OPÉRATION T4

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Meurtres de masse médicalisés

En octobre 1939, Hitler habilita son médecin personnel et le chef de sa chancellerie à faire tuer les personnes jugées inaptes à vivre. Il antidata son ordre au 1er septembre 1939, jour de déclenchement de la guerre mondiale, pour lui donner l’apparence d’une mesure de guerre. Selon cette directive, le docteur Karl Brandt et le chef de la chancellerie Philipp Bouhler se voyaient « chargés de la responsabilité d’étendre l’autorité des médecins […] de telle sorte que les patients jugés incurables, selon la meilleure appréciation humaine possible de leur état de santé, puissent se voir accorder une mort miséricordieuse ».

En quelques mois, l’Opération T4 – nom de code choisi par référence à l’adresse berlinoise des bureaux spécialisés de la chancellerie qui la superviseraient, au 4, Tiergartenstrasse –, en vint à concerner potentiellement la totalité des personnes placées en établissement psychiatrique. Une nouvelle bureaucratie supervisée par des médecins était établie, chargée de mettre à mort toute personne dont la vie serait jugée comme « ne valant pas d’être vécue ». Nombre de médecins et de biologistes acquis aux thèses de l’eugénisme, qui voyaient dans le nazisme une « biologie appliquée », adhérèrent avec enthousiasme à ce programme. Cependant, les critères de sélection prévu par ce dernier n’étaient pas exclusivement génétiques, ni nécessairement fondés sur le handicap. Un autre critère important était d’ordre économique : les fonctionnaires nazis classaient les personnes largement en fonction de leur productivité économique. Ils qualifiaient couramment les victimes du programme comme des « fardeaux » et des « bouches inutiles », appellations depuis longtemps banalisées par la propagande nazie.

Les directeurs de l’Opération T4 ordonnèrent l’ouverture d’une enquête sur toutes les institutions psychiatriques, les hôpitaux et les centres pour malades chroniques. Au 4, Tier [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien directeur de l'Institut américain de recherche sur la Shoah et de la Fondation américaine pour l'histoire visuelle des survivants de la Shoah

Classification

Autres références

«  OPÉRATION T4  » est également traité dans :

NAZISME

  • Écrit par 
  • Johann CHAPOUTOT
  •  • 4 758 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Accession au pouvoir et nazification »  : […] Répliques à la présence électorale maintenue du K.P.D. (Kommunistische Partei Deutschlands, Parti communiste d’Allemagne), les dons et les sympathies industrielles affluent vers le N.S.D.A.P. et c’est la hantise d’une possible révolution communiste qui détermine la droite, autour de l’ancien chancelier Franz von Papen, à gouverner avec les nazis. Le 30 janvier 1933, Hitler est nommé chancelier d’ […] Lire la suite

TREBLINKA

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM, 
  • Universalis
  •  • 760 mots

Le complexe nazi de Treblinka, situé près du village homonyme, se trouvait à 80 kilomètres au nord-est de Varsovie sur la ligne Varsovie-Bia|lystok. Il comprenait en réalité deux camps distincts. Les nazis ouvrirent d'abord un petit camp, nommé Treblinka, à 4 kilomètres de la gare du même nom en décembre 1941. La seconde infrastructure, plus grande et ultra-secrète, dénommée « T.II » (Treblin […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michael BERENBAUM, « OPÉRATION T4 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/operation-t4/