ORIENTALISME, langues et civilisations

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La prose »  : […] Le discours critique sur la prose arabe classique est semble-t-il à reformuler. Soutenu par une conception des études littéraires dominée par un esprit historiciste, ce discours, surtout dans sa version orientaliste, ne s'est guère intéressé aux problèmes théoriques que pose ce mode d'écriture. En effet, il est resté tributaire, peu ou prou, des grandes lignes tracées en 1927 par l'article de l'or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_86785

BENCHENEB LES

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 584 mots

Famille algérienne qui a contribué à enrichir la culture arabe et à faire connaître à l'Occident le patrimoine arabo-islamique. Muḥammad Bencheneb (1869-1929) est né à Médéa (Algérie). Il fait ses études à l'École normale d'instituteurs d'Alger-Bouzaréa, avant de s'inscrire à l'École des lettres d'Alger. Bencheneb bénéficie de ce fait de la culture française qui enrichit une solide formation arabe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-bencheneb/#i_86785

BLACHÈRE RÉGIS (1900-1973)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 578 mots

Licencié d'arabe (Alger, 1922). Agrégé de l'Université (arabe, 1924). Docteur ès lettres (1936). Membre de l'Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres, 1972). Directeur d'études à l'Institut des hautes études marocaines de Rabat (1930-1935). Professeur d'arabe littéral à l'École nationale des langues orientales vivantes (1935-1950). Professeur de philologie et de littérature arabes du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regis-blachere/#i_86785

BOPP FRANZ (1791-1867)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 538 mots

Né à Mayence, Franz Bopp étudie à Paris de 1812 à 1816 (le persan, l'arabe, l'hébreu, le sanskrit), puis à Londres de 1816 à 1820. Il est le fondateur de la méthode comparative en linguistique. Son ouvrage, Le Système de conjugaison du sanscrit comparé avec celui des langues grecque, latine, persane et germanique, etc. ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-bopp/#i_86785

BUGAULT GUY (1917-2002)

  • Écrit par 
  • François CHENET
  •  • 642 mots

Ce grand universitaire, qui enseigna à l'université de Paris-X-Nanterre puis à l'université de Paris-Sorbonne (Paris-IV) où il occupa la chaire de philosophie indienne et comparée, fut l'un des meilleurs spécialistes du bouddhisme du Grand Véhicule, de la littérature de la Prajñāparamitā et du grand dialecticien bouddhique Nāgārjuna, certainement le plus grand philosophe bo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guy-bugault/#i_86785

BURNOUF EUGÈNE (1801-1852)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 191 mots

Orientaliste français, dont les travaux permirent pour la première fois en Europe de connaître la langue de l'Avesta, appelée alors le zend, Burnouf publia en 1826, en collaboration avec Christian Lassen, un Essai sur le pâli , et, l'année suivante, des Observations grammaticales sur quelques passages de l'essai sur le pâli . Sa grande œuvre fut ensuite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-burnouf/#i_86785

CHAMPOLLION JEAN-FRANÇOIS (1790-1832)

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 1 684 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le déchiffrement, lointain prolongement de l'expédition d'Égypte »  : […] Ainsi vingt-trois ans après sa découverte lors de l'expédition d'Égypte, en juillet 1799, par le capitaine Bouchard, la pierre de Rosette, dalle de basalte portant un décret trilingue (en hiéroglyphes, en démotique et en grec) aujourd'hui conservée à Londres, au British Museum, répond aux espoirs qu'elle a immédiatement suscités. En démontrant que le système hiéroglyphique comprend non seulement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-champollion/#i_86785

DARMESTETER JAMES (1849-1894)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 233 mots

Linguiste français né le 28 mars 1849, à Château-Salins (Moselle), mort le 19 octobre 1894, à Maisons-Laffitte, près de Paris. La thèse de Darmesteter sur la mythologie zoroastrienne (1875) constitue sa première œuvre majeure. Il commence à enseigner l'iranien ancien à l'École des hautes études en sciences sociales en 1877 et poursuit ses recherches, dont il publie les résultats dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-darmesteter/#i_86785

ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES (E.P.H.E.)

