OPÉRAHistoire, de Peri à Puccini

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des destins exceptionnels

À partir des années 1840, cependant, l'histoire de l'opéra va se confondre encore davantage avec des destins personnels, la plupart du temps hors du commun, et dont les protagonistes choisiront soit d'aller à la rencontre d'une nation, soit de promouvoir une nouvelle vision du monde. C'est le cas de Berlioz, artiste romantique par excellence, c'est aussi celui de Verdi, artiste italien jusqu'au bout de la moindre cavatine, celui enfin de Wagner, romantique jusqu'à l'ivresse. C'est même le cas d'un Glinka, fondateur de l'opéra russe.

Mikhaïl Glinka

Les opéras de Mikhaïl Ivanovitch Glinka (1804-1857) sont entrés dans l'histoire de l'opéra autant pour leurs mérites artistiques que par leur situation de « premier chapitre » d'une nouvelle épopée lyrique nationale. En effet, Ivan Soussanine (1836) – l'œuvre fut rebaptisée Une vie pour le tsar, après avoir subi la censure tsariste – et Rousslan et Ludmila (1842), d'après Pouchkine, sont à l'opéra russe ce que les œuvres de Weber sont à l'opéra allemand. Ces deux premiers produits, tout chargés d'influences françaises, allemandes et surtout italiennes ne manquent cependant ni de charme ni de grandeur. On y décèle déjà cette griffe qui caractérise l'opéra russe, ce quelque chose d'éternel et de fatal dans lequel tout un peuple, héros principal de son propre opéra, aime à se voir et à se reconnaître.

Hector Berlioz

On s'est aperçu très douloureusement et très lentement en France, plus franchement et depuis plus d'années dans les pays anglo-saxons, mais très tard en tout cas, qu'Hector Berlioz (1803-1869) n'était pas cet aussi piètre faiseur d'opéras que trop de malentendus – entretenus bien souvent par le compositeur lui-même et par ses contemporains – le laissaient croire. La surprise chez Berlioz vient de ce qu'il pratique le drame dans toute sa musique (toute musique est par essence dramatique), au point qu'on a envie d'écrire que chez cet homme tout est opéra. Avec ou sans paroles. Les œuvres proprement lyriques de Berlioz ne connurent de son vivant aucun succès en France. Benvenuto Cellini (1838) tomba dès les premières représentations ; La Damnation de Faust (1846), véritable opéra de concert, ne passa pas la seconde ; quant aux Troyens, cette fresque immense en deux parties d'après Virgile (La Prise de Troie et Les Troyens à Carthage), qui retint Berlioz de 1856 à 1863, il ne fut pas représenté in extenso du vivant du compositeur (en 1890 seulement l'œuvre fut donnée intégralement, mais à Karlsruhe, et en allemand !) ; sans doute, Béatrice et Bénédict (1862) connut-il le succès lors de sa création, mais à Baden-Baden !

Et pourtant, que de richesses dans Benvenuto, véritable apologie de l'artiste romantique, et dans Les Troyens. Mais, malgré son admiration immense pour Gluck, en bon disciple de Beethoven, Berlioz ne fait aucune concession au texte : tout le drame est dans la musique. Dans cette mesure, Berlioz, qui rédige pourtant ses livrets lui-même, s'affirme comme l'anti-Wagner.

Les Troyens de Berlioz, mise en scène de D. Tcherniakov

Photographie : Les Troyens de Berlioz, mise en scène de D. Tcherniakov

Le 17 mars 1990, sous la direction de Myung-Whun Chung et dans une mise en scène de Pier Luigi Pizzi, Les Troyens furent le spectacle inaugural de l'Opéra-Bastille. Trente ans plus tard, à l'occasion du cent cinquantième anniversaire de la mort d'Hector Berlioz, cet opéra longtemps mal... 

Crédits : Pascal Victor/ ArtComPress

Afficher

Au-delà des péripéties de la gloire et de la postérité, Berlioz incarne cependant au plus haut point ce génie de la musique française qui, malgré mille contradictions, de Rameau à Boulez, pense musique avant toute chose.

Giuseppe Verdi

Giuseppe Verdi (1813-1901) partage avec son contemporain Wagner (1813-1883) une traversée du siècle qui a souvent conduit leurs admirateurs et contempteurs respectifs à entrer dans des polémiques infinies, à juger l'un à l'aune du génie de l'autre. Les wagnériens français se sont particulièrement illustrés dans de stériles querelles et n'ont pas été les derniers, tant s'en faut, à proférer de sentencieux jugements du genre : « Même le dernier Verdi n'atteint pas le premier Wagner. » La vérité veut que, s'il y a largement matière à opposer Verdi à Wagner, chacun, avec sa fécondité créatrice propre, a marqué d'une empreinte indélébile l'histoire de l'opéra.

