ORCHESTRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Historique de l'orchestre symphonique

Pendant une période assez longue de l'histoire de la musique, les compositeurs écrivaient indifféremment pour des instruments quelconques sans que leur nature et leurs caractéristiques interviennent en tant qu'éléments constitutifs de l'œuvre. Assez fréquemment, d'ailleurs, les parties instrumentales se bornaient à doubler et à renforcer les parties vocales. Dans le cas de la musique de chambre, lorsque des instruments possédaient des tessitures à peu près semblables, toute licence était laissée aux interprètes d'employer l'un ou l'autre. Il y eut ainsi de nombreuses sonates pour flûte ou violon, avec une basse continue confiée au clavecin ou à l'orgue. Peu à peu se constituèrent des « chapelles », ensembles permanents de musiciens auxquels étaient liés des compositeurs et exécutants de grand renom, et ces derniers pensèrent tout naturellement à profiter des ressources sonores qui leur étaient offertes par la présence des familles instrumentales diverses. D'après Hugo Riemann, Giovanni Gabrieli aurait été, vers 1600, à Venise, l'un des premiers compositeurs qui aient écrit pour l'orchestre (cf. a. et g. gabrieli). On peut, en effet, parler déjà d'un véritable orchestre attaché, dès avant le début du xviie siècle, à la basilique San Marco puisqu'on y trouve un ensemble des divers instruments à archet, des trombones, des trompettes et des flûtes. Il semble toutefois que, en répartissant en des « chœurs » différents les diverses parties de ses compositions instrumentales, Giovanni Gabrieli ait davantage souhaité un échelonnement des masses sonores et leur situation dans l'espace, plus qu'une véritable utilisation des timbres. Tout se passait comme si l'orchestre avait été une sorte de transposition de l'orgue, chaque famille instrumentale étant employée comme un registre, le compositeur n'indiquant, parfois, que le type d'instrument auquel telle ou telle partie devait être confiée. On opposait alors ces registres, celui des cordes (archets) à celui des vents (cuivres), des régales (jeux d'anches), du positif (jeux de flûtes) ou des cordes pincées (luths, harpes et clavecins), ou on les réunissait pour des tutti. Pour son Orfeo (1607), Monteverdi utilise ainsi les instruments qu'il emploie, et on peut donc retrouver la distribution en registres : 2 petits violons « à la française », 10 violes de bras (violons et altos), 3 violes de gambe et 2 contrebasses de viole, constituant ainsi la famille des cordes à archets ; 4 trompettes, 2 cornets et 5 trombones pour la famille des vents (cuivres) ; 2 orgues pour les jeux de fond et 1 orgue régale (jeux d'anches) ; 2 hautbois et 2 petites flûtes pour la famille des bois ; enfin, 2 clavecins, 1 harpe et 2 luths représentant les cordes pincées. C'est alors que l'importance d'œuvres comme les Concertos brandebourgeois de Bach (1721) apparaît considérable. Il s'agit, en effet, d'une conception musicale nouvelle dans laquelle l'auteur s'efforce de mettre en valeur chaque timbre, chaque instrument, en fonction de sa propre individualité, tout en le faisant participer à l'ensemble. À la même époque, les symphonistes de l'école de Mannheim (Johann Stamitz, Franz Xaver Richter, Ignaz Holzbauer ; cf. école de mannheim) contribuèrent grandement à la formation de l'orchestre moderne en individualisant les instruments à vent et en les opposant aux cordes. En 1731, Johann Adolf Hasse devint, à Dresde, le chef d'un orchestre qui, en cette époque, était considéré comme un orchestre modèle. On y comptait 8 premiers violons, 7 seconds violons, 4 altos, 3 violoncelles, 3 contrebasses, 2 flûtes, 5 hautbois, 5 bassons, 2 cors, des trompettes en nombre variable et un timbalier, instruments auxquels s'ajoutaient deux clavecins (dont l'un destiné à réaliser les basses continues pour accompagner les chanteurs).

