'on peignait sur les murs alternaient souvent avec des scènes à personnages , des vues d'architecture ou des paysages en trompe l'œil dont le but avoué était d'éla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fresque/#i_11690

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Tène »  : […] Le style flamboyant « classique » de la Tène I a . – On n'a pas encore découvert de sculpture gauloise en pierre du v e  siècle. C'est à cette époque qu'apparaît le grand art gaulois de La Tène représenté avant tout par des pièces d'orfèvrerie. D'ailleurs, les premières statues de culte des Gaulois du second âge du fer semblent bien avoir été en feuilles de métal repoussé posées sur une armature […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaule/#i_11690

GOFF BRUCE (1904-1982)

  • Écrit par 
  • Bernard HAMBURGER
  •  • 591 mots

Il semble que l'on puisse considérer l'œuvre de l'Américain Bruce Goff (né à Alton dans le Kansas) comme la continuation d'une tendance de l'art moderne qui, issue de Sullivan, de Behrens et de Mackintosh, s'est développée parallèlement au constructivisme et au cubisme, mais qui a été écrasée par ces tendances et par l'avènement de l'architecture dite de « style international ». Une autre source d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bruce-goff/#i_11690

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fonction sociale de la gravure »  : […] Les procédés mécaniques qui entrent dans sa production n'ont jamais altéré le caractère magique de l' image. Son succès vient de ce qu'elle pouvait satisfaire, à l'échelle sociale, les différents besoins de représentation de la vie mythique. Cette fonction apparaît dès les premières xylographies, essentiellement des crucifix et des images pieuses, qui protégeaient leurs possesseurs. On garnissait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravure/#i_11690

GRÈNETIS

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 187 mots

Ornement constitué d'un rang ou d'un semis de petits grains en relief sur un fond. Dans l'art des médailles, le grènetis désigne plus particulièrement le rang de petits grains en relief situé au bord des monnaies, des médailles et des jetons ; le grènetis limite ainsi l'usure du métal sur les bords. Le grènetis (ou greneté), composé de grains hémisphériques en demi-relief ou en haut relief (à peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grenetis/#i_11690

GROTESQUES, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 556 mots

Le mot grotesque est apparu vers la fin du xv e  siècle, lors de la découverte de décors peints sur les murs de maisons romaines enterrées (et donc semblables à des grottes), à Rome et dans la campagne romaine. La Domus Aurea ou Maison dorée — la maison de Néron — est la plus connue de ces demeures. Les grotesques sont les décorations qui couvraient entièrement les murs des appartements de la Rome […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grotesques-histoire-de-l-art/#i_11690

GUILLOCHIS

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 259 mots

Ornement constitué de traits parallèles, rectilignes ou courbes, entrecroisés ou non, et placés régulièrement et symétriquement. Le mot « guillochis » désigne chacun des traits aussi bien que l'ensemble qu'ils forment. Les guillochis peuvent relever de toutes sortes de techniques ; ils sont peints, dessinés, gravés, à plat, en creux ou en relief ; suivant les motifs qu'ils dessinent, les guillochi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillochis/#i_11690

HERRERA JUAN DE (1530-1597)

  • Écrit par 
  • Catherine WILKINSON-ZERNER
  •  • 4 877 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un style nouveau »  : […] Il est difficile de se faire une idée précise du style de Juan Bautista de Toledo, car peu d'œuvres de lui ont subsisté. Assistant de Michel-Ange à Saint-Pierre, il s'inspirait du classicisme d'Antonio da Sangallo le Jeune, qui régnait alors à Rome ; ce style, il le simplifia, en accord avec le goût du roi pour la sobriété et la modération, tout en conservant les valeurs plastiques du décor classi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-de-herrera/#i_11690

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « L'implantation de l'art islamique en Inde »  : […] L'écrasement des princes hindous à Tarāin et la prise de Delhi par les troupes de Mohammed de Ghor (1192) marquèrent le début de la domination islamique sur l'Inde et ouvrirent un nouveau chapitre dans l'histoire des arts de la péninsule. À l'égard de l'architecture religieuse et de l'expression plastique, l' Islam adopte une attitude radicalement différente de celle de l'hindouisme. La mosquée ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_11690

