ORIGÈNE (185-253/54) & ORIGÉNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'origénisme

L'origénisme en Orient aux IIIe et IVe siècles

Au iiie siècle, beaucoup de penseurs chrétiens, à Alexandrie et à Césarée, se situent dans la tradition d'Origène (Denys d'Alexandrie, Théognoste, Grégoire le Thaumaturge, Pamphile), tandis qu'en revanche une forte réaction, notamment contre la théorie origénienne de la préexistence des âmes, commence à se dessiner, surtout à Antioche.

Au ive siècle, la théologie trinitaire origéniste, soutenue en particulier par Eusèbe de Césarée, sera suspectée d'arianisme par les partisans de la consubstantialité entre le Père et le Fils proclamée au concile de Nicée. Sur ce point, l'enseignement d'Origène sera rapidement dépassé par l'évolution du dogme, et les plus fervents origénistes l'abandonneront. Mais l'œuvre exégétique du maître resta extraordinairement vivante ; elle fut abondamment utilisée par Eusèbe de Césarée, Didyme d'Alexandrie et les Cappadociens : Grégoire de Nazianze, Basile de Césarée et Grégoire de Nysse.

Surtout la cosmologie du traité Sur les principes est loin d'avoir été oubliée. Dans certains milieux monastiques égyptiens, à Nitrie et aux Cellules entre autres, elle est encore en honneur aux environs de 374. À Jérusalem, au monastère du mont des Oliviers, fondé par Mélanie l'Ancienne et Rufin, on ne cache pas l'enthousiasme qu'on éprouve pour l'ensemble de cette œuvre. C'est en contact avec ces milieux favorables à Origène que va se développer la pensée d'Évagre le Pontique (346-399), qui représente indiscutablement une véritable renaissance de l'origénisme. Contre ces tendances se manifestera d'ailleurs une réaction violente de la part d'Épiphane [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ORIGÈNE (185-253/54) & ORIGÉNISME  » est également traité dans :

ALEXANDRIE ÉCOLE PHILOSOPHIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 2 184 mots

Dans le chapitre « Le didaskaleion chrétien d'Alexandrie »  : […] L'influence de Philon se fit puissamment sentir dans l'école théologique que les évêques d'Alexandrie instituèrent en leur cité à la fin du ii e  siècle. Le premier maître en fut Pantène, vers 180 ; ses deux successeurs surtout sont illustres : Clément d'Alexandrie et Origène. L'un et l'autre sont, avant tout, des théologiens et des spirituels ; mais leur théologie est tout imprégnée de culture p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-philosophique-d-alexandrie/#i_8510

ALLÉGORISTES CHRÉTIENS

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 668 mots

À la suite des philosophes païens qui interprétaient les mythes traditionnels de l'hellénisme en dévoilant la signification philosophique cachée (morale ou physique) qu'ils contenaient, les Juifs (Aristobule et Philon d'Alexandrie) puis les chrétiens ont dégagé des saintes Écritures des sens cachés voulus par Dieu, véritable auteur de la Bible, et distincts du sens immédiatement apparent. Cette pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegoristes-chretiens/#i_8510

ANTIOCHE

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 2 585 mots

Dans le chapitre « Exégèse »  : […] L'école d'Antioche est d'abord une école d' exégèse. Diodore, qui devait être évêque de Tarse († av. 394), commente l'Ancien Testament, les Évangiles, les Actes des Apôtres, l'Épître aux Romains et la I re  Épître de saint Jean. Jean Chrysostome, diacre puis prêtre d'Antioche avant d'être évêque de Constantinople en 397 († 407), n'est pas un spécialiste de l'exégèse savante, mais sa prédication, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antioche/#i_8510

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Pères de l'Église : artisans et témoins de la doctrine chrétienne de l'inspiration »  : […] À la fin du i er siècle de l'ère chrétienne, donc, dans la fameuse épître aux Corinthiens, que la tradition la plus ancienne lui attribue, Clément de Rome écrit : « Vous vous êtes plongés dans les saintes Écritures, ces vraies Écritures données par l'Esprit-Saint. » Il désigne les prophètes bibliques comme les « ministres de la grâce de Dieu, mus par l'Esprit-Saint ». À sa suite, Justin, Irénée, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-inspiration-biblique/#i_8510

CELSE (IIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 593 mots

Auteur d'un grand ouvrage contre le christianisme, le Discours véritable ( Alêthês Logos ), composé vers 178, Celse est pratiquement inconnu. Son livre est perdu, mais on peut le reconstituer presque intégralement grâce à la réfutation qu'en fit Origène vers 248, qui le suit pas à pas et le cite largement. Il révèle un esprit cultivé, très au courant de la littérature et de la philosophie grecques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celse/#i_8510

CHÊNE CONCILE DU (403)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 367 mots