Vers la fin du xviiie siècle, les instruments à cordes pincées disparurent de l'orchestre, à l'exception de la harpe ; en revanche, la clarinette y fit son entrée. On est alors en présence de l'orchestre de Haydn et de Mozart. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Clarinette basse : exemple sonore (1)

Clarinette basse : exemple sonore (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

musique

Clarinette basse : exemple sonore (2)

Clarinette basse : exemple sonore (2)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

musique

Clarinette contrebasse : exemple sonore (1)

Clarinette contrebasse : exemple sonore (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

musique

Orchestre

Orchestre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de composition au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

Classification

Autres références

«  ORCHESTRE  » est également traité dans :

BASIE WILLIAM dit COUNT (1904-1984)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 867 mots

Dans le chapitre « De Kansas City à New York »  : […] William « Bill » Basie naît à Red Bank (New Jersey) le 21 août 1904. Il s'initie dès l'enfance à la batterie et, sous la surveillance de sa mère, au piano. Il prend des leçons avec Willie « The Lion » Smith et avec Fats Waller, qui lui fait aussi découvrir l'orgue. On peut l'entendre à Harlem alors qu'il approche de ses vingt ans. Bessie Smith et Clara Smith le retiennent comme accompagnateur. En […] Lire la suite

B.B.C. ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE LA

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 636 mots
  •  • 1 média

Fondé à Londres en 1930 pour donner des concerts diffusés en direct sur l'antenne de la B.B.C., l'Orchestre symphonique de la B.B.C. (B.B.C. Symphony Orchestra) voit son profil d'activité se diversifier avec l'essor du disque, et il commence à donner régulièrement des concerts publics après la Seconde Guerre mondiale. Son principe de fonctionnement est devenu comparable à celui des autres grands o […] Lire la suite

BERLIN ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 295 mots
  •  • 4 médias

Fondé en 1882, l'Orchestre philharmonique de Berlin (Berliner Philharmonisches Orchester) a toujours été considéré comme l'une des meilleures et des plus prestigieuses formations symphoniques du monde. Son homogénéité, l'élan collectif qui s'en dégage reflètent dans ce qu'elle a de plus fort la tradition des orchestres allemands : discipline, insertion progressive des instrumentistes, qui gravisse […] Lire la suite

BOLLING CLAUDE (1930-2020)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 698 mots

Pianiste, compositeur et chef d’orchestre, Claude Bolling se jouait des frontières qui séparent, en Europe, œuvres classiques, jazz, chanson et musique de film. Il aura été l’un des ultimes défenseurs du mainstream, c’est-à-dire de l’ère du swing. Né le 10 avril 1930 à Cannes, Claude Bolling grandit à Paris. Dès l’enfance, il montre des talents pour le dessin puis la musique. Durant l’Occupation, […] Lire la suite

BOSTON ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 769 mots
  •  • 4 médias

L'Orchestre symphonique de Boston (Boston Symphony Orchestra) fut fondé en 1881 par un banquier mélomane, le major Henry Lee Higginson (1834-1919), qui versa chaque année 50 000 dollars pour en assurer le fonctionnement. Convaincu de la supériorité des musiciens allemands, il fit appel à des chefs d'origine austro-allemande : Georg Henschel (1881-1884), Wilhelm Gericke (1884-1889 et 1898-1906), Ar […] Lire la suite

BOULEZ PIERRE

  • Écrit par 
  • Michel FANO
  •  • 4 054 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le chef d'orchestre »  : […] Cependant, bien que toujours parallèle à l'œuvre elle-même, une sorte de « pédagogie appliquée » succède bientôt à l'expression écrite ou universitaire de la pensée théorique. Il s'agit de la direction d'orchestre. Amené par les circonstances, en 1957, à diriger son Visage nuptial , Pierre Boulez devait, là encore, repenser fondamentalement un métier aujourd'hui intégré à son œuvre. Ses interpréta […] Lire la suite