INDONÉSIE - Les arts

  • Écrit par 
  • Albert LE BONHEUR
  •  • 8 140 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La période proto-historique »  : […] Dans la période proto-historique, appelée « âge du bronze et du fer » par H.-R. Van Heekeren, deux grandes cultures, celle des Mégalithes et celle de «  Dông Sön », sont attestées. On a retrouvé des sarcophages de pierre et des dolmens en un grand nombre de sites. Généralement bâtis sur les hauteurs, les sanctuaires, faits d'un étagement de terrasses qui soutiennent de petites pyramides, des stat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indonesie-les-arts/#i_11690

IONIQUE ORDRE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 015 mots
  •  • 3 médias

Plutôt qu'un ordre, l'ionique est un style : on n'y retrouve guère la rigueur normative de l'ordre dorique, la codification des formes y est beaucoup moins marquée et les variantes géographiques sont considérables. Entre l'ionique des Cyclades, qui se plaît aux petits bâtiments parés de moulures ciselées, et celui de la côte d'Asie Mineure, où l'influence de l'Orient se manifeste par des temples c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-ionique/#i_11690

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'art des Il-Khanides et des Timourides (1258-fin du XVe s.) »  : […] L'invasion mongole (chute de Bagdad en 1258) signifia d'abord un arrêt de l'activité artistique, ou tout du moins leur ralentissement brutal, et la célèbre « pax mongolica » vantée par les admirateurs du régime a été comparée par d'autres chercheurs à la paix des cimetières. Cependant, dès avant la fin du xiii e  siècle, des chantiers de construction, des ateliers de potiers et de dinandiers et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-l-art-et-l-architecture/#i_11690

KLIMT GUSTAV (1862-1918)

  • Écrit par 
  • Yves KOBRY
  •  • 2 681 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or »  : […] Le tableau Les Poissons rouges (1902, Musée de Soleure, Suisse), intitulé tout d'abord À mes détracteurs , où une femme exhibe un postérieur rebondi en lançant au spectateur un regard narquois, marque le passage de l'inspiration symboliste aux tableaux sur fond d'or, période au cours de laquelle Klimt peignit ses œuvres les plus célèbres, portraits ou allégories. L'artiste renonce alors à la prov […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustav-klimt/#i_11690

LAMOUR JEAN (1698-1771)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 179 mots
  •  • 1 média

Ferronnier lorrain, Jean Lamour travailla à Nancy sous la direction de l'architecte Héré à la chapelle du Bon-Secours (grilles), à la maison des Missions royales (rampe d'escalier et balcons) et surtout à la place Stanislas . Les deux grilles monumentales (1751-1755) qui ferment cette place sont le triomphe de la ferronnerie. Fortement rythmées par des pilastres, elles ont un caractère architectur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-lamour/#i_11690

L'ART DE LA PLUME EN AMAZONIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Stéphen ROSTAIN
  •  • 872 mots

Malgré leur rareté en Europe, les expositions sur l'art amazonien séduisent toujours un large public. L'Art de la plume en Amazonie , présenté du 23 janvier au 30 mars 2002 à la Fondation Mona Bismarck de Paris, a offert aux visiteurs une plongée dans une mosaïque de couleurs vives. Les parures de plumes ont toujours fasciné. Si elles ont peu à peu disparu du vêtement féminin au cours du xx e  siè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-art-de-la-plume-en-amazonie-exposition/#i_11690

LEPAUTRE LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 728 mots

Famille d'artistes français. Formé dans l'atelier d'Adam Philippon, « menuisier et ingénieur du roi », qui avait été envoyé à Rome pour étudier sur place les monuments antiques, Jean Lepautre (1618-1682) suivit sans doute son maître en Italie ; il fut le principal graveur du recueil que Philippon publia en 1645 Curieuses Recherches de plusieurs beaux morceaux d'ornements antiques et modernes tant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-lepautre/#i_11690

