O.I.T. (Organisation internationale du travail)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Méthodes d'action

Créée au nom de l'impératif d'une législation internationale du travail, l'O.I.T. fonctionna d'emblée (et pendant plusieurs décennies) comme une institution privilégiant l'action normative à travers deux catégories d'instruments : les conventions (traités juridiquement obligatoires pour les États membres ratifiants) et les recommandations (directives d'orientation non contraignantes) internationales du travail. Depuis 1919, elle a ainsi adopté 185 conventions et 198 recommandations. Ce véritable code international du travail couvre un champ considérable : les droits de l'homme (liberté syndicale, non-discrimination, travail forcé), l'emploi, la politique sociale, l'administration du travail, les relations professionnelles, les conditions de travail, la sécurité sociale, sans oublier la protection de diverses catégories générales ou particulières de travailleurs (femmes, enfants ou adolescents ; travailleurs âgés, étrangers ou migrants ; populations aborigènes ; gens de mer, métayers, personnel infirmier et des plantations...). Le respect des normes internationales du travail est garanti par un système de contrôle contraignant et assez efficace qui fait de l'O.I.T. l'un des organismes les plus avancés des Nations unies. Ce système comprend des procédures régulières (fondées sur l'examen de rapports périodiques fournis par les États, lesquels peuvent, en cas de violation, être inscrits sur une « liste spéciale »), ainsi que des procédures ad hoc fonctionnant sur la base soit de « réclamations » (déposées devant le C.A. contre un État membre par une organisation d'employeurs ou de travailleurs, articles 24 et 25 de la constitution de l’O.I.T.), soit de « plaintes » (formulées contre un État membre par un autre État membre, par le C.A. ou par un délégué quelconque de la C.I.T., articles 26 à 34 de la constitution de l'O.I.T.). En outre, la liberté syndicale fait l'objet d'une procédure spéciale de contrôle depuis l'instauration au sein du C.A. en 1951 d'un Comité de la liberté syndicale chargé d'examiner les plaintes en ce domaine.

Parallèlement à l'ac [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'Institut universitaire de hautes études internationales, Genève

Classification

Autres références

«  O.I.T. (Organisation internationale du travail)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - La question indienne

  • Écrit par 
  • David RECONDO
  •  • 2 810 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Émergence d'un modèle politique multiculturel »  : […] Au début des années 1990, les Parlements du Mexique, de la Colombie et de la Bolivie entérinent la convention 169 de l'O.I.T. (Organisation internationale du travail) sur les droits des peuples indigènes et approuvent les initiatives gouvernementales de réforme constitutionnelle visant à reconnaître le caractère pluriculturel et pluriethnique des trois nations. D'autres pays suivent le même chemin […] Lire la suite

DROITS DE L'HOMME

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Gérard COHEN-JONATHAN, 
  • Pierre LAVIGNE, 
  • Marcel PRÉLOT
  • , Universalis
  •  • 24 041 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Actions des institutions spécialisées »  : […] Dans le domaine de leur compétence, plusieurs institutions spécialisées tentent non seulement de promouvoir mais de protéger certains droits de l'homme. À ce titre doit être particulièrement relevé le rôle très actif de l'O.I.T., dont l'assemblée a une composition tripartite comprenant des représentants des gouvernements des organisations d'employeurs et de travailleurs. L'O.I.T. veille au respect […] Lire la suite

INTERNATIONALES ORGANISATIONS

  • Écrit par 
  • Patrick RAMBAUD
  •  • 11 230 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Organes intergouvernementaux et organes intégrés »  : […] Les organes intergouvernementaux sont composés de représentants des États membres agissant sur instruction de leur gouvernement. Toute organisation internationale a nécessairement un organe représentant l'ensemble des États membres : c'est la mise en œuvre du principe juridique fondamental de l'égalité souveraine des États en droit international (proclamé notamment par la charte des Nations unie […] Lire la suite

RÉFUGIÉS

  • Écrit par 
  • Pierre BRINGUIER, 
  • Universalis
  •  • 8 537 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Aperçu historique »  : […] Si l es déplacements de population fuyant des événements tels que la persécution religieuse ou politique, la guerre ou même la famine ont été nombreux dans l'histoire moderne – il suffit de citer comme exemple l'exil des protestants français par suite de la révocation de l'édit de Nantes ou, toujours en France, l'émigration contre-révolutionnaire –, il y a, en réalité, une différence considérable […] Lire la suite

SYNDICALISME

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE, 
  • Thomas LOWIT
  •  • 13 169 mots

Dans le chapitre « Nouvelles formes d'action émergentes »  : […] L'action ouvrière qui, par l'intermédiaire de la négociation collective, s'efforce d'éviter que les différences entre structures économiques ou systèmes de relations professionnelles dont se saisissent et jouent les firmes multinationales ne soient dommageables aux travailleurs, peut aussi, par une action préventive, s'efforcer de modifier les règles du jeu. Pour saisir ce que pourrait être la voi […] Lire la suite

TRAITE DES PERSONNES

  • Écrit par 
  • Max FERNET
  •  • 4 297 mots

Dans le chapitre « L'O.N.U. et la convention de 1956 »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, l'O.N.U. prend la relève de la S.D.N. Elle crée un Comité spécial de l'esclavage et décide de compléter la convention de 1926 en traitant de toutes les pratiques analogues à l'esclavage. Elle le fait par la convention de 1956, entrée en vigueur le 30 avril 1957. Cette convention supplémentaire tient compte des travaux de l'Organisation internationale du travail ( […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Union européenne – Chine. Conclusion d’un accord de principe sur les investissements. 17-30 décembre 2020

sur les investissements, qui prévoit une ouverture des marchés dans des conditions de concurrence équitables. Cet accord est conditionné à l’engagement de Pékin à œuvrer à la ratification des conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT), notamment celle sur la lutte contre le travail forcé. Cet […] Lire la suite

France. Validation du plafonnement des indemnités pour licenciement abusif. 17-22 juillet 2019

de prud’hommes avaient accordé aux plaignants des indemnités d’un montant supérieur, estimant que le barème instauré par les ordonnances de 2017 était contraire à certains engagements internationaux de la France, notamment à une convention de l’Organisation internationale du travail (OIT) qui exige dans ce cas […] Lire la suite

Inde. Tournée de Rajiv Gandhi dans cinq pays. 5-17 juin 1985

Le 6, Rajiv Gandhi arrive en visite officielle à Paris après une étape, le 5, en Égypte où il a rencontré Hosni Moubarak, réaffirmé le soutien de l'Inde à la cause palestinienne et réclamé le retrait d'Israël de la totalité des pays arabes occupés. Il est accueilli par le Premier ministre, Laurent Fabius. Il est reçu par François Mitterrand qui souhaite œuvrer utilement avec l'Inde pour relancer l […] Lire la suite

Suisse. Visites du président François Mitterrand et du pape Jean-Paul II à l'O.I.T. 2-15 juin 1982

Le 2, François Mitterrand est à Genève pour prononcer, au siège de l'Organisation internationale du travail, le discours d'ouverture de la 68e session de la Conférence internationale du travail. C'est la première fois qu'un chef de l'État français rend visite à l'O.I.T.Le Premier ministre, Pierre Mauroy, l'accompagne. Le président de la République évoque la crise économique […] Lire la suite

Pour citer l’article

Victor-Yves GHEBALI, « O.I.T. (Organisation internationale du travail) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-internationale-du-travail/