CHAMBRE MUSIQUE DE

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON, 
  • Marc VIGNAL
  •  • 5 482 mots
  •  • 1 média

Au sens moderne, « musique de chambre » est une expression générique s'appliquant à des compositions pour un petit nombre d'instruments solistes. Jusqu'à la fin du xvii e  siècle, avant l'apparition des concerts publics, le terme désigne une musique destinée à être jouée chez un particulier, fût-ce un roi, par opposition à la musique d'église et à la musique de théâtre (Louis XIV crée la charge de […] Lire la suite

CHAPELLE, musique

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 1 050 mots

Le terme de « chapelle » entre dans la définition d'une série de notions, d'institutions et de fonctions musicales. La longue évolution du mot lui-même, l'évolution surtout des idées, celles de la musique et du cadre social font de cet ensemble un tissu de contradictions et d'incohérences, dans lequel il n'est pas aisé de mettre un peu d'ordre. Les choses se clarifient cependant si l'on suit le fi […] Lire la suite

CHICAGO ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 673 mots
  •  • 3 médias

Fondé en 1891 par Ferdinand W. Peck sous le nom d'Orchestre de Chicago, il ne connaît, pendant plus d'un demi-siècle, que deux directeurs musicaux, Theodore Thomas (1891-1905) et Frederick Stock (1905-1942), tous deux d'origine allemande. Entre 1906 et 1912, il porte le nom de Theodore Thomas Orchestra avant d'adopter son intitulé actuel de Chicago Symphony Orchestra. Dès 1904, il possède sa pro […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 6 507 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La musique du muet »  : […] Selon l'importance de la salle, tant en matière de chalandise que de capacité et de hiérarchie, les moyens de diffusion de la musique étaient divers. Il pouvait s'agir d'un simple appareil de reproduction mécanique, tel le Gramophone, ou bien, et généralement, d'instrumentistes auxquels venait parfois s'adjoindre, avant l'usage des intertitres, un bonimenteur qui pouvait être l'« aboyeur » chargé […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7-15 novembre 2021 Nicaragua. Élections générales.

Le 15, Washington annonce des sanctions contre le parquet fédéral du Nicaragua et neuf hauts responsables, en réaction « au simulacre d’élections orchestré par le président Ortega ». De nombreux responsables nicaraguayens sont déjà l’objet des sanctions américaines et européennes. […] Lire la suite

28 mai 2021 France. Condamnation des frères Jean-Noël et Alexandre Guérini.

Ce dernier est condamné à six ans de prison, la privation de ses droits civils et civiques et l’interdiction de diriger une société pendant cinq ans, pour avoir orchestré le trucage de marchés publics. Sept autres prévenus sont condamnés à des peines de prison et des amendes.  […] Lire la suite

16-21 novembre 2019 Sri Lanka. Élection de Gotabaya Rajapakse à la présidence.

Ancien secrétaire d’État à la Défense, Gotabaya Rajapakse a orchestré la sévère répression de la guérilla des Tigres tamouls en mai 2009, sous la présidence de son frère Mahinda Rajapakse. Le 21, à la suite de la démission du Premier ministre Ranil Wickremesinghe, Gotabaya Rajapakse nomme à la tête du gouvernement son frère Mahinda. […] Lire la suite

1er-16 octobre 2019 Chine. Poursuite de la contestation à Hong Kong.

Le 16, Carrie Lam renonce à prononcer son discours de politique générale devant le Conseil législatif, qui fait sa rentrée, face au chahut orchestré par les députés de l’opposition. […] Lire la suite

8-20 août 2019 Pologne. Démission du président de la Diète et du vice-ministre de la Justice.

Le 20, le vice-ministre de la Justice Lukasz Piebiak présente sa démission après avoir été accusé par la presse d’avoir orchestré des campagnes de dénigrement visant des magistrats opposés aux réformes de la justice mises en place depuis 2015.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel PHILIPPOT, « ORCHESTRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre/