OPÉRAHistoire, de Pelléas à nos jours

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La création lyrique à l'orée du XXIe siècle

Comme il semble loin le temps où Pierre Boulez préconisait de « faire sauter les maisons d'opéra ». Pour l'avant-garde musicale, l'opéra comme genre et comme institution passait pour un vestige du passé le plus rétrograde, impression confirmée par le fait que les compositeurs qui s'y adonnaient encore (Britten, notamment) ne se rangeaient pas parmi les « novateurs ». Mais des œuvres phares, révolutionnaires – Les Soldats de Zimmermann (1965), Le Grand Macabre de Ligeti (1978) ou Saint François d'Assise de Messiaen (1983) – ont déculpabilisé plusieurs générations de musiciens, désormais convaincus que, afin d'éviter que la saison d'un théâtre d'opéra ne devînt un catalogue muséographique, il fallait renouveler le répertoire en programmant des créations. Ainsi, la dernière décennie du xxe siècle a vu la première audition d'environ 150 opéras, d'une diversité stylistique qui confine à l'éclatement.

La soupe à l'américaine

Les États-Unis sont en pointe dans ce mouvement de vitalité. Mais on y est surtout soucieux de devancer les souhaits d'un public philistin qui n'aime guère être brusqué. Est ainsi né un style clair et efficace, brillamment orchestré mais fondamentalement néo-tonal et mélodique, passant outre à de nombreux acquis du langage musical. Beaucoup de ces œuvres se réfèrent aux grands mythes américains, tant littéraires (A Streetcar Named Desire d'André Previn, d'après Tennesse Williams, 1998 ; A View from the Bridge de William Bolcom, d'après Arthur Miller, 1999 ; Great Gatsby de John Harbison, d'après Francis Scott Fitzgerald, 1999), que tirés de faits réels (The Dream of Valentino de Dominick Argento, 1994, évoque le grand acteur du cinéma muet ; Harvey Milk de Stewart Wallace, 1995, raconte l'assassinat d'un homme politique qui avait avoué son homosexualité), sans négliger la littérature européenne (The Dangerous Liaisons de Conrad Susa, d'après Choderlos de Laclos, 1994).

Ces œuvres souvent conventionnelles, proches de la musique de film, marquent un retour à une écriture vocale chantante, à même d'attirer de grandes cantatrices (Catherine Malfitano dans McTeague de Bolcom, 1992 ; Anne Sofie von Otter dans Staden de Sven-David Sandström, 1996). Entre le tire-larmes et le robinet d'eau tiède, Chushingura (1997) de Saegusa Shigeaki montre cependant les limites de ce qui peut devenir un racolage opportuniste et creux si l'on n'a pas le métier d'un Carlisle Floyd, auteur du splendide Susannah (1956) ou la virtuosité d'un John Corigliano, avec ses brillantissimes Ghosts of Versailles (1991).

Minimalisme « new age »

Reflet fidèle de l'évolution des styles musicaux, l'opéra n'a pas échappé au courant de la musique répétitive, mais force est de constater que les nébuleuses d'un Philip Glass (The Voyage, 1992) créent surtout un statisme antidramatique, dont les épigones postmodernes sont encore moins convaincants (Mary of Egypt de John Tavener, 1992). Résolument « branchées », les œuvres de Louis Andriessen tentent quant à elles d'intégrer les nouvelles technologies interactives à la scène lyrique, avec l'aide du cinéaste Peter Greenaway (Writing to Vermeer, 1999), dans une esthétique proche du zapping. Mais celui qui a le mieux su dépasser le snobisme ambiant est John Adams, dont The Death of Klinghoffer (1991), à partir d'un fait réel (la prise d'otages sur le paquebot Achille Lauro), fait naître des résonances universelles autrement émouvantes que le vaste cycle Licht de Stockhausen, qui tourne au happening ésotérique.

De l'éclectisme au fourre-tout

À la recherche d'un style, l'opéra contemporain se réfugie souvent dans une esthétique de collage et de prolifération qui en fait le prix ou la faiblesse : la postérité dira que garder du côté protéiforme de Historia von D. Johann Fausten (1995) d'Alfred Schnittke ou du Schlachthof 5 (1996) de Hans-Jürgen von Bose, véritables kaléidoscopes musicaux. La tentation de l'hommage, voire du « à la manière de » est une des composant [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Maria Callas et Tito Gobbi

Maria Callas et Tito Gobbi
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Anneliese Rothenberger dans le rôle-titre de Lulu de Berg

Anneliese Rothenberger dans le rôle-titre de Lulu de Berg
Crédits : D.R.

photographie

 Turandot

Turandot
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le Chevalier à la rose

Le Chevalier à la rose
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 13 médias de l'article


Écrit par :

  • : musicologue, professeur d'analyse musicale
  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Lille-III-Charles-de-Gaulle, critique musical

Classification

Autres références

«  OPÉRA  » est également traité dans :

