ORGANISATION, économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hiérarchie, coopération, contrats

Nonobstant leurs différences, ces approches convergent sur des points cruciaux, au cœur de l’analyse moderne des organisations. D’abord, quelle est la nature du mécanisme de coordination mis en œuvre ? L’analyse économique classique s’intéressait quasi exclusivement à l’allocation des ressources par le système des prix, qui caractérise les marchés. Mais, toute organisation formelle réaffecte sans cesse les ressources physiques et humaines en interne, sans ajustement des prix. Par exemple, la modification des tâches ne donne pas lieu à d’incessantes renégociations des salaires. C’est même là l’essence du contrat de travail. Le dispositif de coordination sous-jacent est évidemment celui de la hiérarchie. Compte tenu de l’importance de celle-ci, il est étonnant que sa nature et son rôle restent aussi mal connus et si peu intégrés aux modèles économiques existants. Mais la théorie des organisations nous apprend que la coordination hiérarchique a aussi ses insuffisances et peut même devenir contre-productive en raison des distorsions qu’elle introduit dans l’information et dans les motivations des agents. Aussi les organisations formelles complètent-elles le pouvoir hiérarchique par la coopération. Bien qu’essentiel au bon fonctionnement des organisations, le concept de coopération reste difficile à cerner, en partie parce que le postulat central de l’analyse économique dominante suppose des comportements égoïstes et non coopératifs. Les apports de l’économie expérimentale, dans la lignée des travaux de Vernon Smith (distingué en 2002 par le prix Nobel d’économie), confirment l’insuffisance de ce postulat et le rôle des motivations résultant des interdépendances entre agents au sein de l’organisation.

Les contrats peuvent aider à implanter ces comportements coopératifs. Ils contribuent en effet à articuler les préférences différenciées des membres de l’organisation, en balisant l’action des agents et en mettant en place des incitations faisant appel à des mécanismes variés. Les contrats participent aussi à la création d’interfaces entre l’organisation et son environnement, en structurant les liens entre organisations, ou même avec la puissance publique. Mais, le plus souvent, les contrats restent incomplets : ils fournissent un cadre, rendant crédibles les engagements des agents, sans pour autant énoncer les principes et les règles avec la précision qu’exige le pilotage de l’action au quotidien.

Une grande partie des problèmes de l’organisation émergent en effet ex post, au moment de la mise en œuvre des contrats. On touche ici à la question de l’enforcement, c’est-à-dire des « dispositifs d’application ». Ceux-ci sont en partie interne à l’organisation, par exemple un comité d’entreprise chargé d’ajuster les clauses contractuelles ; ils peuvent aussi lui être extérieurs, par exemple les arbitres régulant les relations interorganisationnelles, les tribunaux chargés de l’application du droit du travail, etc. Par là, l’organisation s’encastre fortement dans son environnement institutionnel, et c’est là un aspect de l’analyse qui s’est beaucoup développé sous l’influence de Douglass North (Institutions, Institutional Change, and Economic Performance, 1990).

Confrontée à ces exigences d’adaptation, soumise à la pression des tensions internes, mais aussi aux changements qui affectent l’environnement, l’organisation innove, ou disparaît. Le thème de l’innovation, longtemps appréhendé sous le seul angle technologique, est devenu un axe de recherche important en théorie des organisations. Les changements de structures et les modifications d’agencement entre agents au sein de l’organisation deviennent un élément indispensable à la compréhension de l’invention technique et surtout de sa mise en application, qui conditionne les performances et donc le dynamisme, voire la simple survie de l’organisation

L’analyse des organisations en est encore à ses débuts. Elle reste un chantier largement ouvert et constitue un domaine privilégié d’intersection entre l’économie, les sciences de gestion et les sciences sociales.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

14-30 avril 2020 États-Unis. Suspension de la contribution au financement de l'OMS.

Ce plan d’aide, le quatrième depuis le début de l’épidémie, porte à près de 3 000 milliards de dollars le montant total du programme de soutien fédéral à l’économie. Le 29, le département du Commerce évalue à 4,8 p. 100 la contraction du PIB au premier trimestre. Le 30, le nombre de morts de la Covid-19 dans le pays s’élève à environ soixante-trois mille. […] Lire la suite

1er-31 mars 2020 France. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Le 27 également, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire exclut le versement de dividendes en 2020 par les entreprises qui bénéficient d’aides de l’État dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Le 31, le nombre de victimes de la Covid-19 mortes à l’hôpital s’élève à plus de trois mille cinq cents dans le pays. Près de vingt-deux mille sept cents personnes infectées sont hospitalisées, dont près de cinq mille cinq cents en réanimation ou en soins intensifs. […] Lire la suite

11-23 mars 2020 Union européenne. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Le 12, Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne, appelle les États européens à « une réponse budgétaire ambitieuse et collective » pour soutenir l’économie face à la crise sanitaire, et à ne « pas s’attendre à ce que les banques centrales soient la première ligne de défense ». Elle laisse entendre que la BCE n’a pas pour mission de resserrer les écarts entre les taux des obligations des États de la zone euro – le « spread ». […] Lire la suite

6-29 octobre 2019 Syrie. Intervention turque dans le Nord-Est.

Dans le même temps, il menace la Turquie d’« anéantir son économie » si elle « dépasse les bornes ». Dans la journée, alors que le Pentagone déclare ne pas cautionner l’intervention turque, l’administration américaine n’évoque plus que l’évacuation d’un « petit nombre » de soldats de certains secteurs de la région. Le 9, les forces turques bombardent plusieurs villes du Nord-Est avant de pénétrer, avec leurs alliés de l’Armée nationale syrienne (ex-Armée syrienne libre), dans les territoires contrôlés par les FDS. […] Lire la suite

4 septembre 2019 Iran. Poursuite du bras de fer entre Washington et Téhéran.

Hassan Rohani accorde aux États européens signataires de l’accord sur le nucléaire un délai supplémentaire de deux mois pour pallier les effets des sanctions américaines sur l’économie iranienne, avant de continuer à s’affranchir de l’accord de 2015. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude MÉNARD, « ORGANISATION, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-economie/