Petit concile organisé par Théophile d'Alexandrie dans la riche villa du préfet Rufin ( Ad Quercum ), dans la banlieue de Chalcédoine. Des moines origénistes du désert de Nitrie (Égypte), pourchassés par Théophile, avaient, au nombre d'une cinquantaine, été accueillis, en 401, par l'évêque de Constantinople, Jean Chrysostome. Théophile, sommé de venir s'expliquer dans la capitale, arriva avec un g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concile-du-chene/#i_8510

CONSTANTINOPLE IIe CONCILE DE (553)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 1 326 mots

L'histoire compliquée du II e concile de Constantinople est à situer dans la suite des querelles, théologiques et politiques, qui s'élevèrent en Orient après le concile de Chalcédoine (451). Celui-ci avait défini l'existence dans le Christ de deux natures, humaine et divine. Des partisans attardés de saint Cyrille d'Alexandrie, attachés à sa formule de l'« unique nature », refusent obstinément la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iie-concile-de-constantinople/#i_8510

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 597 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une voix, un corps »  : […] Apparaissant à l'écart et dans l'ombre de la figure divine que la peinture et la tragédie mettent au premier plan, la Pythie ne nous est pas révélée dans le détail de son service divinatoire. Hérodote, qui fait intervenir les oracles pythiques à chaque tournant de ses histoires, n'a qu'un mot sur leur énonciation. Quand il évoque la population guerrière des Satres, les seuls Thraces à n'avoir jama […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delphes/#i_8510

DIDASKALEION D'ALEXANDRIE

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 467 mots

Quand on parle d'école d'Alexandrie (en grec, didaskaleion ), il faut distinguer entre deux réalités : les tendances générales communes à l'ensemble des théologiens alexandrins de Philon à Cyrille d'Alexandrie et l'institution scolaire concrète du iii e siècle évoquée par Eusèbe de Césarée dans son Histoire ecclésiastique . L'existence de cette institution, ou du moins son importance, est aujourd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/didaskaleion-d-alexandrie/#i_8510

DIDYME L'AVEUGLE (313 env.-env. 398)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 197 mots

Moine et théologien chrétien. Devenu aveugle dans son enfance, Didyme n'en acquit pas moins une culture exceptionnelle, tant religieuse que profane. Il enseigna pendant de longues années à Alexandrie et compta parmi ses élèves Jérôme et Rufin. De son œuvre exégétique et théologique, qui fut considérable, il ne restait que peu de choses ( De Trinitate , De Spiritu Sancto , Contra manichaeos ) jusqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/didyme-l-aveugle/#i_8510

ENFERS ET PARADIS

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Mircea ELIADE
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Orient et Occident »  : […] En Orient, Origène a fait de l'«  apocatastase » la certitude du salut universel : tous, même les démons, seront restaurés dans leur plénitude originelle après s'être purifiés dans les « éons » infernaux et avoir compris que seul Dieu, et non le mal, peut rassasier leur soif d'infini. Condamné comme doctrine par le concile de Constantinople en 543, surtout parce qu'il ouvre la porte à une concep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfers-et-paradis/#i_8510

ÉVAGRE LE PONTIQUE (346-399)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 744 mots

Originaire du Pont, ordonné lecteur par saint Basile de Césarée, diacre par saint Grégoire de Nazianze, qu'il suivit à Constantinople, où sa prédication connut un grand succès, Évagre, « pour le salut de son âme », quitta cette capitale (382) et se retira d'abord à Jérusalem, puis en Égypte, où il se fit le disciple de Macaire d'Alexandrie et mena jusqu'à sa mort la vie monastique dans le désert d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evagre-le-pontique/#i_8510

EXÉGÈSE ALLÉGORIQUE

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 2 106 mots

Dans le chapitre « L'exégèse allégorique de la Bible »  : […] Or, au moment où Virgile écrivait, l'exégèse allégorique commençait à être appliquée à des textes fort éloignés de la tradition gréco-romaine : les livres bibliques. Bientôt, l'œuvre de Philon d'Alexandrie (env. 20 av. J.-C. - env. 50 apr. J.-C.) donnait l'exemple éclatant d'une telle entreprise. Mais ce nouveau champ d'exploration allait imprimer à l'allégorèse une direction nouvelle. Si l'on ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exegese-allegorique/#i_8510

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Composantes non distinctives »  : […] Un premier élément de définition se trouve dans la notion de gnose elle-même. On connaît la célèbre définition donnée par le gnostique Héracléon : « Ce n'est pas seulement le baptême qui est libérateur, mais c'est aussi la gnose : Qui étions-nous ? Que sommes-nous devenus ? – Où étions-nous ? Où avons-nous été jetés ? – Vers quel but nous hâtons-nous ? D'où sommes-nous rachetés ? – Qu'est-ce que l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_8510

JÉRÔME saint (347 env.-419/20)