LES ROYAUMES ANGLO-SAXONS (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 116 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une esthétique de l’ornement »  : […] Dans la création artistique, la peinture des livres est d’abord nourrie par l’imaginaire, en partie commun, des mondes celtes (pour l’Irlande) et anglo-saxons. On assiste au développement massif d’ornements et de symboles abstraits, les figures humaines et animales, rares, étant soumises à la loi des effets décoratifs. C’est le règne des entrelacs, le plus souvent purement géométriques, issus par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-royaumes-anglo-saxons-exposition/#i_11690

L'HISTOIRE VÉGÉTALISÉE. ORNEMENT ET POLITIQUE À ROME (G. Sauron) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre GROS
  •  • 999 mots

Dans le monde submergé d'images vulgairement utilitaires où nous évoluons, nous éprouvons quelque difficulté à admettre que, en d'autres temps, l'œuvre ornementale a assumé une fonction essentielle dans la transmission des messages politiques et religieux. Quand il s'agit de décor architectural, à caractère rythmique ou répétitif, cette difficulté structurelle se double d'une réticence esthétique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-histoire-vegetalisee-ornement-et-politique-a-rome/#i_11690

LUSTRE MÉTALLIQUE, céramique

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET
  •  • 760 mots

Invention spécifiquement islamique qui consiste à poser sur une céramique, émaillée ou glacée, un décor à base d'oxydes métalliques qui s'incorpore à la matière vitreuse et qui donne, après une cuisson en réduction, un reflet métallique. Sur une pièce émaillée ou glacée on trace le décor, composé d'une pâte fluide, à l'aide d'une pointe de roseau ou d'un pinceau. Cette pâte est constituée par un m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lustre-metallique-ceramique/#i_11690

MANUSCRITS - Histoire

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Geneviève HASENOHR, 
  • Jean VEZIN
  •  • 7 355 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Formes de l'illustration »  : […] Cette illustration présente trois formes essentielles. La plus ancienne, attestée dès la fin du vi e  siècle, consiste à souligner le début du texte et ses principales articulations par des lettres ornées , agrandies et décorées de motifs abstraits, géométriques, d'entrelacs ou de motifs végétaux, floraux, zoomorphes, etc. Vers le milieu du viii e  siècle apparaissent des lettres historiées qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuscrits-histoire/#i_11690

MÉROVINGIENS

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG, 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 15 048 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les techniques »  : […] Les techniques mérovingiennes du métal sont à la fois marquées par l'héritage antique et par des innovations. La fonte des métaux ( bronze, argent, plus rarement or), si largement pratiquée durant l'Antiquité romaine pour la fabrication d'objets moulés, fut tout aussi courante en Gaule mérovingienne et à sa périphérie, certains ateliers ayant à coup sûr maintenu les traditions technologiques. À la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merovingiens/#i_11690

MÉTAL ARTS DU

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 11 119 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cuivre, le bronze, le laiton »  : […] Le cuivre pur est à l'origine des alliages que sont le bronze et le laiton. Il a été mis en forme au repoussé à toutes les époques, mais il a souvent été doré, émaillé, recouvert ou incrusté d'autres matières. Il a beaucoup servi à la fabrication d'objets de la vie quotidienne. La chaudronnerie regroupe ce type de production et certains pays, comme ceux de l'Orient musulman, ont préféré ce trait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-du-metal/#i_11690

MODÉNATURE

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 446 mots

On appelle modénature l'ensemble des moulures qui ornent une partie d'un monument ou l'ordre qui le caractérise. Les principaux éléments qui, dans un édifice grec, portent ces moulures sont, de haut en bas : le couronnement, la frise, le chapiteau, la base (ionique ou corinthienne) pour l'ordre extérieur ; les assises inférieure et supérieure des murs qui déterminent le pronaos, la cella et l'opis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modenature/#i_11690

MONUMENTS À DÉCORS DE MOSAÏQUES, Ravenne (Italie) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 588 mots

425-450 Construction du « mausolée de Galla Placidia », impératrice d'Occident, sur le côté sud du narthex de l'église de la Sainte-Croix à Ravenne. L'édifice est décoré de mosaïques à dominante bleue dont la symbolique funéraire est axée sur le thème de la Résurrection. 432-440 Mosaïques de Sainte-Marie-Majeure à Rome. 458 Décoration du baptistère des Orthodoxes, accolé à la cathédrale de Rave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monuments-a-decors-de-mosaiques-reperes-chronologiques/#i_11690

MOSAÏQUE, art

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DARMON, 
  • Henri STERN
  •  • 4 216 mots
  •  • 13 médias

À l'encontre de la peinture et de la sculpture, la mosaïque est une technique d'art limitée à la civilisation gréco-romaine et au monde paléochrétien et byzantin. Ses « renaissances » au Moyen Âge et à l'époque moderne, en Occident, furent éphémères et sporadiques. Le terme « mosaïque », utilisé dans toutes les langues européennes, vient du latin musiuum opus . Né à Rome au i er  siècle avant J.-C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mosaique-art/#i_11690

MOSAÏQUES DE SAINT-APOLLINAIRE-LE-NEUF, Ravenne (Italie)

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 285 mots
  •  • 1 média

À la charnière des v e et vi e  siècles, le roi ostrogoth Théodoric le Grand fait construire et décorer de mosaïques la basilique de Ravenne qui reçut le nom, au milieu du ix e  siècle, de Saint-Apollinaire-le-Neuf. Le bâtiment, voué à la célébration du culte arien, était alors dédié au Christ et l'ensemble de la décoration fut axé sur la figure du Sauveur. La basilique a un plan simple, rectang […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mosaiques-de-saint-apollinaire-le-neuf/#i_11690

MUCHA ALFONS (1860-1939)

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 1 633 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un créateur pluridisciplinaire »  : […] À l'instar des autres grands créateurs de l'Art nouveau, Mucha entend intervenir dans tous les champs des arts décoratifs. Une première opportunité lui est offerte par le joaillier Georges Fouquet, qui lui commande un ensemble de créations originales pour l'exposition universelle de 1900, puis lui confie la conception de son nouveau magasin rue Royale. Il obtient par ailleurs une médaille d'argen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfons-mucha/#i_11690

NANCY ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Hervé DOUCET
  •  • 1 951 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « « Ma racine est au fond des bois » (Émile Gallé) »  : […] Caractéristique majeure de l'Art nouveau lorrain, l'inspiration que les artistes tirèrent de la nature fut vivement encouragée par Émile Gallé, dont les connaissances botaniques lui avaient valu d'être nommé secrétaire de la Société centrale d'horticulture de Nancy dès 1877. Pour lui, l'étude des plantes devait permettre le renouvellement de la production artistique. « Le conseil le plus pratiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-nancy/#i_11690

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 099 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le style Empire »  : […] La partie théorique du néo-classicisme se complète au cours du xviii e  siècle, qui voit aussi la naissance d'œuvres originales (les tableaux de David : Hector et Andromaque , Le Serment des Horaces , Brutus , Marat , Les Sabines  ; les sculptures de Canova : tombeau de Clément XIV, Hercule et Lycas , Amour et Psyché  ; la Sapho de Johann Heinrich Dannecker ; la barrière de la Villette de Ledou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-arts/#i_11690

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 398 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le langage des ordres : rhétorique et symbolique »  : […] Outil plastique, à la fois structural et ornemental, l'ordre est redevenu l'un des fondements du langage architectural. Certaines ordonnances dérivent directement des ordonnances antiques : portiques à la manière des frontispices de temples comme le Panthéon (chapelle de la villa Maser, villas Rotonda et Malcontenta, façade sur cour de la chapelle de la Sorbonne), ou ordres adossés à des arcades […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-architecture/#i_11690

ORFÈVRERIE

  • Écrit par 
  • Gérard MABILLE
  •  • 5 567 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De la Renaissance au maniérisme »  : […] Les formes du gothique s'étaient si durablement imposées dans l'art des orfèvres entre le xii e et le xv e  siècle qu'elles restèrent longtemps perceptibles au xvi e  ; face aux progrès de la Renaissance, elles opposèrent même une résistance d'autant plus nette que l'organisation des corporations était propre à encourager un certain traditionalisme. Ainsi, la nef de sainte Ursule (trésor de Reims […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orfevrerie/#i_11690

