O.E.C.E. (Organisation européenne de coopération économique)

Le 16 avril 1948, quinze États de l'Europe de l'ouest (auxquels se joindront ultérieurement la république fédérale d'Allemagne et l'Espagne), la Turquie, le Canada et les États-Unis signèrent une convention instituant l'Organisation européenne de coopération économique (O.E.C.E.), l'une de ses tâches immédiates étant de participer à la distribution de l'aide Marshall (que les États-Unis avaient décidé d'accorder à un certain nombre de nations). À plus long terme l'O.E.C.E. devait, dans l'esprit de ses fondateurs, contribuer à développer un régime multilatéral d'échanges viables et équilibrés. Le fonctionnement de l'organisation était très souple. L'instance ultime de décision était le Conseil des ministres, assisté d'un conseil exécutif de sept membres et d'un secrétariat permanent. Prévue à l'origine pour être une institution auxiliaire du plan Marshall, l'O.E.C.E. joua dans ce domaine un rôle limité dans la mesure où l'aide était conditionnée par la seule volonté américaine, ce qui se traduisait le plus souvent par des accords bilatéraux avec le pays destinataire. Aussi est-ce dans la restauration des échanges que l'œuvre de l'O.E.C.E. fut la plus significative. Le problème essentiel était alors de supprimer les restrictions quantitatives dans le domaine des transactions commerciales. L'élaboration du code de libération des échanges permit aussi un relâchement fort appréciable des procédures de contingentement. Par ce code, les pays membres s'engageaient à abolir les restrictions quantitatives sur leurs échanges mutuels. Le code stipulait que les pourcentages obligatoires étaient applicables non seulement au total des importations privées, mais aussi à chacune des trois grandes catégories de produits : denrées alimentaires, matières premières, biens manufacturés.

Par l'intermédiaire de l'Union européenne des paiements, l'O.E.C.E. fut également à l'origine du système de compensation multilatéral qui, par-delà les règlements bilatéraux, permettait aux pays européens [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  O.E.C.E. (Organisation européenne de coopération économique)  » est également traité dans :

BOUCHINET-SERREULLES CLAUDE (1912-2000)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 673 mots

; il décrivit les autorités « grignotant de façon efficace les adversaires de l'ordre ». Chef de service au ministère des Affaires étrangères jusqu'en 1948, il fut directeur à l'Organisation européenne de coopération économique jusqu'en 1951. Président et administrateur de sociétés, directeur général du Parisien libéré de 1978 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-bouchinet-serreulles/#i_25692

CHANGE - L'intégration monétaire européenne

  • Écrit par 
  • Christian BORDES
  •  • 14 238 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'Organisation européenne de coopération économique et le plan Marshall »  : […] marché unique », au sein duquel le commerce et les paiements seraient totalement libres. Se joignant aux États-Unis, seize pays fondent l'Organisation européenne de coopération économique (O.E.C.E.). L'O.E.C.E. doit approuver, sur la base de plans présentés par chaque État membre, toute aide ou tout crédit au titre du plan Marshall. L'une des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/change-l-integration-monetaire-europeenne/#i_25692

CONSTRUCTION EUROPÉENNE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe PÉRY
  •  • 928 mots

3 avril 1948 Entrée en vigueur du plan Marshall. L'aide financière à la reconstruction de l'Europe, proposée par le secrétaire d'État américain George Marshall à Harvard le 5 juin 1947, est gérée par l'Organisation européenne de coopération économique (O.E.C.E.), créée le 16 avril 1948 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/construction-europeenne-reperes-chronologiques/#i_25692

EUROPE - Histoire de l'idée européenne

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste DUROSELLE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 10 491 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'impulsion des États-Unis »  : […] de l'année précédente se sont joints les trois commandants en chef des forces d'occupation américaines, britanniques et françaises, qui signent au nom des parties occidentales de l'Allemagne. Comme l'avaient exigé les États-Unis pour accorder leur aide, la Convention donne naissance à l'Organisation européenne de coopération économique (O.E.C.E […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-histoire-de-l-idee-europeenne/#i_25692

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

Dans le chapitre « Formation de deux blocs antagonistes »  : […] avec, à l’Ouest, une aire soudée économiquement par le plan Marshall puis par l’Organisation européenne de coopération économique (OECE) et, à l’Est, une aire dont le Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM) assure l’unité et la cohérence. Deux systèmes d’alliances diplomatiques et militaires complètent le dispositif : les États-Unis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide-notions-de-base/#i_25692

MARJOLIN ROBERT (1911-1986)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 1 085 mots

Robert Marjolin avec la création de l'Organisation européenne de coopération économique (O.E.C.E.) qui donnera naissance plus tard à l'O.C.D.E. De 1948 à 1955, il est secrétaire général de cet organisme. « L'Europe est en train de se faire avec l'aide de l'Amérique », observe-t-il. En 1955, il quitte 1'O.E.C.E. qui lui paraît tourner en rond pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-marjolin/#i_25692

MARSHALL PLAN

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 476 mots
  •  • 1 média

Le 5 juin 1947, dans un discours à Harvard, le secrétaire d'État George C. Marshall propose un plan qui porte son nom. La situation économique et politique de l'Europe étant instable, les États-Unis, dit-il en substance, ne sauraient demeurer indifférents ; leurs intérêts sont en jeu. La politique américaine n'est dirigée « contre aucune doctrine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plan-marshall/#i_25692

O.C.D.E. (Organisation de coopération et de développement économiques)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 264 mots
  •  • 1 média

Instituée en 1960, pour succéder à l'O.E.C.E. (Organisation européenne de coopération économique), l'O.C.D.E. s'efforce par ses travaux de promouvoir chez ses membres des politiques de nature à y réaliser la plus forte expansion possible de l'économie et de l'emploi. Elle se veut également […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-de-cooperation-et-de-developpement-economiques/#i_25692

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 816 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'après-guerre : la Suède au temps des blocs (1945-1976) »  : […] que réservée vis-à-vis des blocs, la Suède souscrivit à la convention du 16 avril 1948, créant l'Organisation européenne de coopération économique (O.E.C.E.), qui préservait la souveraineté des adhérents. Soucieuse en revanche de se maintenir en dehors des alliances militaires, elle essaya d'entraîner les autres capitales nordiques dans une union […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suede/#i_25692

Pour citer l’article

Alain-Pierre RODET, « O.E.C.E. (Organisation européenne de coopération économique) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-europeenne-de-cooperation-economique/