LIBÉRATION ORDRE DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Destiné à « récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées d'une manière exceptionnelle dans l'œuvre de libération de la France et de son empire », l'ordre de la Libération est fondé par Charles de Gaulle dès le 16 novembre 1940. Si le chef des Français libres considère qu’il incarne la légitimité, il se refuse alors à décerner des croix de guerre sauf pour « exploit contre l'ennemi ». Modifiée ultérieurement, le 7 janvier 1944, l'ordonnance signée à Brazzaville permet au général de Gaulle de nommer, le 29 janvier 1941, les cinq premiers compagnons ; il constitue le conseil de l’ordre. C’est en Palestine, à Qastina, le 26 mai suivant, que sont remises publiquement (tirées d’une enveloppe portée par Geoffroy de Courcel) les premières Croix dont celle du général Catroux.

Seuls 157 résistants des Forces françaises de l'intérieur (FFI) reçurent le ruban vert rayé de noir – couleurs du deuil et de l'espérance – supportant l'écu de bronze surmonté d’une croix de Lorraine, au revers duquel figure la devise latine Patriam servando, victoriam tulit (« En sauvant la patrie, il – elle – a remporté la victoire »).

De janvier 1941 à janvier 1946, 1 059 croix de la Libération furent décernées, dont 1 036 à des personnes – parmi lesquelles 750 militaires (dont 56 p. 100 d’officiers subalternes), 15 ecclésiastiques et seulement 6 femmes ; 271 personnes furent nommées à titre posthume et 108 moururent pour la France avant la fin de la guerre.

Deux croix supplémentaires furent ensuite attribuées par le général de Gaulle, unique grand maître de l'ordre, l'une à Winston Churchill le 18 juin 1958 et l'autre, à titre posthume, au roi George VI, le 2 avril 1960, à la veille du voyage officiel au Royaume-Uni du premier président de la Ve République.

Près de 17 p. 100 des compagnons naquirent hors du territoire métropolitain d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur en études politiques et en histoire, historien associé à la Délégation aux commémorations nationales du ministère de la Culture et de la Communication

Classification


Autres références

«  LIBÉRATION ORDRE DE LA  » est également traité dans :

BOISSIEU ALAIN DE (1914-2006)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 750 mots

« Ce sont ceux qui n'ont jamais voulu désespérer de la France qui l'incarnent ». Ces mots d'Alain de Boissieu saluant les cadets de Saumur à la BBC en 1942 devaient guider, soixante ans plus tard, le chancelier de l'ordre de la Libération pour les dix-sept allocutions qu'il eut à prononcer entre sa nomination le 26 septembre 2002 et sa mort, à Clamart, le 5 avril 2006. Son « Merci pour la France  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-de-boissieu/#i_57200

BOUCHINET-SERREULLES CLAUDE (1912-2000)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 673 mots

Claude Bouchinet-Serreulles, fils d'industriel, né le 26 janvier 1912 à Paris, licencié en droit et diplômé de l'École libre des sciences politiques, avait observé les méfaits du nazisme en 1937-1938 lorsqu'il avait été attaché du conseiller commercial à Berlin. Officier d'ordonnance du général de Gaulle à partir du 26 juillet 1940, son « ami et compagnon de toutes les heures » et un de ses truch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-bouchinet-serreulles/#i_57200

GALLEY ROBERT (1921-2012)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 660 mots
  •  • 1 média

Treize années de charges ministérielles, un fauteuil de maire occupé durant vingt-trois ans à Troyes, des mandats de parlementaire dans l'Aube pendant trente-quatre ans font de Robert Galley un homme politique marquant de la V e  République. Mais ce Français libre, nommé Compagnon de la Libération à vingt-quatre ans en 1945, a été aussi ingénieur et son rôle dans le dével […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-galley/#i_57200

GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 7 636 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le renouveau »  : […] Trois tâches s'imposent d'emblée : rebâtir l'État, rétablir la monnaie, et trouver une issue à la guerre d'Algérie. Celle-ci le sollicite d'abord. Dès le 4 juin, il est sur le Forum d'Alger – où a jailli la source de son nouveau pouvoir. A-t-il vraiment un projet algérien ? Ce qui est clair, c'est qu'il a d'abord considéré l'affaire algérienne comme un explosif susceptible de faire sauter les bar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-gaulle/#i_57200

JACOB FRANÇOIS (1920-2013)

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 1 838 mots
  •  • 1 média

François Jacob fut une figure majeure de la génétique et de la biologie moléculaire, un des penseurs parmi les plus pénétrants de l'histoire et de la philosophie des sciences du vivant. N'acceptant pas la capitulation de 1940, il intègre les Forces françaises libres, participe aux campagnes d'Afrique et de France. Il fut grièvement blessé, et la carrière de chirurgien à laquelle il s'était destin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-jacob/#i_57200

MESSMER PIERRE (1916-2007)

  • Écrit par 
  • Jean JOANA
  •  • 783 mots

Pierre Messmer est né le 20 mars 1916 d'un père industriel. Son engagement dans les Forces françaises libres, sa carrière de haut fonctionnaire colonial, puis ses responsabilités ministérielles, dès les premières années de la V e  République, ont progressivement fait de lui une des figures historiques du gaullisme, jusqu'à sa mort, le 29 août 2007. Breveté de l'École natio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-messmer/#i_57200

MOORE FRED (1920-2017)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 783 mots

Toujours Français l ibre  : par le titre de ses mémoires publiés deux ans après la fin de ses fonctions de dernier chancelier de l'ordre de la Libération, Fred Moore réaffirmait sa fidélité à l'engagement de ses vingt ans. Lors de l'hommage national qui lui fut rendu le 22 septembre 2017, six jours après son décès survenu à Paris, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fred-moore/#i_57200

MURACCIOLE JULES (1906-1995)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 688 mots

« Jules Muracciole, c'est le dernier carré », cette phrase d'André Malraux à propos du secrétaire général de l'ordre de la Libération fut citée à sa mort, le 22 octobre 1995, par le général Simon, chancelier de l'Ordre, qui la compléta pour résumer l'engagement de ce grognard du gaullisme : dernier carré à Londres en juin 1940, dernier carré à Bir Hakeim, dernier carré des survivants. Né à Sète, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-muracciole/#i_57200

Pour citer l’article

Charles-Louis FOULON, « LIBÉRATION ORDRE DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-de-la-liberation/