O.A.S. (Organisation de l'armée secrète)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

L'O.A.S.

L'O.A.S.
Crédits : Hulton Getty

photographie

Barricades à Alger, janvier 1960

Barricades à Alger, janvier 1960
Crédits : Hulton Getty

photographie

Affrontement entre l'armée française et l'O.A.S.

Affrontement entre l'armée française et l'O.A.S.
Crédits : Hulton Getty

photographie


Tout au long des huit années de la guerre d'Algérie, tant du côté algérien que du côté français, et pour les innombrables tendances de chacune des parties, la multitude des sigles est une des particularités du conflit. Au combat armé répond le combat des slogans, des manifestes, des mouvements. C'est sur les trois lettres qui baptisent l'Organisation de l'armée secrète que s'achèvera cette guerre des sigles. Dernière-née, en effet, l'O.A.S. est l'organisation qui, du côté des partisans de l'Algérie française, survivra à toutes les décisions officielles, y compris, un temps, aux accords d'Évian.

L'O.A.S.

L'O.A.S.

Photographie

Les partisans de l'Algérie française couvrent les murs, en France comme en Algérie (ici à Oran), du sigle O.A.S. (Organisation de l'armée secrète), en 1962. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Mise sur pied selon les formules d'une organisation militaire qui se veut représentative et officielle, mais ne peut être que par les moyens de la clandestinité, l'O.A.S. n'est ni un parti politique (des hommes qui n'ont pas les mêmes options s'y retrouvent) ni un mouvement idéologique, mais plutôt, sous l'impulsion d'hommes qui ne sont pas sans aspirations politiques ou idéologiques, un point de rencontre où civils et militaires se retrouvent, pour des raisons d'intérêt ou d'honneur, de passions partisanes ou d'attachement affectif, dans la même révolte. Cette conjonction de bonnes volontés désintéressées et d'ambitions déçues, de civils désemparés et de « soldats perdus » ne pouvait constituer une organisation efficace dans ses buts. Non seulement le processus de décolonisation, mais aussi l'impossibilité d'une union dans les esprits comme d'une unité dans l'action devaient fatalement aboutir à l'échec de l'O.A.S.

C'est après la « semaine des barricades » que Pierre Lagaillarde donne au regroupement de diverses organisations antigaullistes, comme le Front pour l'Algérie française et France-Résurrection, le nom d'Organisation de l'armée secrète ; créateur du sigle, Lagaillarde n'aura guère d'autre rôle dans l'O.A.S., qui, à sa naissance, avec Susini, Canal et Pérez, est surtout l'affaire des civils. Au lendemain du putsch d'avril 1961, le chef en sera le général Salan, qu'a rejoint, pour u [...]

Barricades à Alger, janvier 1960

Barricades à Alger, janvier 1960

Photographie

Lors de la "semaine des barricades" à Alger, en janvier 1960, les pieds-noirs manifestent leur refus d'une évolution politique de l'Algérie. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  O.A.S. (Organisation de l'armée secrète)  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Algérie »  : […] Ce qui fut dénommé d'abord les « événements » d'Algérie , car on ne voulait pas leur reconnaître le caractère d'une guerre, avait commencé, le 1 er novembre 1954, par une série d'attentats qui n'avaient effectivement pas l'envergure d'un véritable soulèvement populaire. Ils n'étaient pourtant ni négligeables ni imprévisibles. La révolte avait déjà […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/#i_37694

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 026 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La création de l'O.A.S. »  : […] Le 8 janvier 1961, le référendum sur la politique d'autodétermination en Algérie donne à de Gaulle une large majorité, y compris en Algérie, où seules les grandes villes ont voté contre. Au nom du gouvernement français, Georges Pompidou peut alors entamer discrètement, en Suisse, des pourparlers avec le F.L.N. Au lendemain de la rencontre entre l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie/#i_37694

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 834 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Décolonisation et fin de la guerre d'Algérie »  : […] Le problème le plus urgent à régler était bien sûr celui de l'Algérie mais c'était aussi le plus explosif et le plus difficile à traiter. Le général ne semble d'ailleurs pas avoir eu à l'époque une position très arrêtée. Lors de son voyage en Algérie au début de juin 1958, il reste d'une grande prudence, même si ses propos sont interprétés comme ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-la-periode-gaullienne-1958-1969/#i_37694

GUERRE D'ALGÉRIE, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 227 mots
  •  • 1 média

Le 1 er novembre 1954, les différentes tendances du nationalisme algérien, unifiées dans le nouveau Front de libération nationale (F.L.N.), déclenchent une insurrection armée contre la France, métropole de l'Algérie depuis 1830. La révolte prend vite de l'ampleur et, de janvier à septembre 1957, la « bataille d'Alger » sème la panique parmi les co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-d-algerie-en-bref/#i_37694

JOUHAUD EDMOND (1905-1995)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 868 mots
  •  • 1 média

Nul mieux qu'Edmond Jouhaud n'aura su incarner avec fougue et sincérité la cause de l'«  Algérie française » . Par ses origines, sa bravoure, son tempérament bouillant, son sens de la solidarité, son physique robuste et bien méditerranéen, il est en quelque sorte le « pied-noir » type, dont la carrière, la révolte et les malheurs ne cesseront de no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmond-jouhaud/#i_37694

POLICE EN FRANCE DE LA LIBÉRATION À NOS JOURS

  • Écrit par 
  • René LÉVY
  •  • 5 033 mots

Dans le chapitre « Guerre froide, décolonisation, Mai-68 : priorité à la sauvegarde des régimes politiques »  : […] De l’après-guerre au milieu des années 1970, les questions policières sont largement surdéterminées par le contexte politique : le maintien de l’ordre et la préservation du régime politique dominent l’agenda policier. Sur le plan du maintien de l’ordre à l’intérieur, la IV e  République a d’abord dû faire face à un cycle de troubles liés à la guer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-en-france-de-la-liberation-a-nos-jours/#i_37694

SALAN RAOUL (1899-1984)

  • Écrit par 
  • Jean PLANCHAIS
  •  • 894 mots
  •  • 2 médias

La carrière mouvementée du général Raoul Salan, né le 10 juin 1899 à Roquecourbe (Tarn), a été étroitement liée aux conflits de la décolonisation. Il entre à Saint-Cyr en 1917. Aspirant en 1918, il prend part aux derniers combats de la Première Guerre mondiale dans les troupes coloniales. Il est blessé au Levant en 1921 puis envoyé, en 1924, en Ind […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raoul-salan/#i_37694

Pour citer l’article

Pierre-Robert LECLERCQ, « O.A.S. (Organisation de l'armée secrète) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-de-l-armee-secrete/