  • Écrit par 
  • François LAPLANCHE
  •  • 1 229 mots

À la fin du second Empire, la France prend conscience de son retard sur l'Allemagne en matière d'organisation scientifique. Une commission de savants se réunit, qui comprend de grands noms de la science française. Entre autres : Henri Milne-Edwards, Elie de Beaumont, Claude Bernard, Jules Quicherat, Michel Bréal, Alfred Maury. Une série de rapports sont adressés au ministre de l'Instruction publiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-pratique-des-hautes-etudes-e-p-h-e/#i_86785

ÉCRITS MÉMORABLES (L. Massignon)

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 978 mots

Louis Massignon (1883-1962), savant et écrivain, chrétien et islamologue, enseignant et homme politique, est une figure célèbre et atypique de l'orientalisme français du xx e  siècle. Son œuvre abondante, trop souvent réduite à sa thèse magistrale consacrée à La Passion d'al-̣Hallāj (1922, rééd. 1975), martyr mystique de l'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecrits-memorables/#i_86785

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À la conquête improbable de l'Orient »  : […] L 'expédition d'Égypte est le premier et sans doute le meilleur exemple de la rencontre d'un long courant de pensée, celui de l'« orientalisme islamisant » en France, et d'une conjoncture politico-militaire, de l'union d'une volonté d'action « impérialiste », aux objectifs concrets, et d'une immense curiosité scientifique, en grande partie désintéressée et ouverte sur tous les aspects d'une régi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/explorations/#i_86785

FILLIOZAT JEAN (1906-1982)

  • Écrit par 
  • Colette CAILLAT
  •  • 1 099 mots

Né à Paris le 4 novembre 1906, Jean Filliozat fut un spécialiste éminent des études indiennes et orientales. On lui doit une somme d'écrits remarquable par son étendue, son originalité, son exceptionnelle diversité ; car il a voulu appréhender l'Inde dans sa complexité réelle, rendre sensible à tout ce dont elle enrichit la civilisation de l'humanité, attirer l'attention sur le fait que, « object […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-filliozat/#i_86785

FRANK BERNARD (1927-1996)

  • Écrit par 
  • Jean-François JARRIGE
  •  • 991 mots

Né à Paris d'un père avocat, Bernard Frank avait commencé des études de droit, avant de se tourner vers l'orientalisme à l'École des langues orientales, où il apprit le chinois et le japonais, puis à l'École pratique des hautes études. Entré au C.N.R.S. en 1951, il profita d'un séjour de trois ans à la Maison franco-japonaise de Tōkyō de 1954 à 1957 pour s'affirmer comme un des meilleurs japonolog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-frank/#i_86785

GARCIN DE TASSY JOSEPH HÉLIODORE SAGESSE VERTU (1794-1878)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc PINARD-LEGRY
  •  • 529 mots

Avec plusieurs autres orientalistes et indianistes français tels qu'Eugène Burnouf, Hyppolite Fauche ou, plus tard, Abel Bergaigne, Joseph Garcin de Tassy occupe une place qui n'a pas été encore vraiment reconnue, ces spécialités, largement dominées par les études anglaises, connaissant depuis longtemps en France une véritable défaveur. Né à Marseille, en pleine Terreur, il fit ses études au petit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-heliodore-sagesse-vertu-garcin-de-tassy/#i_86785

GUIMET ÉMILE (1836-1918)

  • Écrit par 
  • Claude JACQUES
  •  • 1 021 mots

Émile Guimet est né à Lyon le 2 juin 1836, dans une famille d'industriels. Son père, Jean-Baptiste, polytechnicien, dirigeait une usine de colorants à Fleurieu-sur-Saône, dans la banlieue lyonnaise ; il y produisait en particulier le bleu outremer artificiel, qu'il avait inventé et qui fit sa fortune, de sorte qu'il put développer ses entreprises. En 1855, il fonde avec quelques amis la Compagnie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-guimet/#i_86785

GUIMET MUSÉE, Paris

  • Écrit par 
  • Vincent LEFÈVRE
  •  • 1 042 mots

Le musée national des arts asiatiques Guimet à Paris doit son nom à son créateur, Émile Guimet (1836-1918), homme très cultivé, artiste et musicien à ses heures, représentatif des patrons philanthropes et paternalistes du xix e  siècle. Influencé par Saint-Simon et par la pensée sociale chrétienne, il accorde une grande importance au savoir et à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee-guimet-paris/#i_86785

HINDĪ LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Nicole BALBIR, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 8 340 mots

Dans le chapitre « Développement et standardisation »  : […] Le hindī, terme persan, désigne à l'origine toutes les langues régionales apparentées de la plaine indo-gangétique. En tant qu'expression de la culture hindoue, les musulmans lui donnent aussi le nom de « hindoui » qui est attesté dès le xii e  siècle. Au xvii e  siècle, les voyageurs européens m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-hindi/#i_86785

HUIZINGA JOHAN (1872-1945)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 1 116 mots

Le plus grand historien néerlandais du xx e siècle était le fils d'un célèbre professeur de physiologie à l'université de Groningue. Johan Huizinga naquit dans cette ville où il commença par étudier, de 1891 à 1895, les lettres néerlandaises et la civilisation orientale. Il se spécialise en linguistique à l'université de Leipzig (1895-1896) et, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johan-huizinga/#i_86785

JULLIEN FRANÇOIS (1951- )

  • Écrit par 
  • Daniel BOUGNOUX
  •  • 1 120 mots
  •  • 1 média

Philosophe et sinologue, François Jullien est né en 1951. Son œuvre a enrichi les débats conduits aujourd'hui autour de la globalisation et de la diversité des cultures. Ancien élève de l'École normale supérieure, d'abord féru de philosophie grecque et latine, il découvre, en apprenant le chinois et en séjournant en Chine à la fin des années 1970, l'immensité de l'écart entre les deux cultures, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-jullien/#i_86785

KALTENMARK MAXIME (1910-2002)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 212 mots

Sinologue français. Autrichien d'origine et passionné par la Chine, Maxime Kaltenmark choisit Paris pour s'initier à l'orientalisme. Dans l'entre-deux-guerres, la sinologie française est dominée par deux personnalités exceptionnelles, Marcel Granet et Henri Maspero : Kaltenmark se met à leur école pour préparer un long séjour universitaire dans la capitale chinoise. De 1949 à 1953, il dirige le C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-kaltenmark/#i_86785

LEWIS BERNARD (1916-2018)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 1 268 mots

Historien américain du monde musulman et du Proche-Orient, Bernard Lewis était un intellectuel controversé. Né à Londres le 31 mai 1916 dans une famille juive britannique, Bernard Lewis se découvre une passion pour les langues du Proche-Orient au moment où il est confronté à l’hébreu biblique pour sa bar mitzvah . Il commence alors à apprendre l’arabe, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-lewis/#i_86785

MASSIGNON LOUIS (1883-1962)

  • Écrit par 
  • Youakim MOUBARAC
  •  • 3 426 mots

Dans le chapitre « Sous le signe d'Abraham »  : […] En fait, la vision abrahamique de l'islam, qui vient dans une phase ultérieure corroborer la vision ḥallāgienne, correspond à une autre correction massignonienne de l' orientalisme. L'œuvre ḥallāgienne commençait par revendiquer, dans le Lexique technique , l'originalité de la mystique musulmane dans son inspiration coranique, au détriment d'autres dépendances chrétienne, ju […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-massignon/#i_86785

MÜLLER FRIEDRICH MAXIMILIAN dit MAX (1823-1900)

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 947 mots

Indianiste, linguiste, mythologue d'origine allemande, Friedrich Maximilian Müller a laissé une œuvre qui, avec ses vingt volumes, ouvrait un chemin de crête dans le massif nouvellement découvert de l'histoire des religions. Sanskriste, élève de Burnouf à Paris, chargé par la Compagnie des Indes d'éditer le Rig-Veda , il enseigna à Oxford de 1850 à 1876, avant de se consacrer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muller-friedrich-maximilian-dit-max/#i_86785

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 010 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du fantasme à la quête »  : […] Les grands noms offrent moins de surprises. Dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811), Chateaubriand avoue qu'il est parti « chercher des images. Voilà tout ». Mais il rêve aussi d'une nouvelle croisade et se souvient du Tasse. Lamartine va vers l'Orient comme vers la « patrie de [son] imagination », mais tout en donnant des conseils pour une politique de protectorat, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_86785

RAWLINSON sir HENRY CRESWICKE (1810-1895)

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 710 mots
  •  • 2 médias

Orientaliste anglais né à Chadlington, dans le comté d'Oxford. Creswicke est le nom de famille de la mère de Henry Rawlinson. À seize ans, il sert dans l'armée de la Compagnie des Indes. Il a la bonne fortune de faire le voyage de Bombay à bord du même bâtiment que sir John Malcom, diplomate et orientaliste de renom, dont l'influence ne cessera de le stimuler. Avec une étonnante rapidité, le jeun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rawlinson-sir-henry-creswicke/#i_86785

RÉFLEXIONS SUR L'EXIL (E. W. Said)

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 1 102 mots

Edward W. Said (1935-2003), qui enseigna la littérature comparée trente-six années durant à l'université Columbia de New York, fut assurément un maître exemplaire. Sa pédagogie repose en effet sur le rejet de tout dogmatisme et le souci, par le choix de tel ou tel éclairage, d'amener disciples et lecteurs à la lucidité et au libre examen. C'est ce qui ressort de l'imposant ouvrage intitulé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reflexions-sur-l-exil/#i_86785