  • Écrit par 
  • Pierre LARDET
  •  • 3 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Savant et moine à Bethléem »  : […] Par Chypre et Antioche – escales qui lui donnent de renouer avec les évêques suivis à Rome en 382 –, il gagne Jérusalem, où il retrouve Rufin d'Aquilée, un condisciple et ami intime de naguère, qui y avait fondé et y dirigeait avec la Romaine Mélanie deux couvents latins. Jérôme, qu'avait rejoint Paula, finit par faire de même, mais à Bethléem. Entre autres charges (direction des moines, gestion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome/#i_8510

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 338 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'exégèse »  : […] L'exégèse des textes bibliques se faisait dans l'Antiquité chrétienne sous deux formes différentes : d'une part, le commentaire continu du texte scripturaire, méthode héritée à la fois du rabbinisme et de la philologie alexandrine ; d'autre part, l'homélie, c'est-à-dire le commentaire oral d'un texte biblique dans l'assemblée liturgique, méthode héritée à la fois des synagogues judaïques et des di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature-chretienne/#i_8510

L'ESPACE INTÉRIEUR (J.-L. Chrétien) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 107 mots

Dans le chapitre « « Marcher dans l’image » »  : […] Mais c’est incontestablement dans son premier commentaire d’Origène, auquel est consacré le deuxième chapitre du livre, que le philosophe présente le champ de son investigation dans toute son intensité. Penseur majeur de l’Antiquité chrétienne, « redécouvert » au siècle dernier, notamment par le truchement du cardinal de Lubac, Origène accorda dans plusieurs de ses Homélies une importance centra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-espace-interieur/#i_8510

MYSTÈRE

  • Écrit par 
  • Édouard JEAUNEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « Le « mysterion » chez saint Paul et les Pères grecs »  : […] Avant la naissance du christianisme, le mot « mystère » (en grec, mysterion ) apparaît dans quelques livres tardifs de l'Ancien Testament, en particulier le livre de Daniel ( ii , 18, 27-28, 47). Son équivalent hébreu ( sôd ) se rencontre dans les textes de Qumrân ; il y est question du « mystère à venir » qui déterminera, « au jour de la Visite », le sort des justes et des pécheurs ; le « docteur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mystere/#i_8510

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 815 mots

Dans le chapitre « L'idée de philosophie chrétienne »  : […] On a souvent salué dans la patristique l'aurore de la philosophie chrétienne ( Étienne Gilson, Claude Tresmontant) ; les Pères de l'Église, dans leur réflexion sur le message évangélique, auraient été amenés à dégager les notions philosophiques qui y étaient impliquées, par exemple l'idée de création, l'idée de personne ou de liberté personnelle, le sens de l'histoire, l'identification de Dieu av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patristique/#i_8510

RUFIN D'AQUILÉE (340 env.-410)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 369 mots

Né à Concordia aux environs d'Aquilée (Vénétie), Tyrannius Rufinus étudia à Rome, puis, attiré par la vie monastique, il se retira dans un couvent près d'Aquilée, où vint le rejoindre Jérôme, qui avait été son condisciple. Il effectua ensuite en compagnie d'une noble Romaine, Mélanie l'Ancienne, une visite des déserts d'Égypte où vivaient les plus célèbres ascètes. Il fréquenta pendant six ans Did […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rufin-d-aquilee/#i_8510

THÉOPHILE D'ALEXANDRIE (mort en 412)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 281 mots

Patriarche d'Alexandrie de 384 à 412, Théophile a tenu un rôle de premier plan dans la politique civile et ecclésiastique de son temps. Avec le consentement tacite de l'empereur, il parvint, au prix de luttes sanglantes, à extirper d'Égypte le paganisme en détruisant les temples païens (Sérapéion, 391) et en les remplaçant par des constructions chrétiennes. Le rôle qu'il joua dans la querelle orig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theophile-d-alexandrie/#i_8510

TRINITÉ

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 3 116 mots

Dans le chapitre « La victoire de la christologie du Logos »  : […] La difficulté de concilier le modalisme avec les nombreux passages des Évangiles où Jésus dialogue avec le Père allait finalement donner la victoire à la christologie du Logos. À la « monarchie » des modalistes, qui confond le Père, le Fils et le Saint-Esprit, Tertullien (vers 160-vers 225) oppose la « règle de foi » traditionnelle, selon laquelle le Fils procède du Père et envoie à son tour l'Esp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trinite/#i_8510

VULGATE DE SAINT JÉRÔME (391-405 env.)

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 259 mots
  •  • 1 média

Les chrétiens du monde latin ont utilisé très tôt des traductions latines de la version grecque de la Bible juive (la Septante) ainsi que du Nouveau Testament, rédigé originellement en grec. On parle à propos de ce type de traduction de Vetus latina , (« vieille latine »). Au iv e  siècle, cette Bible latine est jugée imparfaite. Jérôme, au cours de son séjour à Rome (382-385), avait déjà entrepri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vulgate-de-saint-jerome/#i_8510

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « ORIGÈNE (185-253/54) & ORIGÉNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/origene-et-origenisme/