ORGANISATION, économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Coûts de transaction, incitations, compétences

On ne dispose pas, en l’état actuel de la recherche, de théorie unifiée et incontestable des organisations formelles. La théorie des coûts de transaction, inspirée de Ronald Coase (« The Nature of the Firm », 1937) et développée par Oliver Williamson (The Mechanisms of Governance, 1996), tend à prédominer. Elle s’est imposée autour de trois questions principales. La première concerne l’explication de l’existence des organisations, que l’analyse économique standard n’arrivait pas à justifier de façon satisfaisante, se contentant d’invoquer des déterminants essentiellement technologiques. Dans la lignée de Coase, on a pu établir que dans un univers où les transactions entraînent des coûts, le marché n’est pas toujours la solution la plus efficace ; des solutions alternatives, par exemple l’entreprise, peuvent dans certaines conditions se révéler plus avantageuses. La deuxième question éclairée par l’approche transactionnelle découle de ce qui précède : s’il existe des solutions alternatives, laquelle choisir ? L’analyse des déterminants des « coûts de transaction » fournit des outils pour comprendre ces arbitrages. Enfin, une troisième question conduit à ouvrir la « boîte noire » que fut longtemps l’entreprise pour la théorie économique : quelles caractéristiques internes à l’organisation formelle peuvent expliquer ces différentiels de coûts par rapport au marché, et donc permettre de comprendre pourquoi la solution « entreprise » peut souvent être supérieure à celle du recours au « marché » dans l’organisation des transactions.

Une autre approche, la théorie de l’agence, suppose implicitement acquis le résultat dérivé de Coase puisqu’elle postule l’existence des organisations. La question centrale, formulée par Michael Jensen et William Meckling (1976), devient alors celle des incitations que l’organisation doit mettre en place pour amener les « agents » à prendre des décisions et à entreprendre des actions conformes aux intérêts du « principal », le détenteur ultime des droits de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

États-Unis. Suspension de la contribution au financement de l’OMS. 14-30 avril 2020

Le 14, le président Donald Trump annonce la suspension de la contribution des États-Unis au financement de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), jusqu’à la conclusion d’« une étude pour examiner le rôle de l’OMS dans la mauvaise gestion et la dissimulation de la propagation du coronavirus […] Lire la suite

Union européenne. Lutte contre l’épidémie de Covid-19. 11-23 mars 2020

partielles ou totales de leurs frontières. Le 12, Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne, appelle les États européens à « une réponse budgétaire ambitieuse et collective » pour soutenir l’économie face à la crise sanitaire, et à ne « pas s’attendre à ce que les banques centrales […] Lire la suite

France. Lutte contre l’épidémie de Covid-19. 1er-31 mars 2020

les plus touchées. Le 13, Édouard Philippe annonce l’interdiction des rassemblements de plus de cent personnes. Le 14, le gouvernement enclenche la phase 3 du plan Orsan (Organisation de la réponse du système de santé en situations sanitaires exceptionnelles) qui vise à limiter les effets de la pandémie […] Lire la suite

Syrie. Intervention turque dans le Nord-Est. 6-29 octobre 2019

les forces kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), principale composante des Forces démocratiques syriennes (FDS) qui combattent l’organisation État islamique (EI). Le 7, Donald Trump, dont la décision est contestée dans les rangs républicains, déclare que les Kurdes, qui « combattent […] Lire la suite

Iran. Poursuite du bras de fer entre Washington et Téhéran. 4 septembre 2019

l’Organisation de l’énergie atomique iranienne de « prendre toutes mesures nécessaires en matière de recherche et de développement ». Téhéran était déjà revenu sur certains de ses engagements en mai. Hassan Rohani accorde aux États européens signataires de l’accord sur le nucléaire un délai supplémentaire de deux mois pour pallier les effets des sanctions américaines sur l’économie iranienne, avant de continuer à s’affranchir de l’accord de 2015. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude MÉNARD, « ORGANISATION, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-economie/