ORAN-ARZEW

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Malgré un passé urbain reconnu (25 000 hab. au xvie siècle mais seulement 9 000 en 1830), Oran doit au capitalisme colonial son essor économique et démographique (275 000 hab. en 1954) et l'assise de ses fonctions régionales. Nœud de convergence d'un réseau de communications dense et principal port de l'Ouest, elle drainait l'essentiel des produits destinés à l'exportation (vin, agrumes, alfa, etc.) et jouissait du monopole quasi exclusif de la distribution des marchandises importées, d'une part pour les besoins d'une industrie qu'elle concentrait et de l'agriculture mécanisée et, d'autre part, pour sa propre consommation et celle des autres villes. En 1954, c'est la ville la plus européenne d'Algérie (63 p. 100 des Oranais sont des Européens), mais l'exode rural y conduisait déjà de forts contingents d'Algériens entassés dans des quartiers marginaux ou des bidonvilles misérables. La guerre allait accélérer cet afflux. À l'indépendance, la ville, privée de l'essentiel de ses revenus fonciers et victime du recul des activités de production et d'échanges, sombrait dans une crise qu'aggravait l'accumulation du chômage rural mais maintenait sa domination régionale sur un arrière-pays sous-équipé et en proie à un sous-emploi chronique.

Algérie : carte administrative

Carte : Algérie : carte administrative

Carte administrative de l'Algérie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Les profondes mutations intervenues depuis lors sont d'abord le fait de l'accumulation massive de capital industriel aussi bien dans la ville que dans la bande littorale qui s'étire de Mers-el-Kebir à Arzew-Bethioua. Le capital privé a investi dans des industries de consommation implantées à Oran et à sa périphérie. L'État a rénové et agrandi les usines préexistantes mais a surtout créé des zones industrielles (Z.I.). La Z.I. d'Arzew-Bethioua est dédiée aux hydrocarbures : raffinage, liquéfaction de gaz, engrais azotés, méthanol et résines synthétiques, plusieurs unités de réalisation et de services et des centres de formation. Le port pétrolier est à Arzew et le port gazier à Bethioua. Ils assurent environ la moitié des exportations algériennes d'hydrocarbures et du trafic portuaire. Alors que la Z.I. de Hassi-Ameur se spécialisait dans les industries de la construction (charpente métallique, éléments préfabriqués, etc.), celle d'Essenia devenait la zone extra-portuaire pour une métropole régionale dont les activités se diversifiaient en raison même de la diffusion du fait industriel dans l'intérieur et recevait également les unités privées exclues de la ville ; Oran fonctionnait alors comme réservoir de main-d'œuvre, bénéficiant ainsi de substantiels revenus salariaux, rôle favorisé dans un premier temps par la médiocrité des structures d'accueil à Arzew. Des mouvements quotidiens d'hommes et de marchandises de grande ampleur imposaient le développement d'infrastructures autoroutières.

Activités de production, logements et échanges internes ont généré une véritable aire métropolitaine (environ deux millions d'habitants en 2007) s'accroît peu. Celle-ci reçoit les apports démographiques dus au desserrement de la ville d'Oran (692 500 hab. en 1998) . À l'inverse, Arzew (40 000 hab.), Gdyel (20 000 hab.) et les agglomérations de la commune de Bir-el-Djir maintiennent un rythme élevé de croissance, qu'accompagne une extension spatiale conséquente : habitat collectif, lotissements aisés et moyens, habitat populaire semi-urbain.

Cette poussée d'urbanisation n'entraîne toutefois pas un mitage des espaces ruraux environnants ; ceux-ci souffraient au départ de difficultés qui, si elles se sont accrues du fait de la croissance urbaine et de l'industrialisation (prélèvement de terres, d'eau et d'hommes), n'en trouvent pas moins leurs causes dans de fortes contraintes naturelles : semi-aridité, ressources hydriques médiocres, bons terroirs limités par l'extension du salant, de la croûte calcaire et de bassins fermés (grande sebkha d'Oran, salines d'Arzew...) et, corrélativement, dans la reconversion extrêmement difficile d'une agriculture à l'origine exagérément spécialisée et extravertie.

Malgré l'émergence de pôles régionaux intérieurs et la centralisation du pouvoir de décision par Alger, l'agglomération oranaise demeure la véritable capitale de l'Ouest algérien et le deuxième centre économique du pays. La crise des années 1980 et ses prolongements l'ont durement éprouvée (régression de l'activité et de l'emploi industriels, recrudescence du chômage officiel), et la libéralisation la fait renouer avec sa fonction spéculative d'import-export largement préparée par le trabendo (marché informel).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ORAN-ARZEW  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Des densités différenciées avec une urbanisation renforcée »  : […] Si, en 1966, la densité moyenne était de 5 habitants/km 2 , elle atteignait 14 habitants/km 2 en 2008. Elle a augmenté avec des évolutions très contrastées : les wilayas sahariennes, qui regroupent près de 11 p. 100 de la population en 2008 sur 84 p. 100 du territoire, ont une densité moyenne de 1,86 habitants/km 2 . Celles qui affichent les plus fortes densités sont Biskra (34), Laghouat (18) et […] Lire la suite

RAÏ, musique

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 256 mots
  •  • 2 médias

Apparu dans les années 1970 en Algérie, le raï devient rapidement la musique populaire dominante parmi les jeunes du Maghreb. Il s'inspire de diverses sources : le rock, les musiques orientales et rurales. Son développement est indissociable de l'apparition de la cassette audio. En France, on a coutume de désigner par le vocable raï (qui signifie, en arabe, « l'opinion ») l'ensemble des musiques a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bouziane SEMMOUD, « ORAN-ARZEW », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oran-arzew/