ORNEMANISTES

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 2 572 mots

Si le terme d' ornement est constamment employé, à partir du xvi e  siècle sous diverses acceptions ou nuances, celui d'ornemaniste, d'apparition tardive, est mal défini. Et lorsque Pierre-Edme Babel est reçu à l'Académie de Saint-Luc comme «  sculpteur-ornemaniste », il ne s'agit que d'une qualification appliquée à son métier de sculpteur. À la fin du xvii e  siècle, la correspondance de Cronströ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ornemanistes/#i_11690

PÄCHT OTTO (1902-1988)

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 2 814 mots

Dans le chapitre « Le style comme vision du monde »  : […] À l'inverse, par une approche conceptuelle des faits artistiques mais qui reste fondée sur l'observation directe des œuvres, Otto Pächt parvient à définir les critères de validité pour une enquête objective en histoire de l'art. Il est très éloigné de la synthèse brillante, à la Erwin Panofsky ( Idea , par exemple, publié la première fois à Berlin, en 1924) ou à la Meyer Schapiro ( Style , paru d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-pacht/#i_11690

PALISSY BERNARD (1510 env.-1590)

  • Écrit par 
  • Dominique POULAIN
  •  • 1 268 mots

Céramiste et « philosophe naturel » français. Le caractère romanesque de Bernard Palissy, suscité en partie par sa vie aventureuse et par ses écrits, fut amplifié par le mouvement romantique et laïc du xix e siècle qui en fit une figure quasi mythique. Textes et documents permettent pourtant de retracer sommairement sa vie et sa carrière dans ses étapes essentielles : Saintes, Paris, Sedan. Né sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-palissy/#i_11690

PALLADIO ANDREA (1508-1580)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 4 310 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'art de la variation »  : […] Tout un vocabulaire spécifique est attaché à l'architecture de Palladio et à ses applications ultérieures que les historiens de l'art ont consacré par un terme, devenu international, le palladianisme. Ce vocabulaire comporte des motifs et des membres architectoniques empruntés par Palladio et par ses émules à la double tradition antique et vénitienne de la Renaissance. Mais la manière très person […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-palladio/#i_11690

PEINTURE À FRESQUE SUR ENDUIT LISSE (Rome)

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 235 mots
  •  • 1 média

Jusqu'à la fin du ii e  siècle avant notre ère, les Romains décoraient les murs de leurs habitations selon un procédé illusionniste utilisé dans l'ensemble de la Méditerranée hellénisée : du stuc moulé et peint imitait des murs en appareil isodome (des pierres de mêmes dimensions), associant des marbres de diverses couleurs (premier style pompéien). C'est probablement l'arrivée à Rome des peintres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-a-fresque-sur-enduit-lisse/#i_11690

PEINTURE MÉSOPOTAMIENNE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 357 mots

VII e millénaire avant J.-C. Les plus anciennes peintures murales ayant décoré l'intérieur de maisons ont été découvertes à Chatal Hüyük en Anatolie. Vers — 3000 Le côté du podium adossé au mur du temple de tell Uqair est orné de deux léopards peints. — 2000 Les peintures de la salle 132 (chapelle de la déesse Ishtar) du palais de Mari construit à l'époque des Shakkanakku témoignent de l'imp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-mesopotamienne-reperes-chronologiques/#i_11690

PERCIER CHARLES (1764-1838) & FONTAINE PIERRE FRANÇOIS (1762-1853)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 886 mots
  •  • 1 média

L'amitié des deux architectes Percier et Fontaine, favoris des Bonaparte, date de leurs années d'études passées dans les ateliers des meilleurs architectes de la fin du xviii e  siècle. Après des débuts modestes chez A. F. Peyre, Pâris et Chalgrin, Percier et Fontaine s'imposent par leur talent dans les classes de l'Académie royale (Fontaine chez Heurtier, Percier chez David Leroy) où, en 1785 et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/percier-et-fontaine/#i_11690

