O.E.A. (Organisation des États américains)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

O.E.A. (Organisation des États américains)

O.E.A. (Organisation des États américains)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Organisation des États américains : drapeau

Organisation des États américains : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

1945 à 1962. La décolonisation

1945 à 1962. La décolonisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 3 médias de l'article


carte : O.E.A. (Organisation des États américains)

O.E.A. (Organisation des États américains)

Antigua-et-Barbuda, Argentine, Bahamas, Barbade, Belize, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Dominicaine (république), Dominique, Équateur, États-Unis, Grenade, Guatemala, Guyana, Haïti, Honduras, Jamaïque, Mexique, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou,... 

Afficher

Instituée le 30 avril 1948 par les États qui participaient à la IXe conférence panaméricaine réunie à Bogotá, l'Organisation des États américains (O.E.A.) regroupe l'ensemble des États souverains de l'Amérique. Sa charte constitutive lui donne pour objectifs d'œuvrer au renforcement de la paix et de la sécurité sur le continent, d'assurer le règlement pacifique des différends entre États, de défendre la pleine souveraineté de chacun d'eux, de favoriser enfin la coopération économique, sociale et culturelle sur le continent. Les principaux organes de l'O.E.A. sont l'Assemblée générale (qui se réunit tous les ans), la Consultation des ministres des Affaires étrangères (convoquée pour le règlement de toute situation présentant un caractère d'urgence) et le Conseil permanent, comprenant un représentant par pays membre et dont le siège est à Washington.

Sous l'impulsion des États-Unis, l'O.E.A. tend à étendre l'application de la doctrine de Monroe à tout le continent ; en son sein, les États-Unis jouissent du droit d'adopter, sans consultation préalable des autres États, toute mesure de légitime défense. Dans la plupart des conflits importants survenant sur le continent, l'O.E.A. apporte son soutien au gouvernement de Washington. Ainsi, en 1962, l'O.E.A. manifeste l'opposition des États américains à l'aide que Cuba apporte aux foyers de guérilla. Mais le soutien apporté par les États-Unis au Royaume-Uni lors de la guerre des Malouines a dénié l'organisation. Et elle a condamné l'intervention militaire de Washington au Panamá en 1989.

Les efforts de Washington pour évincer de l'Organisation un pays dont l'« idéologie communiste » est déclarée « incompatible avec le système interaméricain » conduisent tous les pays membres à voter l'exclusion du gouvernement de Cuba ; seul l'Uruguay s'abstient. Toutefois, en tant que pays, Cuba est toujours considéré comme État membre et sa réintégration complète dans l'organisation a été demandée par plusieurs États membres, dont le Venezuela et le Mexique.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  O.E.A. (Organisation des États américains)  » est également traité dans :

ALLIANCE POUR LE PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 920 mots

Créée le 13 mars 1961 à Washington, l'Alliance pour le progrès (Alianza para el progreso) est lancée en août par la conférence de Punta del Este qui définit ses objectifs et ses organes d'exécution. L'effort entrepris s'inscrit dans la ligne politique inaugurée par les États-Unis, en 1895, lors de la première conférence panaméricaine de Washington et prolongée juridiquement par l'adoption en avril […] Lire la suite

COSTA RICA

  • Écrit par 
  • Marie-Chantal BARRE, 
  • Noëlle DEMYK, 
  • Marcel NIEDERGANG
  • , Universalis
  •  • 4 258 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les luttes intérieures »  : […] Deux centrales syndicales, une socialiste et une démocrate-chrétienne, existaient déjà après la guerre de 1914-1918. La centrale chrétienne Rerum novarum, fondée en 1920, collabore à l'occasion avec les partis de gauche. En 1948, le collège électoral qualifie de frauduleuses les élections présidentielles marquées par la victoire d'Otilio Ulate sur Calderón Guardia. Le président sortant Teodoro Pic […] Lire la suite

CUBA

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY, 
  • Janette HABEL, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT, 
  • Victoire ZALACAIN
  •  • 24 414 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Conflits avec l'impérialisme nord-américain »  : […] Au début de 1960, les événements se précipitent et vont déclencher une accélération du processus de rupture avec les États-Unis. Irrité par l'expropriation de 1 200 000 hectares appartenant à ses citoyens, l'État fédéral ne renouvelle pas le Sugar Act et décide le 10 octobre l'embargo total sur les exportations et importations cubaines en vertu de l'Export Control Act. À partir du mois de juillet […] Lire la suite

DROITS DE L'HOMME

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Gérard COHEN-JONATHAN, 
  • Pierre LAVIGNE, 
  • Marcel PRÉLOT
  • , Universalis
  •  • 24 043 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le système interaméricain »  : […] La charte de l'Organisation des États américains proclame que le respect des droits fondamentaux de la personne humaine est un principe essentiel. Dans le prolongement de cette disposition, les États membres devaient adopter, dès 1948, quelques mois avant le vote de la Déclaration universelle, la Déclaration américaine des droits de l'homme, qui couvre aussi bien les droits civils et politiques q […] Lire la suite

