ORDONNANCES ROYALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au sens courant, sous l'Ancien Régime, « édits généraux qui contiennent plusieurs dispositions en plusieurs matières différentes » quoique ce ne soient effectivement que des édits ; au sens technique, ordres royaux avec la signature du roi et le contreseing d'un secrétaire d'État, mais sans adresse ni sceau. Jusqu'à l'ordonnance de 1629, dite code Michau, elles sont dites de réformation et sont surtout destinées à limiter ou à délimiter les compétences des grands organes de l'État et de l'administration tout en restreignant les abus ; une même ordonnance touche aux domaines les plus variés, et parfois sans liaison apparente. Dans la seconde partie du xviie siècle, l'habitude s'instaure de régler chaque problème par une ordonnance distincte. Les ordonnances portent le grand sceau royal apposé par le chancelier et, depuis François Ier, la mention « car tel est notre bon plaisir », ce qui ne signifie pas que le roi satisfait un caprice, mais ordonne ce qu'il juge convenable pour le bien public. Une ordonnance devait être enregistrée par la cour souveraine compétente avant d'être applicable dans son ressort, et ladite cour pouvait, à cette occasion, présenter au souverain des remontrances. Entre 1814 et 1830, les ordonnances royales sont des règlements édictés par le roi lui-même. Parmi ces dernières, les plus fameuses sont les quatre ordonnances de Charles X (24 juill. 1830), suspendant en particulier la liberté de la presse, qui provoquèrent les journées révolutionnaires, dites les Trois Glorieuses, et la chute des Bourbons.

—  Olivier COLLOMB

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ORDONNANCES ROYALES  » est également traité dans :

ÉDITS ROYAUX

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 87 mots

Actes législatifs, émanant du roi de France, établis sous forme de lettres patentes, scellées de cire verte du grand sceau royal. La cire verte était traditionnellement employée pour les actes devant avoir un effet prolongé. Contrairement aux ordonnances qui portent toutes une série de dispositions sur des questions différentes et s'appliquent toujours à l'ensemble du royaume, l'édit porte sur un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edits-royaux/#i_23785

ÉTATS GÉNÉRAUX, France

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 3 096 mots

Dans le chapitre « Les tentatives pour limiter le pouvoir royal »  : […] À plusieurs reprises, les états ont demandé au roi la périodicité des tenues. Ils ne l'ont obtenue que de 1355 à 1358 et la demande formulée à nouveau en 1560, 1576 et 1614 n'a jamais été suivie d'effet. De même, bien que les grandes ordonnances de 1561 et 1579 retiennent bon nombre de suggestions faites par les états généraux, la monarchie a toujours refusé que les cahiers de doléances aient for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-generaux-france/#i_23785

Pour citer l’article

Olivier COLLOMB, « ORDONNANCES ROYALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordonnances-royales/