ORNEMANISTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ornemaniste comme inventeur

Selon Perrault, Watelet ou Quatremère de Quincy, c'est d'abord en architecture qu'on se sert d'ornements, parties essentielles de la décoration, éléments distinctifs des ordres. L'ornemaniste aura donc des prétentions architecturales, même s'il n'est pas architecte lui-même. Les critiques adressées aux projets architecturaux de Gilles Marie Oppenord et de Juste Aurèle Meissonnier – deux ornemanistes qui ont assurément plus dessiné qu'exécuté – font clairement apparaître la distorsion entre l'invention et l'exécution : « La touche hardie et séduisante [des dessins d'Oppenord] empêchait qu'on ne s'aperçût qu'ils ne faisaient plus le même effet dans l'exécution » ; le « dessein [de Meissonnier] dans la vérité faisoit beaucoup d'effet sur le papier. C'étoit même cela qui le trompoit. Il prétendoit que dans l'exécution les mêmes effets de clair-obscur se feroient sentir ». La plupart des dessins d'Oppenord ne seront gravés qu'après sa mort en 1742, notamment les Différents Fragments d'architecture & d'ornemens (ou Grand Oppenord), comprenant des décorations d'appartements, des fontaines, des trophées, des autels, des tombeaux, mais aussi des cheminées et lambris de menuiserie et de sculpture, des chandeliers, des lutrins, des girandoles, des consoles, des agrafes et des cartels. Cette énumération illustre la diversité du répertoire ornemental comme le genre d'inventions relevant de l'architecture. Quant à Meissonnier, qui exerce – peu – l'architecture et revendique les qualités de dessinateur et de peintre, d'orfèvre et de sculpteur, il donne à graver des modèles de chandeliers et de tabatières, de légumes et de bordures, de ciseaux, de traîneaux, de tables ou de gardes d'épées et de boîtes de montre. Ce sont encore des objets liturgiques, des trumeaux, des portes, des meubles, voire un salon entier, et puis, comme Oppenord, des autels et des tombeaux. L'ornement s'étend à toutes les catégories d'objets, parfois avec redondance. Et si vers 1750-1760 l'Encyclopédie constate la dépravation [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ORNEMANISTES  » est également traité dans :

ANDROUET DU CERCEAU JACQUES (1520-1586)

  • Écrit par 
  • Jean GUILLAUME
  •  • 968 mots

Jacques Androuet du Cerceau (appelé le plus souvent « Du Cerceau », dû au motif de l'enseigne de la boutique de son père qui était marchand de vin) fut à la fois un graveur, un dessinateur, un créateur d'ornements, un inventeur d'architectures réelles ou imaginaires et l'auteur du premier ouvrage consacré aux « plus excellents bâtiments » de la France. Son œuvre immense (1 700 gravures, 1 200 des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/androuet-du-cerceau-jacques-1520-1586/#i_94184

AUDRAN LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 561 mots

Famille de graveurs, d'ornemanistes et de peintres français du xvii e  siècle et du début du xviii e  siècle. Les personnages les plus célèbres de cette dynastie sont le graveur Gérard et le peintre ornemaniste Claude III. Gérard Audran (1640-1703) commença par étudier la gravure avec son père Cla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-audran/#i_94184

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Fonctions de l'image »  : […] « La page de titre illustrée, remplie d'allusions iconologiques, pompeux portail conduisant au royaume du livre, est une véritable création du baroque » (O. Benesch). L'idée que le livre est un espace fermé, à la fois demeure et monument dont le seuil doit être magnifié par des formes figurées, est déjà présente dans le livre manuscrit. Les encadrements gravés sur bois que l'on trouve sur les pag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_94184

ORNEMENT, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 4 468 mots

Dans le chapitre « Les créateurs de l'ornement »  : […] Dans chaque domaine de l'art et des arts décoratifs, il y a eu des artistes qui créaient des ornements, architectes, peintres, sculpteurs, graveurs ou orfèvres, mais il n'existait pas dans ce domaine de véritable spécialisation professionnelle sous l'Ancien Régime. L'emploi généralisé du terme ornemaniste , dès le quatrième quart du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ornement-histoire-de-l-art/#i_94184

PINEAU NICOLAS (1684-1754)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 446 mots

Sculpteur et décorateur issu d'une famille d'artistes français des xvii e et xviii e  siècles. Nicolas Pineau n'avait pas dix ans à la mort de son père Jean (1652-1694), sculpteur du roi, qui travailla à Versailles et dans les différents châteaux de la Couronne, mais il n'en reçut pas moins une f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-pineau/#i_94184

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 053 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les ornemanistes »  : […] La liaison entre rococo et rocaille apparaît si étroite que l'on est presque contraint de commencer par s'interroger sur la façon dont est apparu, s'est développé et a été utilisé ce type d'ornements. Depuis les études de Fiske Kimball, le lieu de naissance et de la rocaille est reconnu : ce serait tout simplement l'agence de Jules Hardouin-Mansart. À côté de l'architecte de Versailles, auprès duq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_94184

Voir aussi

Pour citer l’article

Marianne ROLAND MICHEL, « ORNEMANISTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ornemanistes/