ORDRES RELIGIEUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Développement et diversification des institutions

De la réforme carolingienne (ixe siècle) à la réforme grégorienne (xie-xiie), tandis que s'accentuent cloisonnements et hiérarchies à l'intérieur de la société féodale et que prend naissance la science du droit canonique, les distinctions s'affirment et s'organisent de plus en plus entre les différentes catégories de chrétiens selon leur état de vie ou leur fonction, puis entre les différentes familles religieuses elles-mêmes, qu'on appelle désormais des « religions ».

Les décisions prises à Aix-la-Chapelle (815, 816), qui imposent des normes communes et le contrôle des visiteurs extérieurs aux habitants des cloîtres, contribuent à généraliser chez les moines et les moniales l'application effective de la règle bénédictine, à aménager la vie communautaire d'un plus grand nombre de clercs. La rédaction de coutumiers locaux, si elle consacre une certaine diversité des usages, reflète surtout et entretient le souci d'une existence juridiquement ordonnée jusque dans ses détails quotidiens.

C'est là le point de départ d'un développement institutionnel que renforcera notablement, dans le climat « romain » de la réforme grégorienne, le recours relativement fréquent aux approbations et garanties du Siège apostolique. Jouant de privilèges d'exemption, réformateurs et fondateurs substituent, à la tutelle de pouvoirs locaux extérieurs – laïques ou ecclésiastiques –, la tutelle, plus homogène, d'un ou plusieurs autres établissements religieux analogues. Des ensembles parfois considérables se forment ainsi, qui se caractérisent à la fois par leur manière de concevoir la vie claustrale et par le type de société qu'ils constituent. Le terme depuis longtemps classique d'ordo s'enrichit d'un nouveau sens. Quand des abbés cisterciens disent « notre ordre », ils entendent bien se distinguer de Cluny non seulement par l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ORDRES RELIGIEUX  » est également traité dans :

ABBAYE

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 4 585 mots
  •  • 3 médias

L'abbaye est un monastère gouverné par un abbé (lat. abbas , du syriaque abba  = père), peuplé de moines ou de chanoines réguliers. (Les abbayes de moniales sont gouvernées par une abbesse.) Parmi les premiers, les trois familles essentielles sont actuellement celles des bénédictins, des cisterciens et des chartreux – bien que ceux-ci n'aient ni abbaye ni abbé stricto sensu – auxquelles s'ajoutai […] Lire la suite

ABBAYES DE CLUNY - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 332 mots

909-910 L'abbaye de Cluny est fondée par le duc d'Aquitaine Guillaume III le Pieux sur l'un de ses domaines en Bourgogne. Elle fut placée sous la protection directe du pape. 910-927 Abbatiat de Bernon, le fondateur de l'ordre. Il lance alors le chantier de l'abbaye. 927-942 Abbatiat de saint Odon sous lequel fut terminée la première église abbatiale. 942-948 Abbatiat d'Aymar qui, grâce à ses r […] Lire la suite

BÉNÉDICTINS

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 5 517 mots

Sous le nom générique de Bénédictins (O.S.B., Ordo Sancti Benedicti, ordre de saint Benoît), on désigne les moines cénobites chrétiens, membres des nombreuses familles religieuses qui, au cours des siècles, ont pris pour loi fondamentale la règle de saint Benoît, composée au vi e  siècle. En 2005, on dénombrait dans le monde environ 8 000 moines bénédictins répartis dans 435 monastères ou prieuré […] Lire la suite

CAMALDULES

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 423 mots

Membres d'un ordre religieux qui eut pour origine la fondation d'un ermitage à Camaldoli, dans la haute vallée de l'Arno, en Toscane, vers 1023, et qui constitue une des plus durables réalisations, avec la Chartreuse et Grandmont, du puissant courant érémitique dont les manifestations furent nombreuses au xi e et au xii e  siècle. Originaire de Ravenne, le fondateur des Camaldules, saint Romuald […] Lire la suite