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

Dans le chapitre « Formation de deux blocs antagonistes »  : […] Très vite, l’opposition entre les États-Unis et l’URSS aboutit à la constitution de deux blocs rivaux qui divisent le monde. Cet antagonisme est d’abord idéologique : le modèle capitaliste des États-Unis, fondé sur la démocratie parlementaire, la libre entreprise et la société de consommation, s’oppose au modèle communiste de l’URSS, fondé sur le parti unique, l’économie collectivisée et l’idéal […] Lire la suite

HAÏTI

  • Écrit par 
  • Jean Marie THÉODAT
  • , Universalis
  •  • 8 677 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Une nation en chantier, un État en faillite  »  : […] La nation haïtienne, soudée par une culture forte et une solidarité sans faille entre les générations, témoigne d'une vitalité dont les artistes sont les témoins les plus crédibles et les plus fidèles interprètes. Par sa peinture (Saint-Brice, Hyppolite), sa littérature (Jacques Roumain, Jacques Stephen Alexis), sa musique, le pays exerce un rayonnement culturel disproportionné et paradoxal compte […] Lire la suite

INTERNATIONALES ORGANISATIONS

  • Écrit par 
  • Patrick RAMBAUD
  •  • 11 233 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « De la Société des Nations à l'Organisation des Nations unies »  : […] La création de la Société des Nations (dont le pacte est annexé aux traités de paix de 1919) répond à une initiative du président des États-Unis Thomas W.  Wilson qui, dans son message du 8 janvier 1918 sur la paix future, avait préconisé la création d'« une société générale des nations ayant pour objet de fournir des garanties réciproques d'indépendance politique et territoriale aux petits comm […] Lire la suite

MISE EN PLACE D'UN MONDE BIPOLAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 447 mots

1945 Conférence de Yalta (4-11 février). Capitulation allemande à Berlin (8 mai). Signature de la capitulation sans condition du Japon (2 septembre). 1946 Discours de Churchill à Fulton dénonçant le « rideau de fer » s'abattant sur le continent européen (5 mars). 1947 Discours de Truman définissant sa « doctrine » (12 mars). Marshall propose un plan d'aide à la reconstruction de l'Europe (5 jui […] Lire la suite

PANAMÉRICANISME

  • Écrit par 
  • René Jean DUPUY
  •  • 4 056 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le panaméricanisme du bon voisinage »  : […] L'avènement au pouvoir, en 1933, du président Roosevelt se produit la même année que celui de Hitler. La Seconde Guerre mondiale est en marche, et le nouvel hôte de la Maison-Blanche, qui la prévoyait, jugea indispensable de reconquérir la confiance des républiques du Sud afin d'avoir en elles des alliés sûrs. Dès son discours inaugural, il s'adressait à l'Amérique latine et annonçait la mise en p […] Lire la suite

PUNTA DEL ESTE CONFÉRENCES DE (1961 et 1967)

  • Écrit par 
  • Jean MAILLET
  •  • 319 mots

La première Conférence de Punta del Este (Uruguay), qui réunit en 1961 les États membres de l'Organisation des États américains, fut marquée par la signature de la Charte créant l'Alliance pour le progrès. Ce pacte fut présenté par le président Kennedy comme l'instrument de nouveaux rapports, fondés sur une coopération plus efficace, entre les États-Unis et les États latino-américains. La Charte s […] Lire la suite

Les derniers événements

21-27 septembre 2009 Honduras. Retour à Tegucigalpa du président déchu Manuel Zelaya

Une sorte d'état de siège s'instaure, permettant les arrestations sans mandat par la police et par l'armée; le gouvernement interdit également l'entrée sur son territoire de quatre représentants de l'Organisation des États américains (O.E.A.).  […] Lire la suite

1er-24 juillet 2009 Honduras. Tentatives de conciliation après le coup d'État

Le 1er, l'Organisation des États américains (O.E.A.) fixe un ultimatum de 72 heures au gouvernement putschiste de Roberto Micheletti, ancien président du Congrès désigné par les députés pour succéder au président Manuel Zelaya qui a été destitué par l'armée le 28 juin, pour « le rétablissement immédiat, sûr et sans condition du président dans ses fonctions », menaçant de suspendre le Honduras de l'institution. […] Lire la suite

3-8 juin 2009 Cuba. Réintégration de Cuba dans l'Organisation des États américains

Le 8, dans une déclaration officielle, le régime castriste, tout en remerciant les pays qui l'ont défendu, annonce qu'il ne souhaite pas que Cuba réintègre l'O.E.A.  […] Lire la suite

7-12 juin 1994 Haïti. Renforcement des sanctions et des menaces américaines

Le 7, l'assemblée générale de l'Organisation des États américains (O.E.A.) adopte une résolution qui appuie les efforts de la communauté internationale en faveur du retour de la démocratie à Haïti, sans exclure l'éventualité de l'usage de la force pour y parvenir, solution dont les États-Unis s'affirment de plus en plus partisans. L'O.E.A. décide, symboliquement, de tenir sa prochaine assemblée générale, en 1995, à Port-au-Prince. […] Lire la suite

13-22 novembre 1992 Pérou. Tentative de putsch et élection de l'Assemblée constituante

Les observateurs de l'O.E.A. estiment que le scrutin s'est déroulé normalement.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

« O.E.A. (Organisation des États américains) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-des-etats-americains/