ORDET, film de Carl Theodor Dreyer

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La puissance de la parole

L'action du film tient en moins de deux jours. Nous sommes dans une grosse ferme du Jutland, dans les années 1920. Le maître de maison, Borgen, un veuf, a trois fils ; l'aîné, Mikkel, est marié et père de deux petites filles ; le deuxième, Johannes, est atteint d'une folie mystique, qui le fait s'identifier au Christ ; le plus jeune, Anders, est amoureux d'Anne, la fille du tailleur Peter Petersen. Borgen a une conception très stricte de la religion chrétienne ; il se désole de l'athéisme de Mikkel et de l'échec de Johannes à devenir celui qui prêcherait la « vraie foi » ; il interdit à Anders de fréquenter Anne, parce que Petersen est d'une obédience différente de la sienne. Entre Borgen et Petersen, le pasteur, membre de l'église d'État, représente la religion tiède et superficiellement conciliatrice. Dans ce monde d'hommes, Inger, l'épouse de Mikkel, est la seule force positive, d'autant qu'elle attend un nouvel enfant. L'accouchement se révèle désastreux, et le médecin ne réussit à sauver ni l'enfant – qu'il doit littéralement couper en morceaux – ni la mère, qui meurt des suites de ces couches sanglantes. Au chevet de la jeune morte, Johannes accepte de prononcer une prière qui, miraculeusement, va redonner la vie. Le film s'achève sur cette résurrection, la réconciliation des familles Borgen et Petersen et la conversion de Mikkel.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  ORDET, Carl Theodor Dreyer  » est également traité dans :

ORDET (C. Dreyer)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 197 mots

Ordet, c'est-à-dire la « Parole », ou plus exactement le Verbe dont nous parle la Bible. La puissance, après un demi-siècle, du film de Carl Dreyer (1889-1968) tient pourtant plus au silence qu'à la voix. Silence qui accompagne, sur la bande sonore du film, le moment où Johannes, le fils « perdu » qui parcourt les dunes en se prenant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « ORDET, film de Carl Theodor Dreyer », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ordet-carl-theodor-dreyer/