ORDRE SYMBOLIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ordre symbolique et désir

Jacques Lacan fera son miel de cette dimension inconsciente d'une structure, qui se définit chez lui expressément comme un « ordre » : « La découverte de Freud est celle du champ des incidences, en la nature de l'homme, de ses relations à l'ordre symbolique » (Écrits, 1966). La référence à la langue est toujours présente, puisqu'il s'agit de réinterpréter les catégories freudiennes de condensation et de déplacement à la lumière de catégories proprement linguistiques issues de Roman Jakobson, celles de métaphore (substitution) et de métonymie (combinaison). Si l'on peut parler d'ordre, c'est aussi parce qu'il s'agit de distinguer le symbolique des deux autres catégories essentielles : l'imaginaire, comme lieu de l'illusion constitué par l'identification primordiale, et le réel, comme reste échappant à toute symbolisation. Mais Lacan ne se contente pas de reformuler l'inconscient sous une forme linguistique (selon la célèbre formule « l'inconscient est structuré comme un langage »). On peut retrouver une dimension culturelle dans la problématique lacanienne. L'ordre symbolique, c'est certes le défilé des signifiants qui conditionne tout sujet, mais la notion d'ordre renvoie aussi aux structures de la parenté : si la chaîne des signifiants conditionne le désir, c'est aussi parce qu'elle s'ordonne autour de la loi de l'interdit de l'inceste.

Chacun de ces auteurs s'efforce de définir la spécificité de l'être humain comme être de symboles. Pour Cassirer, l'homme est source des différents mondes symboliques. Pour Lévi-Strauss, l'homme est être d'échange, les différents systèmes s'articulant à partir d'une logique qui est celle du langage, logique essentiellement inconsciente. Chez Lacan, la question porte sur le désir : l'ordre symbolique fait de l'homme un être de désir parce que la logique du langage est une logique du manque. Mais, au-d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, psychologue au centre médico-psychologique de Villeneuve-Saint-Georges

Voir aussi

Les derniers événements

1er octobre 2017 Cameroun. Répression des séparatistes anglophones.

l’ordre répriment violemment les manifestations regroupant des dizaines de milliers de militants séparatistes dans les deux provinces anglophones du pays – le Sud-Ouest et le Nord-Ouest –, à la suite de la proclamation symbolique de leur indépendance par Sisiku Ayuk, « président » de ce nouvel « État » baptisé « Ambazonie ». Les affrontements font  […] Lire la suite

7 novembre 1991 France. Annonce de la « délocalisation » d'une vingtaine d'organismes publics

symbolique est celui de l'École nationale d'administration (E.N.A.), qui doit quitter le VIIe arrondissement pour Strasbourg. En incluant une annonce du même ordre faite le 3 octobre, quatre mille deux cents emplois publics sont concernés. Les intéressés, qui apprennent la décision par voie de presse, réagissent pour la plupart avec hostilité à ces […] Lire la suite

1er-30 septembre 1990 Crise du Golfe. Échec des tentatives de négociation et renforcement des pressions internationales militaires et diplomatiques contre l'Irak

symbolique de saisir les avoirs financiers des États qui ont gelé les siens et ceux du Koweït. Le 20, Bagdad menace de détruire tous les champs pétrolières de la région en cas d'attaque contre son territoire. Les autorités irakiennes évoquent de nouveau, le 23, le recours à la « guerre totale » contre les pays pétroliers de la région, les États-Unis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alexandre ABENSOUR, « ORDRE SYMBOLIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-symbolique/