Verdi

Photographie : Verdi

Giuseppe Verdi (1813-1901) en 1850. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Il est habituel de découper la carrière et l'œuvre de Verdi en grandes périodes créatrices. Si les évolutions, les ruptures, les accidents même n'ont pas manqué de provoquer chez le compositeur de profondes transformations et de style et de pratique, il n'en subsiste pas moins qu'entre 1839 et 1893, dates extrêmes de sa production, peut se lire une seule vie, un seul art, une seule aventure : celle d'un homme qui a choisi d'épouser son siècle. Il l'épouse en s'identif [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Lully

Lully
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Berlioz

Berlioz
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Gounod

Gounod
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

André Campra

André Campra
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 33 médias de l'article


Écrit par :

  • : journaliste et musicologue, rédacteur en chef aux Nouvelles, rédacteur en chef deL'Avant-Scène musique

Classification

Autres références

«  OPÉRA  » est également traité dans :

OPÉRA - Histoire, de Pelléas à nos jours

  • Écrit par 
  • Harry HALBREICH, 
  • Christian MERLIN
  •  • 6 143 mots
  •  • 13 médias

Il en est de l'opéra comme de la symphonie : périodiquement, il fait l'objet d'annonces de décès, consternées ou triomphantes, émanant généralement de compositeurs pour lesquels « les raisins sont trop verts » ou de critiques à l'affût de la sensation. Mais chaque année de nombreuses œuvres lyriques nouvelles viennent démentir ces prophètes de malheur. Certes, l'évolution du langage musical en gén […] Lire la suite

OPÉRA - Les techniques d'écriture

  • Écrit par 
  • Yves GÉRARD
  •  • 3 851 mots
  •  • 1 média

L'écriture d'une partition musicale destinée à une représentation scénique doit tenir compte d'un nombre important d'exigences de nature différente qui vont de la considération des moyens matériels mis localement à la disposition du compositeur jusqu'à des options véritablement esthétiques dans l'emploi de techniques d'écriture. Celles-ci sont destinées à illustrer une certaine conception du drame […] Lire la suite

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 985 mots
  •  • 15 médias

Année 1925. Les historiens ne tiennent pas 1925 pour une année faste de l'opéra baroque. Cette année-là, Mussolini et Staline s'arrogent de nouveaux pouvoirs. Tandis que paraît Le Procès de Franz Kafka, que Lion Feuchtwanger publie Le Juif Süss et Adolf Hitler Mein Kampf, Bernard Shaw reçoit le prix […] Lire la suite

NAISSANCE DE L'OPÉRA

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 227 mots

Quand et où faire commencer l'histoire de l'opéra ? La date de 1600et la ville de Florence semblent le mieux correspondre à un acte de naissance. Le xvie siècle n'avait connu que des ébauches de théâtre musical : dans les fêtes princières et les chants de carnaval, le spectacle avait plus d'importance que l'intérêt dramatique, e […] Lire la suite

NAISSANCE DE L'OPÉRA - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 327 mots

Vers 1550 Emilio de' Cavalieri naît à Rome.20 août 1561 Jacopo Peri naît à Rome ou à Florence.1581 Publication à Florence du traité de Vincenzo Galilei Dialogo della musica antica e della moderna en faveur du […] Lire la suite

ADAMS JOHN (1947- )

  • Écrit par 
  • Patrick WIKLACZ
  •  • 1 979 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tentation du théâtre lyrique »  : […] L'œuvre la plus connue de John Adams est l'opéra Nixon in China (créé au Houston Grand Opera le 22 octobre 1987) . Minimaliste et parfois proche de Stravinski, l'ouvrage a bénéficié de la collaboration du metteur en scène Peter Sellars et de l'écriture d'Alice Goodman. De cet opéra relatant un épisode de l'histoire contemporaine – la visite de Nixon en Chine en février 1972 –, Adams a tiré des […] Lire la suite

ADLER KURT HERBERT (1905-1988)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 462 mots

Le chef d'orchestre Kurt Adler, directeur de l'Opéra de San Francisco, fit de ce dernier l'une des plus grandes scènes lyriques des États-Unis. D'origine autrichienne, Kurt Herbert Adler voit le jour le 2 avril 1905, à Vienne. Formé à l'Académie de musique, au conservatoire et à l'université de la capitale autrichienne, il dirige son premier orchestre au Théâtre Max Reinhardt de Vienne, de 1925 à […] Lire la suite

AIR, musique

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 3 282 mots

Dans le langage commun, on a pris l'habitude de désigner par le mot « air » la musique destinée à être chantée. On oppose ainsi, dans la chanson, l'air aux paroles. Par extension, on en est arrivé à employer le mot « air » dans le cas de toute mélodie suffisamment connue pour être immédiatement identifiée par l'auditeur. On parle donc indifféremment de l'air de Marguerite (dans Faust de Gounod), […] Lire la suite

ALAGNA ROBERTO (1963- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 585 mots

La carrière de Roberto Alagna accumule tous les poncifs d'un véritable roman-photo. Il n'est donc pas étonnant que le chanteur, rapidement promu au rang de star, étende son public bien au-delà du cercle étroit des amateurs éclairés. Les réserves que suscitent parfois quelques postures théâtrales mal venues, de fréquents abandons aux lucratives séductions du monde de la variété et la mise en scène […] Lire la suite

ALARIE PIERRETTE (1921-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 639 mots

La soprano colorature canadienne Pierrette Alarie accomplit sa carrière lyrique seule ou au côté de son époux, le célèbre ténor canadien Léopold Simoneau, de leur mariage, en 1946, à la mort de ce dernier, en 2006. Pierrette Marguerite Alarie naît le 9 novembre 1921, à Montréal (Québec), dans une famille de musiciens. Remarquée pour sa voix de colorature cristalline, elle débute en 1938 au théâtre […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Vincent RICHARD, « OPÉRA - Histoire, de Peri à Puccini », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-peri-a-puccini/