PORCELAINE

  • Écrit par 
  • Marcelle BRUNET, 
  • Antoinette FAŸ-HALLÉ, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Tamara PRÉAUD
  •  • 6 326 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Considérations artistiques »  : […] Les modèles des formes et des décors sont inventés par des artistes de l'extérieur ou par ceux de la Manufacture. Pièces d'ornement, de vaisselle et d'usage doivent, à l'origine, leurs formes à Jean-Claude Duplessis, orfèvre du roi, qui leur imprime un style rocaille équilibré. Étienne Falconet, Louis Simon Boizot tendent vers un néo-classicisme qui se développe pendant la période impériale, sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/porcelaine/#i_11690

PRIMATICE FRANCESCO PRIMATICCIO dit (1504-1570)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 1 045 mots

À l'époque où Primatice commence son apprentissage à Bologne, sa ville natale, il ne s'y trouve pas de grand maître : les peintres locaux travaillent dans le sillage de l'école romaine, et c'est auprès d'un élève de Raphaël, Bagnacavallo, que Primatice reçoit sa première formation. Ce que Bologne ne peut lui offrir, il va le chercher à Mantoue, près d'un plus éminent disciple de Raphaël, Jules Rom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primatice/#i_11690

QUESTIONS DE STYLE. FONDEMENTS D'UNE HISTOIRE DE L'ORNEMENTATION (A. Riegl) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 234 mots

Dans le chapitre « Ornement et style »  : […] Questions de style traite de l'évolution des motifs végétaux dans l'art ornemental de l'Antiquité. Fleurs de lotus, palmettes, rinceaux, feuilles d'acanthe : les virtualités formelles dont ces motifs sont porteurs en faisaient un objet idéal pour mettre à nu des lois autonomes de transformation des formes. C'est essentiellement contre l'« évolutionnisme matérialiste » de l'architecte et historie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/questions-de-style-fondements-d-une-histoire-de-l-ornementation/#i_11690

RELIEF, sculpture

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 606 mots
  •  • 2 médias

En sculpture, le relief se définit comme un « ouvrage relevé en bosse » (Littré) ; il comporte donc une partie qui est en saillie par rapport à une autre qui sert de fond. Cette saillie peut être faible dans le cas du bas-relief ou forte dans celui du haut-relief. Par opposition à la ronde-bosse, le relief est créé pour être vu sous un angle unique et toujours de face. Il constitue un mode d'expre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relief-sculpture/#i_11690

RELIURE

  • Écrit par 
  • Pascal FULACHER, 
  • Jacques GUIGNARD
  •  • 8 857 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les précurseurs »  : […] Ce fut Henri Marius-Michel (1846-1925), fils d'un relieur parisien de renom Jean Michel, dit Marius-Michel, qui fit entrer la modernité dans la profession. Constatant que les relieurs avaient toujours créé des compositions assujetties au cuir et non des compositions apparentées au contenu du livre, il entreprit d'élaborer un répertoire de style ornemental qui lui permit d'adapter le décor des rel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reliure/#i_11690

RENAISSANCE FRANÇAISE, arts

  • Écrit par 
  • Jean GUILLAUME
  •  • 2 899 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les expériences de la région parisienne, le premier Fontainebleau »  : […] À son retour de captivité (1526), François I er décide de résider près de Paris. L'art de la Loire reste vivant, Chambord se construit, mais les innovations désormais apparaissent dans la région parisienne. Infatigable, le roi ouvre de nouveaux chantiers : Fontainebleau , Madrid (au bois de Boulogne – détruit), l'Hôtel de ville de Paris, Saint-Germain, Villers-Cotterêts... Le connétable de Montmo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance-francaise-arts/#i_11690

RESTRUCTURATION DE ROME

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 258 mots
  •  • 1 média

Auguste nous apprend dans ses Res gestae qu'il a reconstruit quatre-vingt-deux temples de Rome au cours de son sixième consulat (— 28). Ce n'était que le début d'une entreprise édilitaire de grande envergure. L'agglomération urbaine fut partagée en quatorze régions, les services urbains furent réorganisés, les adductions d'eau multipliées. Mais c'est surtout l'aspect idéologique de cette entrepri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restructuration-de-rome/#i_11690

