ORGUEIL ET PRÉJUGÉS, Jane AustenFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un roman sentimental

La trame du récit est étroitement calquée sur celle de la « comédie romantique » illustrée par certaines œuvres de William Shakespeare, en particulier Beaucoup de bruit pour rien (1600) : le lecteur suit les vicissitudes amoureuses d'un couple de jeunes gens que tout semble devoir séparer, mais que les strictes lois de la comédie prédestinent d'entrée l'un à l'autre. Le trait de génie de Jane Austen réside dans la manière dont elle s'approprie les principes de base de la comédie sentimentale, dont elle les adapte au contexte de la société georgienne du tournant du xixe siècle, afin de démonter les mécanismes sociologiques et idéologiques régissant un univers strictement normé, mais néanmoins en proie à un doute latent.

Tout semble en effet opposer Elizabeth Bennet à Fitzwilliam Darcy : « Absorbée par les progrès du penchant de Mr Bingley pour sa sœur, Elizabeth était loin de se douter qu'elle-même avait fait grande impression sur son ami, Mr Darcy. Certes, celui-ci avait tout juste admis qu'elle fût jolie. [...] Mais à peine se fût-il persuadé qu'elle n'avait qu'un joli visage, qu'il y découvrit le reflet d'une intelligence peu commune, manifestée surtout dans la magnifique expression de ses yeux sombres. » Le caractère tout d'abord : si Elizabeth se veut une observatrice acerbe des folies du monde, elle sait aussi faire son miel des bonheurs de la conversation sociale, alors que Darcy semble très vite un misanthrope invétéré. Mais c'est avant tout la naissance qui paraît devoir les séparer irrémédiablement : si Elizabeth Bennet est issue de la petite noblesse, et ne saurait donc, de ce fait, entretenir de folles ambitions d'alliances, Darcy constitue en revanche l'un des plus beaux partis de l'Angleterre, du fait de sa fortune colossale et de son ascendance aristocratique. Pourtant, Darcy et Elizabeth finiront par se marier.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ORGUEIL ET PRÉJUGÉS, Jane Austen  » est également traité dans :

AUSTEN JANE (1775-1817)

  • Écrit par 
  • Brian C. SOUTHAM
  •  • 2 773 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les écrits de jeunesse »  : […] Les trois premiers romans de Jane Austen se distinguent des suivants par la forte satire littéraire dont s'accompagne la description des personnages et de la société. Raison et sentiments relate la vie des sœurs Dashwood, qui vivent dans la gêne. Marianne incarne les « sentiments », c'est-à-dire les épanchements amoureux. Elle s'éprend du beau John Willoughby, qui sous les dehors d'un amant roman […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine BERNARD, « ORGUEIL ET PRÉJUGÉS, Jane Austen - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/orgueil-et-prejuges/