OPÉRA - Histoire, de Peri à Puccini

  • Écrit par 
  • Jean-Vincent RICHARD
  •  • 9 150 mots
  •  • 33 médias

Si l'Italie n'a jamais pu reconquérir l'immense empire que les Romains avaient bâti grâce à l'efficacité de leurs légions, elle a su trouver d'autres moyens, plus pacifiques, de repartir à l'assaut de l'Europe. L'opéra, qu'elle invente à l'aube du xviie siècle, fait partie de cet arsenal artistique dont les séductions vont faire rendre les armes à l'E […] Lire la suite

OPÉRA - Les techniques d'écriture

  • Écrit par 
  • Yves GÉRARD
  •  • 3 851 mots
  •  • 1 média

L'écriture d'une partition musicale destinée à une représentation scénique doit tenir compte d'un nombre important d'exigences de nature différente qui vont de la considération des moyens matériels mis localement à la disposition du compositeur jusqu'à des options véritablement esthétiques dans l'emploi de techniques d'écriture. Celles-ci sont destinées à illustrer une certaine conception du drame […] Lire la suite

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 985 mots
  •  • 15 médias

Année 1925. Les historiens ne tiennent pas 1925 pour une année faste de l'opéra baroque. Cette année-là, Mussolini et Staline s'arrogent de nouveaux pouvoirs. Tandis que paraît Le Procès de Franz Kafka, que Lion Feuchtwanger publie Le Juif Süss et Adolf Hitler Mein Kampf, Bernard Shaw reçoit le prix […] Lire la suite

NAISSANCE DE L'OPÉRA

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 227 mots

Quand et où faire commencer l'histoire de l'opéra ? La date de 1600et la ville de Florence semblent le mieux correspondre à un acte de naissance. Le xvie siècle n'avait connu que des ébauches de théâtre musical : dans les fêtes princières et les chants de carnaval, le spectacle avait plus d'importance que l'intérêt dramatique, e […] Lire la suite

NAISSANCE DE L'OPÉRA - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 327 mots

Vers 1550 Emilio de' Cavalieri naît à Rome.20 août 1561 Jacopo Peri naît à Rome ou à Florence.1581 Publication à Florence du traité de Vincenzo Galilei Dialogo della musica antica e della moderna en faveur du […] Lire la suite

ADAMS JOHN (1947- )

  • Écrit par 
  • Patrick WIKLACZ
  •  • 1 979 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tentation du théâtre lyrique »  : […] L'œuvre la plus connue de John Adams est l'opéra Nixon in China (créé au Houston Grand Opera le 22 octobre 1987) . Minimaliste et parfois proche de Stravinski, l'ouvrage a bénéficié de la collaboration du metteur en scène Peter Sellars et de l'écriture d'Alice Goodman. De cet opéra relatant un épisode de l'histoire contemporaine – la visite de Nixon en Chine en février 1972 –, Adams a tiré des […] Lire la suite

ADLER KURT HERBERT (1905-1988)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 462 mots

Le chef d'orchestre Kurt Adler, directeur de l'Opéra de San Francisco, fit de ce dernier l'une des plus grandes scènes lyriques des États-Unis. D'origine autrichienne, Kurt Herbert Adler voit le jour le 2 avril 1905, à Vienne. Formé à l'Académie de musique, au conservatoire et à l'université de la capitale autrichienne, il dirige son premier orchestre au Théâtre Max Reinhardt de Vienne, de 1925 à […] Lire la suite

AIR, musique

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 3 282 mots

Dans le langage commun, on a pris l'habitude de désigner par le mot « air » la musique destinée à être chantée. On oppose ainsi, dans la chanson, l'air aux paroles. Par extension, on en est arrivé à employer le mot « air » dans le cas de toute mélodie suffisamment connue pour être immédiatement identifiée par l'auditeur. On parle donc indifféremment de l'air de Marguerite (dans Faust de Gounod), […] Lire la suite

ALAGNA ROBERTO (1963- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 585 mots

La carrière de Roberto Alagna accumule tous les poncifs d'un véritable roman-photo. Il n'est donc pas étonnant que le chanteur, rapidement promu au rang de star, étende son public bien au-delà du cercle étroit des amateurs éclairés. Les réserves que suscitent parfois quelques postures théâtrales mal venues, de fréquents abandons aux lucratives séductions du monde de la variété et la mise en scène […] Lire la suite

ALARIE PIERRETTE (1921-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 639 mots

La soprano colorature canadienne Pierrette Alarie accomplit sa carrière lyrique seule ou au côté de son époux, le célèbre ténor canadien Léopold Simoneau, de leur mariage, en 1946, à la mort de ce dernier, en 2006. Pierrette Marguerite Alarie naît le 9 novembre 1921, à Montréal (Québec), dans une famille de musiciens. Remarquée pour sa voix de colorature cristalline, elle débute en 1938 au théâtre […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Harry HALBREICH, Christian MERLIN, « OPÉRA - Histoire, de Pelléas à nos jours », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-pelleas-a-nos-jours/