CANONIQUE DROIT

  • Écrit par 
  • Patrick VALDRINI
  •  • 8 014 mots

Dans le chapitre « Le droit des personnes »  : […] Le livre II du Code latin, un des sept livres de ce Code, est, sans aucun doute, l'ensemble législatif central tant par son contenu que par le nouvel équilibre qu'il présente par rapport au Code précédent. Ce dernier organisait les relations entre les personnes en référence, comme nous l'avons déjà dit, à une ecclésiologie où étaient développés les aspects hiérarchiques en raison de la menace que […] Lire la suite

CAPUCINS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 293 mots

Ordre religieux dont le groupe constitue l’une des trois branches actuelles de la famille franciscaine, les deux autres étant celle des franciscains et celle des conventuels. Cette congrégation a été fondée en 1525 à Ancône par un jeune « observant », Matthieu de Bascio. Prétendant restaurer la vie franciscaine primitive jusque dans la manière de se vêtir, les premiers « frères mineurs de la vie é […] Lire la suite

CARMEL

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY
  •  • 1 536 mots

Né au xii e  siècle, le Carmel, ordre mendiant voué à la solitude, à la prière et à l'apostolat, aime à se rattacher au prophète Élie. Illustré par de nombreux mystiques, Thérèse d'Avila, Jean de la Croix et Thérèse de Lisieux, il fut toujours considéré, en dépit des métamorphoses de l'institution, comme une des principales écoles d'oraison. […] Lire la suite

CARMES DÉCHAUX

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 294 mots

Branche masculine de la réforme du Carmel qu'a inaugurée sainte Thérèse d'Ávila. En 1568, Jean de la Croix et Antoine de Jésus commencent à vivre, dans le hameau de Duruelo, selon la règle primitive du Carmel telle qu'elle était pratiquée depuis 1562 au nouveau monastère féminin de Saint-Joseph, à Ávila. La descalcez (c'est-à-dire aller pieds nus dans des sandales) était comme le signe extérieur […] Lire la suite

CÉLESTINS

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 434 mots

Membres d'un ordre religieux qui est issu des Ermites de Saint-Damien, ou frères de l'Esprit saint (du nom de l'abbaye du Saint-Esprit, à Sulmona dans les Abruzzes). Ceux-ci formaient depuis plus d'un quart de siècle une branche érémitique de la famille monastique bénédictine lorsque Pierre de Morrone, un des animateurs du mouvement, devint pape sous le nom de Célestin V (1294). Le nom de Célestin […] Lire la suite

CHANOINES RÉGULIERS

  • Écrit par 
  • Patrice SICARD
  •  • 1 611 mots
  •  • 1 média

Dès les premiers siècles de l'Église, certains évêques, soucieux de mener avec leur clergé une vie de renoncement et de perfection évangéliques, groupèrent autour d'eux les clercs attachés au service de leur église. Dans la pauvreté volontaire, ils célébraient la liturgie et s'adonnaient au ministère pastoral. Ainsi saint Augustin (mort en 431), devenu évêque d'Hippone, voulut-il « avoir avec lu […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Dédommagement des victimes de violences sexuelles dans l’Église. 9 novembre 2019

La Conférence des évêques réunie à Lourdes (Hautes-Pyrénées) décide le versement d’une « somme d’argent unique et forfaitaire » aux victimes de violences sexuelles perpétrées par des prêtres ou des religieux, sans prise en compte du délai de prescription. La mesure « vise à reconnaître […] Lire la suite

Mexique. Responsabilité reconnue des autorités dans le massacre d'Acteal. 3-23 janvier 1998

la responsabilité des autorités administratives et policières du Chiapas dans le massacre de décembre 1997 qui serait lié à « divers contradictions et conflits d'ordres économiques, politique et religieux » consécutifs à l'émergence de l'E.Z.L.N. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André DUVAL, « ORDRES RELIGIEUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-religieux/