OPINION PUBLIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les usages contemporains de l'opinion publique

L'opinion publique fabriquée par les sondeurs

L'introduction de la pratique des sondages d'opinion, après la Seconde Guerre mondiale en France – pratique qui se généralise en fait en 1965 à partir de l'élection du président de la République au suffrage universel – va mettre bon ordre en quelque sorte à cette situation où chacun peut dire et même croire qu'il sait ce que pense et ce que veut l'« opinion publique », compte tenu de l'idée qu'il s'en fait. Les sondeurs vont être les agents de la troisième transformation qui est au principe du nouvel état de la notion, celui qui tend à s'imposer aujourd'hui. Ces derniers affirment très pragmatiquement que « l'opinion publique est ce que mesurent leurs enquêtes d'opinion ». Et, de fait, en dépit de critiques formulées ponctuellement, les instituts de sondages sont parvenus à imposer leur définition de l'opinion publique parce qu'elle se présente à la fois comme plus « démocratique » et plus « scientifique ».

En liaison avec l'apparition des nouvelles techniques qui ont été inventées par les sciences sociales (échantillon par sondage, questionnaire fermé, traitement automatique et rapide des réponses par ordinateur), la notion d'opinion publique, bien que l'existence de son référent objectif soit toujours aussi incertaine, va en effet trouver sa pleine réalisation contemporaine dans la mesure où elle va inclure l'opinion de tous, y compris de ceux qui ne s'expriment pas publiquement. La technologie du sondage d'opinion a tout ce qu'il faut pour donner à la notion d'opinion publique un fondement à la fois « démocratique » puisque tout le monde est, par échantillon représentatif interposé, censé être interrogé, et « scientifique » puisque les opinions de chacun sont méthodiquement recueillies et comptabilisées.

La croyance en la fiabilité de telles enquêtes repose pourtant sur une confusion, celle qui s'est d'emblée instaurée entre la saisie du comportement électoral et celle des opinions. En effet, les instituts de sondage doivent leur notoriété, auprès des responsables politiques et des journalistes, à leurs enquêtes dans le domaine strictement électoral, les sondeurs s'étant d'abord proposé de saisir les intentions de vote des électeurs. Les données fournies par ces enquêtes, surtout lorsqu'elles sont effectuées à la veille d'un scrutin, sont à la fois spectaculaires dans leur pouvoir prédictif et scientifiquement peu discutables, leur précision et leur fiabilité étant de surcroît vérifiées par l'élection elle-même. Mais ces sondages préélectoraux appréhendent moins des « opinions » au sens propre que des intentions de comportement électoral (désignation des personnalités politiques ou des partis), et cela dans un domaine, celui de la politique, où la situation d'enquête reproduit de manière assez exacte la situation créée par la consultation électorale.

Il en va tout autrement lorsque, à la demande des autorités politiques, et plus récemment des grands organes de presse, les instituts de sondage réalisent des enquêtes visant à déterminer ce qu'est l'« opinion publique » entendue, selon la définition politiquement dominante, comme opinion majoritaire sur des problèmes extrêmement variés et parfois très complexes – comme par exemple des questions de politique internationale ou de politique économique – sur lesquels la plupart des personnes interrogées n'ont pas nécessairement de jugement constitué et, pour nombre d'entre elles, ne se posaient même pas les questions qui leur sont soumises. Bien que fortement minorées, notamment en raison des techniques de constitution des échantillons d'enquêtés et de l'usage quasi exclusif des questions précodées et fermées qui conduisent à recueillir moins des « opinions » que des « réponses » à des questions d'opinion, les non-réponses explicitement déclarées et leur distribution non aléatoire par sexe, niveau d'instruction et catégorie sociale suffisent à rappeler que la probabilité d'avoir une opinion personnelle est très inégalement répartie dans la population. S'ils ne prennent pas au sérieux cette donnée de fait, les instituts de sondage, loin de se borner à recueillir des opinions préexistantes à l'enquête, produisent de toutes pièces une « opinion publique » qui est en réalité un pur artefact obtenu par l'enregistrement et l'agrégation [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Manifestation de Haymarket

