ORGANISATION, économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Coûts de transaction, incitations, compétences

On ne dispose pas, en l’état actuel de la recherche, de théorie unifiée et incontestable des organisations formelles. La théorie des coûts de transaction, inspirée de Ronald Coase (« The Nature of the Firm », 1937) et développée par Oliver Williamson (The Mechanisms of Governance, 1996), tend à prédominer. Elle s’est imposée autour de trois questions principales. La première concerne l’explication de l’existence des organisations, que l’analyse économique standard n’arrivait pas à justifier de façon satisfaisante, se contentant d’invoquer des déterminants essentiellement technologiques. Dans la lignée de Coase, on a pu établir que dans un univers où les transactions entraînent des coûts, le marché n’est pas toujours la solution la plus efficace ; des solutions alternatives, par exemple l’entreprise, peuvent dans certaines conditions se révéler plus avantageuses. La deuxième question éclairée par l’approche transactionnelle découle de ce qui précède : s’il existe des solutions alternatives, laquelle choisir ? L’analyse des déterminants des « coûts de transaction » fournit des outils pour comprendre ces arbitrages. Enfin, une troisième question conduit à ouvrir la « boîte noire » que fut longtemps l’entreprise pour la théorie économique : quelles caractéristiques internes à l’organisation formelle peuvent expliquer ces différentiels de coûts par rapport au marché, et donc permettre de comprendre pourquoi la solution « entreprise » peut souvent être supérieure à celle du recours au « marché » dans l’organisation des transactions.

Une autre approche, la théorie de l’agence, suppose implicitement acquis le résultat dérivé de Coase puisqu’elle postule l’existence des organisations. La question centrale, formulée par Michael Jensen et William Meckling (1976), devient alors celle des incitations que l’organisation doit mettre en place pour amener les « agents » à prendre des décisions et à entreprendre des actions conformes aux intérêts du « principal », le détenteur ultime des droits de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude MÉNARD, « ORGANISATION, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-economie/