RIEGL ALOÏS (1858-1905)

  • Écrit par 
  • Henri ZERNER
  •  • 616 mots

Historien d'art autrichien, membre de l'école de Vienne. Son œuvre est fondée sur une discipline philologique stricte, mise au service d'un esprit spéculatif. Il s'appuie surtout sur la philosophie idéaliste de Hegel, mais fait quelques autres emprunts, en particulier à la philosophie post-kantienne de Herbart, et peut-être à Schopenhauer. Avant d'être professeur titulaire à l'université de Vienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alois-riegl/#i_11690

RINCEAUX

  • Écrit par 
  • Élisabeth ZADORA
  •  • 80 mots

Ornements sculptés ou peints, composés de motifs végétaux — essentiellement l'acanthe et la vigne — enroulés, entrelacés ou disposés en faisceaux, et qui sont parfois animés par des personnages ou par les éléments d'un bestiaire fantastique. Ce motif, qui apparaît dans l'art grec, que l'art romain exploite avec brio, deviendra, à travers maintes variations stylistiques, un élément constant du voca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rinceaux/#i_11690

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 053 mots
  •  • 14 médias

Les termes qui désignent les styles sont très souvent, dans leur acception primitive, des mots péjoratifs : gothique, maniérisme, baroque, pompier ont été ou sont encore employés avec une valeur polémique. Ils permettent de qualifier, ou plutôt de disqualifier, le goût réputé mauvais d'une époque révolue. L'historien se trouve ainsi hériter de notions vagues et d'un usage malaisé ; la polémique ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_11690

SARCOPHAGE

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 801 mots
  •  • 3 médias

L'épithète sarkophagos , qui signifie « mange-chair », était attribuée aux animaux carnivores et à certaines divinités, telle Hécate. Par une dérivation curieuse, elle semble s'attacher un jour à la pierre d'Assos en Troade, dont la particularité est de consumer rapidement les corps. En fait, le nom de sarcophage paraît désigner dans l'Antiquité tous les réceptacles funéraires, indépendamment de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarcophage/#i_11690

SARCOPHAGES À SCÈNES DIONYSIAQUES OU MILITAIRES (Rome)

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 262 mots

La tradition romaine de l'incinération, qui s'est maintenue, sauf dans certaines grandes familles (celle des Scipions, par exemple), durant la République et le premier siècle de l'Empire, a laissé progressivement la place à l'inhumation à partir du règne de Trajan (98-117). Trois centres de production de sarcophages s'affirment rapidement : Rome, où sont fabriqués des cuves et des couvercles sculp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarcophages-a-scenes-dionysiaques-ou-militaires/#i_11690

SÉCESSION, mouvement artistique

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 1 226 mots
  •  • 4 médias

Né tardivement par rapport à ses homologues européens, le style sécession, version autrichienne de l'Art nouveau, se cristallise autour d'une vingtaine d'artistes (J. Engelhart, J. Hoffmann, G. Klimt, M. Kurzweil, C. Moll, K. Moser, F. von Myrbach, J. Olbrich et A. Roller entre autres), qui unissent leurs forces contre le Künstlerhaus — vaste association d'artistes à caractère officiel, fief de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/secession-mouvement-artistique/#i_11690

SIGNORELLI LUCA (1450 env.-1523)

  • Écrit par 
  • Pasquale ROTONDI
  •  • 2 187 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vers la grandeur  »  : […] Après ses travaux à la chapelle Sixtine, Signorelli donne libre cours à ses riches capacités créatrices, dans une succession nourrie de chefs-d'œuvre. Rappelons ici les principaux : le Retable de Saint-Onofrio , au Musée de la cathédrale de Pérouse (1484) ; la Circoncision de la National Gallery de Londres ; le Triomphe de Pan , peint pour Laurent de Médicis (malheureusement détruit à Berlin en 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luca-signorelli/#i_11690

SPHINX, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Monique HALM-TISSERANT
  •  • 970 mots
  •  • 2 médias

Hybride léonin à tête humaine, le sphinx apparut en Égypte sous la IV e  dynastie, avant de se répandre dans l'iconographie orientale, au III e  millénaire avant J.-C. Couché ou passant, il appartient à la grande statuaire (sphinx de Gizeh ), mais sa présence dans les tombes et sur les amulettes indique d'emblée sa double nature, funéraire et prophylactique. Piétinant ses ennemis, il symbolise Pha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sphinx-histoire-de-l-art/#i_11690

STRIGILE

  • Écrit par 
  • Alain MAHUZIER
  •  • 167 mots

Caractéristique de la production romaine, le strigile désigne, en archéologie, une cannelure à tracé sinueux. Sa forme en S évoque celle de l'instrument (racloir ou étrille de métal), composé d'une poignée et d'une lame creuse recourbée, qui servait aux athlètes pour se nettoyer le corps après les exercices sportifs de la palestre. L'utilisation du strigile avait inspiré à Lysippe sa statue de L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/strigile/#i_11690

STUC

  • Écrit par 
  • Nicole BLANC
  •  • 3 865 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Composition, technique et ateliers »  : […] Le stuc n'obéit pas à une règle de composition unique, et sans analyse de laboratoire il est difficile d'en déterminer avec précision les constituants. Selon Vitruve ( De Architectura VII 3), un bon enduit opus tectorium – de tegere , recouvrir – est composé de chaux (carbonate de calcium) et de poudre de marbre, dans des proportions qu'il ne définit pas ; mais il insiste sur la qualité de la cha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stuc/#i_11690

THURINGIENS, ALAMANS ET BAVAROIS

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 4 350 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les arts du métal »  : […] Dans la mesure où les textiles, les cuirs et les bois ne se conservent habituellement pas dans les tombes, ce sont les objets métalliques, précieux ou non, qui sont parvenus jusqu'à nous en plus grand nombre et qui illustrent le mieux l'art alémanique. Autant qu'on en puisse juger par l'archéologie, les objets mobiliers servant de support à l'art décoratif alaman (poignées et fourreaux d'épées ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thuringiens-alamans-et-bavarois/#i_11690

TISSUS D'ART

  • Écrit par 
  • Anne KRAATZ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Marie RISSELIN-STEENEBRUGEN
  •  • 22 657 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le xviie siècle »  : […] Issue de la mode, la dentelle en reste l'alliée intelligente et se conforme à ses exigences. À l'époque Louis XIII, la silhouette se transforme ; on rejette la fraise trop encombrante et on lui préfère les grands cols plats largement étalés, parfois superposés. Dans les toilettes féminines, ils se portent légèrement dressés en éventail, puis en forme de fichu. Trop graciles, les passements tressé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tissus-d-art/#i_11690

TUDOR STYLE

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 304 mots

Style qui correspond à peu près aux règnes de cinq souverains Tudor (1485-1603) bien que des changements notables apparaissent surtout après 1500. Jusqu'à la fin du xv e  siècle, le mobilier gothique utilise les mêmes éléments décoratifs que l'architecture : en tiers point, fleurons, quadrilobes, etc. On assiste ensuite à l'emploi, sur des structures qui restent gothiques, d'une ornementation nouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-tudor/#i_11690

UN TEMPS D'EXUBÉRANCE, LES ARTS DÉCORATIFS SOUS LOUIS XIII ET ANNE D'AUTRICHE (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert DUPIN
  •  • 1 138 mots

Présentée au Grand Palais du 11 avril au 8 juillet 2002, cette exposition inédite avait pour but d'offrir une vue d'ensemble des arts décoratifs en France au milieu du xvii e  siècle. C'était le deuxième grand rassemblement de ce type organisé par le musée du Louvre après l'exposition Un âge d'or des arts décoratifs   1814-1848 , présentée en 1991 dans les mêmes espaces. La sélection, quelque 330  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/un-temps-d-exuberance-les-arts-decoratifs-sous-louis-xiii-et-anne-d-autriche-exposition/#i_11690

Voir aussi

Pour citer l’article

Peter FUHRING, « ORNEMENT, histoire de l'art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ornement-histoire-de-l-art/