Manifestation de Haymarket
Crédits : AKG-images

photographie

Manifestation communiste

Manifestation communiste
Crédits : Picture Post/ Getty Images

photographie

L’autodétermination en Algérie, 1961

L’autodétermination en Algérie, 1961
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

  • : sociologue à l'Institut national de la recherche agronomique et au Centre de sociologie européenne, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  OPINION PUBLIQUE  » est également traité dans :

ACTION HUMANITAIRE INTERNATIONALE

  • Écrit par 
  • Pierre GARRIGUE
  • , Universalis
  •  • 7 273 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « French Doctors » ou l'humanitaire sans frontières »  : […] L'histoire commence au Biafra en 1968. Deux jeunes médecins, Bernard Kouchner, ancien responsable de l'Union des étudiants communistes, et Max Récamier, militant catholique, ont répondu à l'appel de la Croix-Rouge pour servir dans les hôpitaux de fortune des insurgés ibo. Comme, un siècle plus tôt, Florence Nightingale et Henri Dunant, ils y découvrent la réalité de la guerre. Mais il ne s'agit p […] Lire la suite

ADAPTATION - Adaptation sociale

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 2 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La réalité sociale substituée à une réalité objective absente »  : […] Une célèbre expérience due à Muzafer Sherif montre cette dépendance des jugements individuels par rapport aux jugements collectifs. L'expérience consistait à mettre un sujet dans l'obscurité devant un point lumineux fixe et à lui demander d'évaluer les déplacements de ce point. Il est connu qu'un point lumineux fixe en milieu obscur donne l'impression de se déplacer. L'évaluation des distances de […] Lire la suite

AGENDA POLITIQUE, sociologie

  • Écrit par 
  • Nicolas HUBÉ
  •  • 545 mots

La «  mise à l’agenda » concerne la question des « effets » des médias sur le débat public et sur les électeurs, et en particulier lors des moments de « surchauffe symbolique » que sont les élections. Maxwell McCombs et Donald Shaw ont formulé en 1972 le principe suivant : il se peut que la presse échoue le plus souvent à dire aux gens « comment » il faut penser, mais elle réussit le plus souvent […] Lire la suite

AGNOTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Mathias GIREL
  •  • 4 995 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’ignorance produite et la manipulation de l’opinion »  : […] Même si, d’emblée, pour Proctor, la notion d’agnotologie avait bien pour but de couvrir les trois sens mentionnés, elle s’est vite retrouvée identifiée à l’ignorance « produite ». Il s’agirait alors de considérer l’ignorance non pas seulement comme un état, mais aussi comme un effet, et de la relier à ses causes. Mais l’idée même de « production » peut renvoyer à des logiques fort différentes : o […] Lire la suite

AVOCAT

  • Écrit par 
  • Claude MICHEL
  •  • 7 302 mots

Selon une enquête sur la qualité de la justice, réalisée en 2001 par le ministère français de la Justice, 83 p. 100 des personnes interrogées affirment que l'avocat est irremplaçable lorsqu'on a affaire à la justice. C'est un taux de satisfaction fort et pourtant l'image des avocats est souvent caricaturée. Les idées reçues à leur sujet foisonnent. La réalité de la profession est de fait mal connu […] Lire la suite

CHÔMAGE - Le chômeur dans la société

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 3 581 mots

Dans le chapitre « Les effets sociaux du chômage »  : […] Les diverses expériences vécues des chômeurs se traduisent, pour la majorité d'entre eux, par une condition anomique plutôt que par la révolte violente ou la radicalisation politique. Alors que le taux de chômage reste supérieur à 8 p. 100 de la population active, les chômeurs ne constituent pas un groupe social animé d'une volonté collective et susceptible de mener des actions politiques violent […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Sarkozy (2007-2012)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 5 626 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Popularité en berne et mauvais résultats électoraux »  : […] Malgré des réformes rapidement mises en œuvre au début du quinquennat et une stratégie très dynamique, l'image de Nicolas Sarkozy, très bonne en août 2007 (69 p. 100 de satisfaits selon le baromètre I.F.O.P.- Le Journal du dimanche ), se dégrade rapidement : il n'y a plus que 37 p. 100 de satisfaits en mars 2008, au moment des élections municipales. Le président regagne un peu de terrain à la fin […] Lire la suite

