ORIGÈNE (185-253/54) & ORIGÉNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Origène et son œuvre

D'Alexandrie à Césarée

Origène est né aux environ de 185 dans une famille chrétienne d'Alexandrie. Il gardera toute sa vie le souvenir du martyre de son père qui eut lieu lorsqu'il était lui-même dans sa dix-septième année. Vers l'âge de vingt ans, il ouvrit à Alexandrie une école de grammaire et, en même temps, il alla écouter, selon ses propres termes (Eusèbe de Césarée, Hist. Eccles., VI, xix, 11), un « maître des études philosophiques », qui, comme l'ont montré en 1977 et 1983, avec des arguments différents, R. Goulet et H.-R. Schwyzer, n'est pas (comme on le croyait à tort, en s'appuyant sur le témoignage confus de Porphyre), Ammonius Saccas, le maître de Plotin. Les nombreux essais entrepris par divers savants pour reconstruire, à partir de l'enseignement d'Origène, la mystérieuse figure d'Ammonius sont donc inutiles. Le platonisme chrétien d'Origène vient des prédécesseurs qui l'ont inspiré : Pantène et Clément d'Alexandrie. Comme eux, Origène conçoit le christianisme à la manière d'une philosophie qui est non plus l'exégèse de Platon, mais des Écritures, et qui est surtout, comme les autres philosophies de l'Antiquité, une forme de vie. Mais il est moins humaniste que Clément et il insiste beaucoup plus que lui sur l'ascétisme : jeûnes, veilles, pauvreté. Sa célèbre mutilation volontaire a probablement été motivée par une interprétation trop littérale du texte évangélique : « Il y a des eunuques qui se sont rendus tels eux-mêmes pour le royaume des Cieux. » Après 211, Origène renonça à donner des cours de grammaire et commença à enseigner la « philosophie chrétienne ». Le rayonnement de son enseignement fut si grand que même des personnalités politiques de l'époque s'intéressèrent à lui. Il fut convoqué par le gouverneur d'Arabie vraisemblablement à Bosra et surtout par Julia Mammaea, mère de l'empereur Alexandre Sévère, lors du séjour de celle-ci à Antioche en 231-232 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ORIGÈNE (185-253/54) & ORIGÉNISME  » est également traité dans :

ALEXANDRIE ÉCOLE PHILOSOPHIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 2 184 mots

Dans le chapitre « Le didaskaleion chrétien d'Alexandrie »  : […] L'influence de Philon se fit puissamment sentir dans l'école théologique que les évêques d'Alexandrie instituèrent en leur cité à la fin du ii e  siècle. Le premier maître en fut Pantène, vers 180 ; ses deux successeurs surtout sont illustres : Clément d'Alexandrie et Origène. L'un et l'autre sont, avant tout, des théologiens et des spirituels ; mais leur théologie est tout imprégnée de culture p […] Lire la suite

ALLÉGORISTES CHRÉTIENS

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 668 mots

À la suite des philosophes païens qui interprétaient les mythes traditionnels de l'hellénisme en dévoilant la signification philosophique cachée (morale ou physique) qu'ils contenaient, les Juifs (Aristobule et Philon d'Alexandrie) puis les chrétiens ont dégagé des saintes Écritures des sens cachés voulus par Dieu, véritable auteur de la Bible, et distincts du sens immédiatement apparent. Cette pr […] Lire la suite

ANTIOCHE

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 2 585 mots

Dans le chapitre « Exégèse »  : […] L'école d'Antioche est d'abord une école d' exégèse. Diodore, qui devait être évêque de Tarse († av. 394), commente l'Ancien Testament, les Évangiles, les Actes des Apôtres, l'Épître aux Romains et la I re  Épître de saint Jean. Jean Chrysostome, diacre puis prêtre d'Antioche avant d'être évêque de Constantinople en 397 († 407), n'est pas un spécialiste de l'exégèse savante, mais sa prédication, […] Lire la suite

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Pères de l'Église : artisans et témoins de la doctrine chrétienne de l'inspiration »  : […] À la fin du i er siècle de l'ère chrétienne, donc, dans la fameuse épître aux Corinthiens, que la tradition la plus ancienne lui attribue, Clément de Rome écrit : « Vous vous êtes plongés dans les saintes Écritures, ces vraies Écritures données par l'Esprit-Saint. » Il désigne les prophètes bibliques comme les « ministres de la grâce de Dieu, mus par l'Esprit-Saint ». À sa suite, Justin, Irénée, […] Lire la suite

CELSE (IIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 593 mots

Auteur d'un grand ouvrage contre le christianisme, le Discours véritable ( Alêthês Logos ), composé vers 178, Celse est pratiquement inconnu. Son livre est perdu, mais on peut le reconstituer presque intégralement grâce à la réfutation qu'en fit Origène vers 248, qui le suit pas à pas et le cite largement. Il révèle un esprit cultivé, très au courant de la littérature et de la philosophie grecques […] Lire la suite

CHÊNE CONCILE DU (403)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 367 mots

Petit concile organisé par Théophile d'Alexandrie dans la riche villa du préfet Rufin ( Ad Quercum ), dans la banlieue de Chalcédoine. Des moines origénistes du désert de Nitrie (Égypte), pourchassés par Théophile, avaient, au nombre d'une cinquantaine, été accueillis, en 401, par l'évêque de Constantinople, Jean Chrysostome. Théophile, sommé de venir s'expliquer dans la capitale, arriva avec un g […] Lire la suite

CONSTANTINOPLE IIe CONCILE DE (553)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 1 326 mots

L'histoire compliquée du II e concile de Constantinople est à situer dans la suite des querelles, théologiques et politiques, qui s'élevèrent en Orient après le concile de Chalcédoine (451). Celui-ci avait défini l'existence dans le Christ de deux natures, humaine et divine. Des partisans attardés de saint Cyrille d'Alexandrie, attachés à sa formule de l'« unique nature », refusent obstinément la […] Lire la suite

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 601 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une voix, un corps »  : […] Apparaissant à l'écart et dans l'ombre de la figure divine que la peinture et la tragédie mettent au premier plan, la Pythie ne nous est pas révélée dans le détail de son service divinatoire. Hérodote, qui fait intervenir les oracles pythiques à chaque tournant de ses histoires, n'a qu'un mot sur leur énonciation. Quand il évoque la population guerrière des Satres, les seuls Thraces à n'avoir jama […] Lire la suite

DIDASKALEION D'ALEXANDRIE

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 467 mots

Quand on parle d'école d'Alexandrie (en grec, didaskaleion ), il faut distinguer entre deux réalités : les tendances générales communes à l'ensemble des théologiens alexandrins de Philon à Cyrille d'Alexandrie et l'institution scolaire concrète du iii e siècle évoquée par Eusèbe de Césarée dans son Histoire ecclésiastique . L'existence de cette institution, ou du moins son importance, est aujourd […] Lire la suite

DIDYME L'AVEUGLE (313 env.-env. 398)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 197 mots

Moine et théologien chrétien. Devenu aveugle dans son enfance, Didyme n'en acquit pas moins une culture exceptionnelle, tant religieuse que profane. Il enseigna pendant de longues années à Alexandrie et compta parmi ses élèves Jérôme et Rufin. De son œuvre exégétique et théologique, qui fut considérable, il ne restait que peu de choses ( De Trinitate , De Spiritu Sancto , Contra manichaeos ) jusqu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « ORIGÈNE (185-253/54) & ORIGÉNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/origene-et-origenisme/