ORGANON, AristoteFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une science du penser

Le premier des six traités de l'Organon : les Catégories (Katègoriai) se présente comme une analyse du langage (ordonner en classes tout ce qui peut être prédiqué d'un sujet), mais aussi, par voie de conséquence, comme une investigation des sens de l'être (la substance, ousia, et ses attributs). De l'interprétation (Peri hermeneias) passe à une étude de la proposition, préalable aux Analytiques (Analutica), qui étudient la proposition démonstrative. Les Premiers Analytiques ayant permis de dégager la structure formelle de toute démonstration (le syllogisme), le traité majeur, les Seconds Analytiques, explore ce qui apparaît comme la condition d'une véritable science, assurée de ses modes de déduction : la vérité des prémisses du syllogisme. La connaissance scientifique se définit comme connaissance des causes, son approche formelle vise à distinguer le démontrable (théorèmes) et l'indémontrable (axiomes), ce qui relève de l'enchaînement causal et ce qui relève des principes premiers.

Les deux derniers traités, les Topiques (Topika) et les Réfutations sophistiques (Sophistikoi elenchoi), se rapprochent plus de la Rhétorique, c'est-à-dire d'une étude de l'argumentation en situation : la maîtrise du syllogisme y apparaît plutôt comme un art, une technique qui permet de triompher d'un adversaire. Il y a ainsi des « lieux » du dialogue (topoï, d'où le titre de Topiques), des réserves d'arguments dont la connaissance ordonnée permet de réfuter plus aisément son contradicteur : les Réfutations sophistiques étudient en particulier les faiblesses des arguments employés par les sophistes.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  ORGANON, Aristote  » est également traité dans :

NOVUM ORGANUM (F. Bacon)

  • Écrit par 
  • Michel MALHERBE
  •  • 784 mots

Le philosophe anglais Francis Bacon (1561-1626), au terme de plusieurs ébauches, fait paraître en 1620 son ouvrage le plus célèbre, le Novum Organum (c’est-à-dire « Le nouvel instrument »). Son ambition est de fournir une nouvelle logique pour la science à venir et par là même – comme le suggère le titre – de supplanter l’ Organon d’Aristote (env. 385-322 av. J.-C.). L’ouvrage exerça une influe […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « ORGANON, Aristote - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/organon/