COMPÉTENCE, sociologie

  • Écrit par 
  • Yves DÉLOYE
  •  • 1 124 mots

La question de la compétence des citoyens ordinaires est, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, une question à la fois classique et controversée en sociologie politique. À l’évidence, les recherches sur la compétence politique en démocratie ou encore sur « la sophistication idéologique » ou « politique » – pour reprendre les expressions utilisées fréquemment dans la littérature scientifiqu […] Lire la suite

DÉMOCRATIE

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 10 278 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Compétition et transactions politiques »  : […] Tous les systèmes politiques connaissent des luttes pour l'accès aux positions de pouvoir, mais c'est une spécificité des démocraties que ces luttes sont, pour une part, arbitrées par les réactions de citoyens (votes, sondages, manifestations, conversations avec les électeurs). Les rapports de forces dans un champ politique démocratique dépendent du nombre de ceux qui sont censés se reconnaître da […] Lire la suite

DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE

  • Écrit par 
  • Rémi LEFEBVRE
  •  • 6 777 mots
  •  • 1 média

L’expression « démocratie participative » s’est imposée dans le débat public. Au-delà de ce succès terminologique, la démocratie participative désigne un phénomène bien réel : la multiplication en France et dans le monde d’expériences locales ou nationales permettant aux citoyens de participer directement à la décision publique, ou d’être consultés en dehors des échéances électorales. Ces expérien […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20-22 février 2018 France. Présentation du projet de loi sur l'asile et l'immigration.

Le 22, dans un entretien au quotidien Le Monde, le Défenseur des droits Jacques Toubon estime que le demandeur d’asile est « maltraité par ce projet » qui « n’a pas été écrit par un besoin de la société, mais pour répondre à l’opinion publique ». […] Lire la suite

22-24 décembre 2017 Émirats arabes unis – Tunisie. Crise diplomatique.

Sous la pression de l’opinion publique qui réagit vivement à ses mesures, le gouvernement tunisien annonce la suspension des vols d’Emirates entre Dubaï et Tunis, en attendant que la compagnie se conforme « au droit et aux accords internationaux ». Les relations entre les deux pays sont tendues depuis la « révolution de jasmin » de 2011 et l’arrivée au pouvoir, à Tunis, du parti islamiste Ennahda, lié au Qatar. […] Lire la suite

1er-26 décembre 2012 Japon. Élections législatives sur fond de tensions avec la Chine

Ces propos reflètent le nationalisme croissant de l'opinion publique japonaise. Le 13, jour du soixante-quinzième anniversaire du sac de Nankin par les troupes japonaises, un avion de surveillance maritime chinois survole l'archipel des Senkaku. Tōkyō dénonce la violation de son espace aérien et dépêche sur place des avions de chasse. Le 16, le P.L. […] Lire la suite

21-25 mars 2010 États-Unis. Adoption de la réforme de l'assurance-santé par le Congrès

Elle doit permettre également de contrôler les coûts exponentiels de la santé aux États-Unis, d'assurer la rentabilité de l'assurance publique offerte aux retraités (Medicare) et d'interdire aux compagnies d'assurance de refuser un contractant au profil médical trop risqué. Le coût du projet est estimé à 940 milliards de dollars sur dix ans. Barack Obama a dû renoncer à faire adopter le principe de la création d'une assurance publique concurrente des assurances privées. […] Lire la suite

1er décembre 2009 États-Unis – Afghanistan. Discours du président Barack Obama sur la stratégie américaine en Afghanistan

Il s'oppose ainsi à une majorité des élus démocrates, qui souhaitent le rapatriement progressif des troupes, et à l'opinion publique, qui est de plus en plus hostile au conflit. Il propose toutefois un calendrier de retrait à partir de 2011 et avance la date de juillet 2011 pour commencer à transférer le pouvoir aux autorités afghanes. La stratégie du président Obama repose à la fois sur le volet militaire pour préparer la transition, sur le volet civil pour aider à la lutte contre la corruption et sur un partenariat renforcé avec le Pakistan. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Patrick CHAMPAGNE, « OPINION PUBLIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/opinion-publique/