RODINSON MAXIME (1915-2004)

  • Écrit par 
  • Gérard D. KHOURY
  •  • 952 mots

Orientaliste français, Maxime Rodinson est né à Paris le 26 janvier 1915 dans une famille d'immigrés juifs russo-polonais installés en France à la fin du xix e  siècle. Il baigne durant son enfance et son adolescence dans un climat familial – celui des milieux ashkénazes d'Europe Centrale et de Russie – favorable aux idées des Lumières et aux vale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-rodinson/#i_86785

SAID EDWARD W. (1935-2003)

  • Écrit par 
  • Paul CHEMLA, 
  • Universalis
  •  • 1 131 mots

Dans le chapitre « Questions de frontières »  : […] C'est dans le monde entier, en fait, qu'Edward W. Said distingue « des territoires superposés et des histoires enchevêtrées ». En partie à cause de l'impérialisme, toutes les cultures s'interpénètrent et sont hybrides. Mais leurs rapports s'avèrent inégaux, marqués qu'ils sont par l'exaltation ou le dénigrement de fausses essences. « On africanise l'Africain, on orientalise l'Oriental, on occiden […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-w-said/#i_86785

SIEFFERT RENÉ (1923-2004)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 245 mots

Spécialiste français de littérature et de civilisation japonaises. Après des études de mathématiques entreprises en Alsace, René Sieffert rencontre, au cours de la Seconde Guerre mondiale, le japonisant Charles Haguenauer. À partir de 1942, il entreprend l'apprentissage du japonais à l'École des langues orientales. Pensionnaire en 1951 à la Maison franco-japonaise de Tōkyō, il en devient le direc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-sieffert/#i_86785

SYNAGOGUE

  • Écrit par 
  • Dominique JARRASSÉ, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 8 521 mots

Dans le chapitre « L'orientalisme »  : […] Cependant l'orientalisme, et donc l'affirmation de l'identité juive par le recours à cet exotisme à la mode (mais plutôt dans l'architecture de loisirs), demeure l'objet d'un débat fondamental. Quelques communautés ont opté pour un style franchement mauresque, inspiré souvent de l'Alhambra de Grenade. D'abord récusé dans les années 1840 (à Metz, par exemple), il apparaît dans des synagogues de pet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/synagogue/#i_86785

TANTRISME

  • Écrit par 
  • André PADOUX
  •  • 9 466 mots

Dans le chapitre « La question du tantrisme »  : […] Le mot tantrisme – du sanskrit tantra , « trame », d'où « doctrine » et, de là, « traité enseignant cette doctrine » (que celle-ci soit ou non tantrique) – est dû aux orientalistes européens qui, vers la fin du xix e  siècle, découvrirent dans des textes nommés tantras des doctrines et des pratiques différentes de celles du b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tantrisme/#i_86785

TUCCI GIUSEPPE (1894-1984)

  • Écrit par 
  • Serge CLEUZIOU
  •  • 736 mots

Né le 5 juin 1894 à Macerata (Marches), Tucci dut interrompre ses études universitaires lors de la Première Guerre mondiale à laquelle il participa. Dès leur achèvement en 1919, il entra à l'université de Rome où il poursuivit toute sa carrière comme professeur des religions et philosophies de l'Inde et de l'Extrême-Orient, jusqu'en 1969. Mais Tucci était le contraire d'un historien et d'un philol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-tucci/#i_86785

VAJDA GEORGES (1908-1981)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON, 
  • Charles TOUATI
  •  • 1 299 mots

Orientaliste d'une remarquable érudition, historien de la théologie et de la philosophie juives médiévales, Georges Vajda a formé deux générations de professeurs, de chercheurs et de rabbins français et étrangers, en ciselant une œuvre dont la forme et l'esprit ont porté à sa maturité la science du judaïsme en France. L'encyclopédisme de Georges Vajda, la connaissance qu'il avait de plusieurs lang […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-vajda/#i_86785


Affichage 

Henry Creswicke Rawlinson

photographie

L'orientaliste Henry Creswicke Rawlinson (1810-1895) s'est rendu célèbre pour avoir relevé intégralement, puis déchiffré l'inscription cunéiforme trilingue du rocher de Béhistun, donnant ainsi les clés d'accès à l'immense fonds scripturaire constitué par la civilisation mésopotamienne... 

Crédits : R. Fenton/ Corbis

Afficher

Henry Creswicke Rawlinson
Crédits : R. Fenton/ Corbis

photographie